Patrimoine et éducation > Ressources pédagogiques > Actualité

Brevet des collèges 2013 : sujet et corrigé de l'épreuve de français

Un texte tiré du Soleil des Scorta de Laurent Gaudé.

Le jeudi 27 juin 2013 à 11:05:01 - 45 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Ce matin, pas moins de 800 000 jeunes, élèves de troisième, sont venus plancher sur le sujet de français du brevet des collèges 2013 (voir notre actualitté). Avec l'arrivée des nouveaux programmes en classe de 3ème, quelques changements à la marge ont été apportés à cette épreuve de français. Essentiellement une dictée allongée et la possibilité de choisir entre deux sujets pour la rédaction.

 

Pour cette première épreuve, d'une durée de trois heures, c'est finalement un texte de Laurent Gaudé qui a été choisi, tiré du Soleil des Scorta (2004). La difficulté de ce sujet est toute relative si on la compare à celle des autres sujets tombés en Amérique du Nord ou à Pondichéry (voir notre actualitté).

 

Le texte et les questions (15 points) :

 

Avec 15 points sur les questions, 4 sur la réécriture, 6 sur la dictée et 15 sur la rédaction, les élèves bénéficiaient de nombreuses possibilités pour montrer l'étendue de leurs connaissances. Le sujet proposé ne comportait pas de difficultés particulières.

 

 

Une réécriture assez simple : des changements de personnes uniquement (4 points)

 

« Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n'avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. »

 

Réécrivez les phrases suivantes, en remplaçant les pronoms de la première personne du pluriel (nous) par la troisième personne du pluriel (ils). Vous ferez toutes les modifications nécessaires.

 

Une dictée axée sur les accords : (6 points)

 

 

Tous les émigrants n'étaient pas obligés de passer par Ellis Island. Ceux qui avaient suffisamment d'argent pour voyageur en première ou en deuxième classe étaient rapidement inspectés à bord par un médecin et un officier d'état civil et débarquaient sans problèmes. Le gouvernement fédéral estimait que ces émigrants auraient de quoi subvenir à leurs besoins et ne risqueraient pas d'être à la charge de l'Etat. Les émigrants qui devaient passer par Ellis étaient ceux qui voyageaient en troisième classe [...] dans de grands dortoirs non seulement sans fenêtres mais pratiquement sans aération et sans lumière, où deux mille passagers s'entassaient sur des paillasses superposées.

 

Georges PEREC, Ellis Island, 1980.

 

 

Sujets de rédaction : entre dialogue, description et argumentation (15 points)

 

C'est là la grande nouveauté du brevet des collèges version 2013 : deux sujets sont désormais proposés au choix des élèves, un premier souvent narratif et un second plus argumentatif. 

 

SUJET N°1 :

Imaginez la suite de ce texte, dans laquelle la narratrice raconte les premiers jours des personnages à New-York.

Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).

 

SUJET N°2 :

Le monde d'aujourd'hui laisse-t-il place, selon vous, à un ailleurs qui fasse rêver ?

Vous donnerez votre réponse dans un développement argumenté et organisé.

Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).

 

 

ELEMENTS DE CORRECTION CONCERNANT LES QUESTIONS ET LA REECRITURE

 

QUESTIONS (15 points)

1. « […] ce continent où les crasseux comme nous étaient les bienvenus. »

(ligne 13-14)

a) De quel continent s'agit-il ?

Il s'agit du continent américain.

 

b) Qui est désigné par l'expression « les crasseux » ? Que pensez-vous de cette formulation ?

L'expression « les crasseux » désigne les « miséreux d'Europe » (l. 4), c'est-à-dire les émigrants pauvres venus d'Europe en espérant réussir à mieux gagner leur vie en Amérique. La formulation « les crasseux » est volontiers dépréciative. Elle dénote une forme d'autodérision de la part de la narratrice.

