Le monde de l'édition > Librairies > Actualité

La France a mal à ses librairies indépendantes

Douleur nationale, et attentes collectives

Le mercredi 23 octobre 2013 à 10:58:57 - 4 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Depuis la Gironde, le Gard, ou Paris, les députés se montrent alertes sur la question des librairies indépendantes. Plusieurs députés, depuis l'Assemblée nationale, ont sollicité la ministre de la Culture ces derniers jours, pour attirer l'attention sur le sort de ces établissements. À travers tout le territoire, les interrogations semblent les mêmes. 

 

 

Librairies de Paris divers

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Martine Faure, député de Gironde (Socialiste, républicain et citoyen) revenait le 8 octobre sur « faiblesses structurelles, conséquences de l'évolution de la société et des pratiques de nos concitoyens », dont la librairie subit les conséquences. Mais pas simplement : les éditeurs indépendants font également « les frais des mutations technologiques, des nouveaux modes de distribution ». Selon leur taille, les établissements n'ont pas les mêmes problématiques, bien que la concurrence soit la même, et plus ou moins complexe à aborder.  

Le petit nombre d'employés interdit de développer l'activité, de créer l'évènement ou de laisser place à l'innovation. Problème de visibilité, déficit de communication, modèle et « process » archaïques..., ces handicaps contribuent à faire de la librairie le commerce le moins rentable de France.

 

Or, revenant sur les Rencontres nationales de la librairie, qui se déroulèrent à Bordeaux les 1er et 2 juin dernier, la députée salue les fonds d'aide et la nomination du médiateur prochaine. Toutefois, « les questions du partenariat et de l'ancrage territorial restent en suspens, quand le dispositif des contrats de progrès pourrait apporter une réponse structurante ». Et d'interroger la ministre sur les mesures qu'elle prendra pour « accompagner les collectivités territoriales à appuyer les professionnels indépendants ».

 

Même son de cloche pour William Dumas, député du Gard (SRC), qui pointe plus particulièrement les difficultés de la région Languedoc-Roussillon, qui à l'instar d'autres régions de France, souffre des difficultés évoquées par la députée Martine Faure. Et d'enfoncer le clou sur les mesures que la ministre prendra pour « réduire les difficultés pour les professionnels indépendants de la filière livre ».

 

Le devenir des librairies Chapitre

 

Le député de Paris (SRC), Pascal Cherki, revient pour sa part sur la vente des librairies Chapitre. La mise en vente des établissements devait conduire à ce que les 57 établissements du groupe, soit 1200 emplois, soient cédés. La décision permettait de mettre en suspens le plan social qui avait été originellement envisagé, avec la suppression de 271 postes. 

 

Or, « ce plan prévoyait la fermeture ou la cession de 12 librairies. En conséquence, il lui demande si des mesures de soutien complémentaires à celles annoncées au printemps en faveur de la création et du développement des librairies indépendantes sont envisagées, et ce, afin d'être en mesure de soutenir le plan de session », souligne le député. 

 

Aurélie Filippetti avait annoncé qu'elle se montrait très attentive à l'annonce du groupe Actissia de vendre ses enseignes. Et pour l'occasion, elle avait assuré qu'elle recevrait les responsables des syndicats et de la direction, pour examiner avec eux les aides possibles. Et de rappeler qu'un plan doté de 11 millions € pour 2014, viendrait en aide aux librairies indépendantes. « Avec ces nouveaux outils, et sans exonérer pour autant le groupe Actissia de ses responsabilités économiques et d'employeur, le travail de soutien des pouvoirs publics au maintien de l'activité de librairie, partout où cela est possible, sera poursuivi et intensifié à l'échelle des 57 magasins concernés. »

 

Un puit sans fonds ?

 

Reste que parmi les sommes venant abonder les différents fonds d'aides aux librairies, le président du Syndicat national de l'édition avait assuré que les éditeurs offriraient 7 millions €, que l'ADELC gérerait. Pourtant, ce fonds devait en partie profiter de la baisse de la TVA sur le livre, qui au 1er janvier devait passer de 5,5 % à 5 %. 

