Patrimoine et éducation > Patrimoine > Actualité

Europeana récolte les premiers fruits de sa campagne de numérisation

Une data à marquer d'une pierre blanche

Par Antoine Oury,Le vendredi 17 février 2012 à 11:12:37 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La Fondation Europeana, chargée de la numérisation et de la diffusion du patrimoine européen, vient d'annoncer la publication sur une base de données beta de 2,4 millions d'oeuvres sous une licence libre couvrant les métadonnées. Et y a joint une vidéo explicative pour attirer plus de contributeurs.

 

En décembre dernier, Lorena Boix Alonso, directrice de cabinet adjointe de la Commissaire Européenne à la culture, Neelie Kroes, appelait de ses voeux des « solutions innovantes de licences pour promouvoir un partage continu de connaissance et de culture » (voir notre actualitté)


 

Son appel et celui d'Europeana pour la numérisation du patrimoine européen ont visiblement fait leur chemin : le site annonce la mise en ligne de « 2,4 millions de textes, d'images, de vidéos, de sons [qui] viennent des fournisseurs de données ayant répondu rapidement et favorablement. » 200 institutions culturelles dans 15 pays sont concernées, parmi lesquelles la Bibliothèque Nationale Suisse, la Photothèque Allemande ou la BNF (dont le président Bruno Racine siège à la présidence du conseil d'Europeana).

 

Au niveau de la législation, les fournisseurs de données signent un accord d'échange de données Europeana, qui leur garantit qu' « Europeana n'a aucune intention d'incorporer à sa base de données des données autres que des métadonnées et des prévisualisations ». Par métadonnées, on entend donc une « information textuelle (hyper-liens inclus) pouvant servir à identifier, découvrir, interpréter et/ou gérer du Contenu », le plus souvent accompagnée d'une prévisualisation visuelle ou audio.

 

Par ailleurs, ces métadonnées seront publiées sous une licence libre, la CC 0, définie comme telle sur le site de Creative Commons : « En utilisant la licence CC 0, vous renoncez à tous les droits d'auteur, droits voisins ou connexes que vous détenez sur votre oeuvre, comme votre droit à l'image ou votre droit à la vie privée, les droits que vous détenez vous protégeant contre la concurrence déloyale et les droits sur les bases de données protégeant l'extraction et la réutilisation de données. »  Cette licence libre s'applique aux métadonnées et non aux oeuvres, qui font déjà partie du domaine public.


Europeana signale également que l'accord d'échange de données à été signé par « toutes les bibliothèques nationales, par les plus grands musées nationaux [...] et par la plupart des fournisseurs de données dans de nombreux pays ». Il faut noter toutefois que cet accord ne sera en vigueur qu'à partir du 1er juillet 2012. Ce qui laisse un peu de temps à la fondation pour peaufiner l'interface de la base de données, généralement le point faible de ce type de catalogues.


Si vous n'avez rien compris, essayez la petite animation d'Europeana :



Sources : Creative Commons , Europeana

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com