Le monde de l'édition > Librairies > Actualité

Espagne : la librairie indépendante porte plainte contre Amazon

Vilain !

Par Nicolas Gary,Le mardi 29 mai 2012 à 08:43:14 - 6 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Que l'on vive de ce côté ou de l'Autre des Pyrénées, quand on est libraire, les raisons de craindre pour l'avenir sont nombreuses. A l'occasion de la 71e Foire du livre de Madrid, débutée vendredi, une société obsède, angoisse, crispe. Car son influence dans la vente de livres papier - pour le numérique, on a encore le temps - colle des frissons aux indépendants.

 

Au cours des trois derniers mois, le marché du livre en Espagne a baissé de près de 30 %, selon les données rapportées par les libraires. Si l'économie globale du pays est entrée dans une crise à peu près omniprésente, la récession ne serait pas la seule en cause.

 

Fernando Valverde, président du CEGAL, l'Association des libraires espagnols, explique que toute la faute repose sur les épaules d'Amazon. « Amazon est le bourreau des libraires, et de tout le secteur de l'édition espagnole. Ils ne respectent pas le prix unique du livre et nous avons donc porté plainte contre eux. »

 

Tiens, donc… Une plainte contre Amazon, pour violation du prix unique du livre. 

 

Durant la Foire, c'est l'Italie qui est l'invitée d'honneur, jusqu'au 10 juin. Et qui plus est, l'organisateur de la Foire se pose la question : alors que les librairies payent leurs impôts, où sont les taxes d'Amazon qui reviennent à l'État espagnol.

 

Spain

 

 

 

Alors que la crise économique est virulente, depuis peu, c'est tout le système bancaire du pays qui actuellement fait trembler. Les taux d'emprunt ont encore augmenté, et le plan de sauvetage est probablement le plus grand qui ait vu le jour dans le pays…

 

Et le secteur de l'édition est si frappé par la crise que la simple organisation de cette manifestation littéraire relevait du donquichottisme. Et les moulins à vent ne sont pas des cibles faciles à abattre, précise-t-on. 

 

Cependant, et pour revenir à cette affaire de plainte, il ne semble pas clair, dans le droit espagnol, que la condamnation d'Amazon sera automatique. Mais l'anxiété, elle, est bien palpable. Les preuves seraient donc compliquées à présenter, à moins de tenter de jouer sur des frais de port, ainsi que le Syndicat de la librairie française l'avait fait voilà quelques années. 

 

C'est après tout une légitime méfiance moins à l'égard du livre numérique que de sa commercialisation numérique. Cela n'empêchera pas le CEGAL de tenter de créer sa plateforme de vente en ligne de livre, pour réunir les libraires indépendants, dont le développement n'est pour l'heure absolument pas avancé. Manifestement, c'est plutôt du modèle allemand que les Espagnols chercheraient à s'inspirer pour leur projet. Et contrecarrer le modèle économique d'Amazon.

 

Le e-commerce, au même titre que les grandes surfaces culturelles sont autant de problèmes que connaissent les librairies espagnoles… Une situation semblable à ce que vivent ceux de l'autre côté des montagnes.  

Sources : The Digital Reader , Noticias , Publishing Perspectives

Pour approfondir

Mots clés :
Amazon - Espagne - -



Réactions

Publié par Cédric de la Librairie HISPA

 

Bonjour, pouvez-vous nous en dire plus sur ce "modèle allemand" ? Merci
Et pour compléter votre analyse, le e-commerce du livre souffre également, car il y a e-libraire et e-commerçant... Je ne pense pas avoir grand chose en commun avec Amazon à part le fait de vendre des livres sur internet ;-)

Écrit le 29/05/2012 à 10:44

Répondre | Alerter

Publié par Moggio

 

Vivement qu'on trouve un moyen ingénieux de taxer Amazon et que cette entreprise soit obligée de respecter "le prix unique du livre" qu'elle violerait, comme ça plus de "bourreau" et les libraires et le "secteur de l'édition" espagnols connaîtront la réussite commerciale et l'expansion...

Écrit le 29/05/2012 à 21:32

Répondre | Alerter

Publié par Kilitout

 

Ah Moggio ! Le troll libéral qui ne voit de salut que dans la dérégulation absolue...Ca le défrise sans doute de payer ses impôts, mais il n'empêche qu'il y a des règles du jeu, dans le commerce du livre comme dans bien d'autres domaines, et qu'il est légitime d'exiger que tous les acteurs les respectent. Amazon comme les autres ; d'autant que payer les taxes dont ils sont redevables ne remettrait sans doute pas en cause leur leadership. Moggio a raison sur un point, ça ne sauverait pas l'édition et la librairie espagnole, archaïque sur bien des points, mais ça rétablirait un peu d'équilibre.

Écrit le 30/05/2012 à 09:58

Répondre | Alerter

Publié par Kilitout

 

Les libraires espagnols veulent se lancer dans la vente en ligne ? Bonne idée ! Dommage qu'ils aient attendu l'explosion d'Amazon pour s'y mettre mais ça leur donne au moins un atout supplémentaire. Ils disposent désormais du parfait anti-modèle : 1001 libraires. Le concentré d'à peu près tout ce qu'il ne faut pas faire. Quel est le "modèle allemand" dont vous parlez ? Comme modèle de site de e-commerce interprofessionnel, collaboratif et efficace, je ne vois pour ma part que le modèle Québécois.

Écrit le 30/05/2012 à 10:02

Répondre | Alerter

Publié par luc nemeth

 

en ce qui concerne Amazon.fr ils tombent sous le coup de la loi non seulement pour non-respect du prix unique du livre, mais pour des pratiques authentiquement délictueuses... Ainsi, forts de leur proximité avec CreateSpace (structure éditrice de Amazon.com), ils mettent en vente des exemplaires "d'occasion, comme neuf" qui sont en réalité des exemplaires imprimés à leur demande par CreateSpace, au fur et à mesure de l'arrivée des commandes -et ce à seule fin, de spolier les auteurs des droits qui leur sont dûs.

Écrit le 30/05/2012 à 11:06

Répondre | Alerter

Publié par Moggio

en réponse à Kilitout  

@Kilitout : Merci pour votre premier commentaire. Il me permet d'apprendre que je ne vois "de salut que dans la dérégulation absolue", ce que je ne savais pas jusque-là. Vous êtes libre de formuler votre supposition quant au paiement de "mes" impôts mais je ne crois pas avoir donné à entendre qu'il n'y avait pas "de règles du jeu, dans le commerce du livre comme dans bien d'autres domaines" ou qu'il n'était pas "légitime d'exiger que tous les acteurs les respectent." Enfin, pas sûr d'être un troll puisque vous me donnez raison pour ce qui est de la substance de mon commentaire.

Écrit le 30/05/2012 à 19:03

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com