 

Mais en fin de semaine dernière, l'Assemblée nationale avait décidé d'abandonner ce projet, pour réaliser 750 millions € d'économies. Une décision qui, durant les échanges à l'Assemblée nationale hier soir, a été définitivement validée, et bien que le Budget doive être examiné par les sénateurs le mois prochain, cette mesure ne devrait pas être retoquée. Qu'en sera-t-il de la constitution de ce fonds ?

 

Le SNE, avait été contacté sur ces questions et précisait à ActuaLitté que sa position restait pour l'heure la même que celle déjà exprimée. Les éditeurs souhaitent soutenir la librairie, de façon volontariste, et l'appel à contribution volontaire d'éditeurs à l'ADELC n'est pas du tout levé. « Chaque éditeur décidera de sa contribution, c'est un don volontaire. » 

 

Wait and see, donc...

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
librairie indépendante - fonds de soutien - partenariat - collectivités



Réactions

Publié par Moggio

 

Encore des députés soucieux de répondre (au nom de l'intérêt général, bien entendu) aux doléances de tel ou tel groupe de pression. Un grand classique. Le député Martine Faure invoque lucidement les "conséquences de l'évolution de la société et des pratiques de nos concitoyens" ainsi que "des mutations technologiques" et "des nouveaux modes de distribution". On pourrait donc lire cet article en se disant que "la France" (rien que ça) n'aurait plus "mal à ses librairies indépendantes" si les acheteurs de livres en France n'avaient pas le malheur de (librement) se comporter comme ils le veulent et s'il n'y avait pas de personnes qui (librement) contribuent par leur travail quotidien au progrès technique. Liberté, liberté chérie...

Écrit le 23/10/2013 à 21:38

Répondre | Alerter

Publié par Christina

 

Pourquoi abonder dans un fonds qui de toute façon ne sera distribué qu'aux mêmes structures habituelles, alors qu'il serait plus intéressant pour les libraires de revoir les conditions faites directement aux libraires ? Parce que ne nous leurrons pas, la constitution des dossiers et les règles d'attribution feront que dans la majorité des cas, ce seront les mêmes qui reçoivent déjà des subventions, des labels et cie qui pourront y prétendre. (et oui, je suis désabusée, du bas de ma petite librairie d'à peine un an qui n'a droit à rien ...)

Écrit le 23/10/2013 à 23:50

Répondre | Alerter

Publié par adml

en réponse à Christina  

Courage... on ne vous dit pas tout, même sur Actualitté.
L'ADML va revenir à la charge et les intérêts des véritables libarires, véritablement indépendants vont fair prochainement l'objet d'un vrai projet de Loi, visant véritablement à la promotion des libraires indépendants et de toute la chaine des 200 000 actifs qualifiés qu'elle sollicite.
http://www.antidematerialisation.fr/information-et-documents/

Écrit le 25/10/2013 à 09:05

Répondre | Alerter

Publié par jel

 

Un paragraphe est particulièrement significatif dans le texte de l'adml (ref. 1) :
" Le taux d'actifs qualifiés pour une même quantité et valeur de livres diffusés va décroissant :
− d'une base 20 en librairie indépendante,
− il descend à 10 ou 12 chez les « grands libraires» régionaux,
− à moins de 10 dans les « grandes enseignes » ,
− à 5 ou 6 chez les « grandes surfaces » ,
− et à moins de 1 dans la vente directe sur le modèle des plates-formes internet qui quant à elles n'emploient pas même de libraires."

Deux lectures possibles :
- l'emploi est mieux préservé par les "librairies indépendantes"
- la distribution est 20 fois plus efficace, par le biais de l'internet. Le lecteur payerait donc 19 personnes 'superflues' … ?

Quelle que soit la sensibilité que l'on porte aux problèmes personnels, on a rarement vu - dans l'histoire - une structure, une organisation résister longtemps quand elle se révèle nettement moins 'efficiente' qu'une autre.
Et si les clients décident que le pré (du bassin brésilien ?) d'à côté est plus vert…
(1) : http://www.antidematerialisation.fr/wp-content/uploads/2013/07/Projet-de-texte-Plan-livre-version-adml2.pdf

Écrit le 25/10/2013 à 11:21

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Écrire en funambule : « Le Jour du grand orage », 36ème nouvelle du Projet Bradbury

Je l'ai dit plus d'une fois : le Projet Bradbury est aussi l'occasion pour moi d'expérimenter et, à mesure...

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com