Le monde de l'édition > Librairies > Actualité

Il y a un an : disparition du patron de Shakespeare & Co.

Une librairie mythique et son non moins mythique fondateur

Par ,Le dimanche 16 décembre 2012 à 12:00:26 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le 14 décembre 2011 disparaissait George Whitman à 98 ans, le fondateur de la célèbre librairie Shakespeare & Co deuxième version. Les Parisiens amateurs de livres anglais et américains en VO connaissent bien cette librairie pas comme les autres, près de la Seine, au 37 rue de la Bûcherie. C'est aussi un lieu de passage pour tout intello américain qui se respecte.

 

Shakespeare & Co. Bookstore in Paris

 Samantha Decker, CC BY-NC-ND 2.0

 

Il avait ouvert son magasin en août 1951, faisant ainsi revivre celle de Sylvia Beach, connue pour avoir publié l'Ulysse de Joyce. Pendant l'entre-deux-guerres cette librairie alors située au 12 rue de l'Odéon a vu défiler tous les grands noms de la littérature américaine de l'époque : Hemingway, Pound ou Fitzgerald pour ne citer qu'eux. La légende dit qu'elle s'est vue contrainte de fermer en décembre 1941 parce que Sylvia Beach aurait refusé de céder le dernier exemplaire de Finnegans Wake à un officier allemand.

 

Dix ans plus tard, Whitman ouvre une librairie appelée Le Mistral. C'est en 1962 à la mort de l'ancienne propriétaire que Shakespeare and Company renaît de ses cendres. Entre temps le lieu est redevenu un havre pour les écrivains de la beat generation : Ginsberg, Miller et Burroughs remplacent la « génération perdue » des années 1920. Et la belle aventure se poursuit.

 

George Whitman disait de sa boutique qu'elle était « une utopie socialiste se faisant passer pour une librairie » (« socialiste utopia masquerading as a bookshop »). En effet, il offrait le gîte en échange de deux heures de travail quotidien dans la librairie : il appelait ces pensionnaires les tumbleweeds. Il disait avoir reçu pas moins de 40,000 personnes ainsi et qu'il ne possédait pas la librairie mais que c'est lui qui lui appartenait.

 

Sa fille Sylvia a pris les commandes en 2001 et continue de faire vivre ce lieu incontournable du paysage littéraire parisien. Shakespeare & Co est loin d'être une simple carte postale pittoresque. On en attendait pas moins de la part de la fille de ce libraire hors normes qui aimait dire, paraît-il, qu'il était l'arrière petit-fils illégitime du poète Walt Whitman. Il repose désormais au cimetière du Père Lachaise. 

 

 

Sources : Melville House , Salon

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com