Patrimoine et éducation > Patrimoine > Actualité

Le Livre d'heures de Jeanne de France ira bien à la BnF

Les mécènes ont réuni les 250.000 euros

Par Julien Helmlinger,Le vendredi 30 novembre 2012 à 12:05:49 - 3 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Ce jeudi, la Bibliothèque nationale de France a annoncé le succès de son premier appel aux dons du grand public, dans le cadre de l'acquisition du Livre d'heures de Jeanne de France. Les donateurs, au nombre de 1600, âgés entre 21 et 95 ans, ont permis de rassembler les 250.000 euros nécessaires au rachat du chef d'oeuvre du XVe siècle (voir notre actualitté). Le manuscrit médiéval, avec ses riches enlumlinures, sera intégralement numérisé et disponible sur Gallica.

 

 

 

 

La BnF avait lancé sa première souscription publique, au cours du mois d'août, dans l'optique de mettre la main sur ce trésor national tarifé à un million d'euros par Christie's. Pour que le manuscrit ne vienne compléter les collections de la Bibliothèque nationale, il manquait encore à réunir 250.000 euros avant échéance.

 

Voilà chose faite, et selon un communiqué de la BnF, les dons ont afflué de toutes les régions du pays mais également de l'étranger. Avec des contributions modestes pour certaines et allant jusqu'à 3000 euros pour d'autres.

 

Bruno Racine, président de la BnF, a affirmé : « C'est la première fois que la BNF lançait un appel au grand public pour une acquisition et elle se réjouit d'un tel succès, témoignant du lien fort entre la Bibliothèque et les Français, qui ont à coeur de voir préserver leur patrimoine. »

 

L'acquisition sera finalisée d'ici la fin de l'année en prévision d'une exposition dés 2013, à la BnF, qui prévoit également la numérisation intégrale de l'oeuvre et la mise à disposition en libre accès de sa copie numérique via la bibliothèque Gallica. 

 

 

Sources : Le Point , Le Monde , France TV , Le Journal des Arts

Pour approfondir



Réactions

Publié par Coco

 

Voir la BNF entrer en possession d'un tel chef d'oeuvre, c'est bien.

Mettre à "disposition en libre accès" après numérisation, certes, mais ça va intéresser RÉELLEMENT combien de personnes, hormis celles qui viendront voir de belles images ?

Combien de personnes vont RÉELLEMENT exploiter ce manuscrit pour une étude, alors qu'il y a tant de manuscrits microfilmés non encore numérisés, alors qu'il y a tant de manuscrits non microfilmés non consultables, car un seul feuillet s'est détaché ?

Écrit le 30/11/2012 à 13:56

Répondre | Alerter

Publié par jpdedft

 

Même si certains ont contesté et continuent à contester la démarche, nous avons contribué et il est tout de même heureux qu'un mss d'une telle qualité reste en France. Quant on pense aux Heures de Jeanne d'Evreux et aux Belles Heures qui sont à New-York ... Et encore, même pas achetées ; léguées, si j'ai bien compris, ou données par Maurice de Rothschild. Résultat, payez vous des fac-similés pour y avoir accès ...

Écrit le 30/11/2012 à 18:21

Répondre | Alerter

Publié par jpdedft

 

j'ajoute que le scandale, en fait, est que les fonds publics ne suffisent plus et qu'il faille tant et plus faire appel au mécénat de divers grands groupes industriels ou non, français au non, qui pour restaurer tel ou tel pièce ou meuble etc... de nos châteaux, Versailles en tête. Alors un appel au public, pourquoi pas ?

Le problème de l'accès est grand. On se doute que de tels objets ne sont pas manipulable à l'envie. Gallica, c'est bien. Une édition en fac-similé total ou partiel, de haute qualité serait encore mieux !

Écrit le 30/11/2012 à 18:27

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Livre numérique gratuit

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com