Le monde de l'édition > Librairies > Actualité

Redresser les finances publiques, sans fragiliser l'industrie du livre

Le SLF entre dans la danse...

Par Nicolas Gary,Le mercredi 09 novembre 2011 à 18:22:15 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Après le Syndicat national de l'édition, voici que le Syndicat de la librairie française réagit à l'annonce faite par François Fillon, de monter la TVA du livre de 5,5 % à 7 %. Dénoncée massivement par la profession, cette décision rendue publique par le Conseil des ministres pose un sérieux problème à l'ensemble des professionnels.


« L'élasticité de la demande pour les livres n'est pas celle que l'on rencontre avec les cigarettes : quand ces dernières augmentent, les gens n'arrêtent pas de fumer. Alors qu'une hausse du prix des livres conduira immanquablement à une baisse des achats », nous expliquait ce matin Serge Guérin, président du MOTif. 

 

Le communiqué du SLF :

Le gouvernement a annoncé un relèvement à 7% du taux réduit de TVA, y compris sur le livre. Le taux réduit de TVA applicable à ce bien devrait donc passer, à compter du 1er janvier 2012, de 5,5 % à 7 %.

 


Si la nécessité de redresser les finances publiques n'est pas discutable, ce n'est pas en fragilisant l'ensemble d'une filière, en risquant d'entraîner la fermeture de centaines de librairies et en détruisant de très nombreux emplois que cet objectif pourra être atteint.

Cette hausse de la TVA est annoncée alors qu'aucune concertation ni aucune évaluation économique et sociale n'a été conduite. Le SLF rappelle que la librairie représente aujourd'hui le commerce de détail le plus fragile économiquement. Sa rentabilité moyenne (résultat net après impôt ou bénéfice) est de 0,3 % de son chiffre d'affaires (étude du Cabinet Xerfi pour le ministère de la culture et de la communication et le Syndicat de la librairie française – mai 2011*).

Si les libraires devaient absorber sur leur marge la hausse de la TVA – ce qui est un risque très réel sur les millions de livres qu'ils ont en stock –, cela reviendrait à diminuer la valeur de leur stock de 1,5 % et à faire passer leur bénéfice de 0,3 % du CA en moyenne à – 0,2 % ! Une majorité des librairies se retrouveraient ainsi en perte et menacées de fermeture.

Comment envisager cette perspective alors même que le gouvernement a reconnu l'urgence des problèmes rencontrés par le secteur de la librairie en engageant voici quelques mois dernier des concertations devant aboutir à un plan d'action en sa faveur ?

Le SLF appelle le gouvernement et les parlementaires à prendre la mesure des risques dramatiques engendrés par une hausse de la TVA sur une profession dont tout le monde s'accorde par ailleurs à reconnaître à la fois la fragilité économique et le rôle indispensable pour la diffusion de la création, le développement de la lecture et l'animation culturelle des villes.

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte #StorySeller

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format Très bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

#StorySeller Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format TRES bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com