 

2. En vous appuyant précisément sur le texte, expliquez ce que les personnages attendent de ce nouveau pays.

Les personnages, pauvres en Europe, espèrent, en débarquant en Amérique, commencer une nouvelle vie. Ils souhaitent repartir à zéro dans un lieu où tout sera « différent, les couleurs, les odeurs, les lois, les hommes. » (l.11-12) C'est bien sûr le rêve américain qu'ils ont tous à l'esprit et déjà, sur le bateau, ils ne font que s'adonner au rêve.

 

3. a) Par quels sentiments successifs passent les personnages aux différentes étapes du voyage ? Illustrez votre réponse par des éléments précis du texte.

 

Les personnages passent d'abord, durant le voyage, par des sentiments de crainte et de douleur : ils pleurent même lorsque « l'immense bateau a quitté la baie de Naples » (l. 8). Puis, c'est l'espoir face au continent américain : « la joie » (l. 19) les envahit, avec aussi un sentiment « d'impatience » (l. 25).

 

b) Pourquoi le « sentiment » évoqué à la ligne 29 est-il qualifié d' « étrange » ?

 

Ce sentiment peut paraître étrange car il s'inscrit en opposition avec le cadre et les circonstances dans lesquelles arrivent les passagers. Tout devrait leur indiquer qu'ils sont étrangers et pourtant, ils se sentent déjà adoptés : « nous étions ici à notre place. »

 

4. « Le paquebot se dirigeait lentement vers la petite île d'Ellis Island. La joie de ce jour, don Salvatore, je ne l'oublierai jamais. Nous dansions et criions. » (lignes 18 à 20) : identifiez les deux temps utilisés et justifiez l'emploi de chacun.

 

On retrouve dans ce passage l'emploi majoritaire de l'imparfait de l'indicatif, avec « se dirigeait », ou « dansions » mais également, de façon isolée, un verbe au futur simple de l'indicatif, « oublierai ». Ce dernier est employé par la narratrice en référence au moment de l'énonciation de ses souvenirs. Cela appartient au présent de la narratrice. A contrario, l'imparfait correspond au passé, aux souvenirs qu'évoque la vieille femme en s'adressant à don Salvatore.

 

5. « Miséreux d'Europe au regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés. » (ligne 4) :

a) Quelles remarques grammaticale pouvez-vous faire sur la construction de ces deux phrases ?

 

Ces deux phrases sont non-verbales, elles ne sont constituées que de groupes nominaux.

 

b) Quel effet produisent-elles sur le lecteur ?

 

Ces deux phrases nominales descriptives contribuent à brosser un portrait très dur des êtres qui sont sur le départ. Cela peut susciter chez le lecteur un sentiment de compassion face à la misère ainsi décrite brutalement, sans marques d'émotion. L'ensemble donne l'impression d'une masse d'individus qui se trouvent à la dérive.

 

6. Pensez-vous que Domonico a raison en murmurant « La vie commence. » (ligne 9) ? Développez votre réponse en quelques lignes. Vous prendrez appui sur le texte et éventuellement votre culture personnelle.

 

En murmurant « La vie commence », Domenico fait, avec raison, résolument le choix de se tourner vers l'avenir qui les attend, avec beaucoup d'espoir. Les Etats-Unis se sont, depuis leurs origines, construits sur l'immigration. Ce processus continua, tout au long du XXème siècle, à offrir une possible réussite à ceux qui vivaient misérablement en Europe. Ce « rêve américain » fut cependant mis à mal par la crise de 1929 mais redevint réalité à l'issue de la Seconde guerre mondiale.

 

REECRITURE (4 points) :

 

« Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n'avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. »

 

Réécrivez les phrases suivantes, en remplaçant les pronoms de la première personne du pluriel (nous) par la troisième personne du pluriel (ils). Vous ferez toutes les modifications nécessaires.

 

Correction de la réécriture :

 

« Comme tous les autres, ils se sont tenus par la main pour ne pas se perdre dans la foule. Comme tous les autres, la premère nuit, ils n'ont pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne leur dérobent la couverture qu'ils se partageaient.»

 

 

Pour approfondir

photo De Sepausy Victor

   

Rédacteur en chef de ActuaLitté. Minutieux. Homme de lettres et de pages (de caractères)

 

Mots clés :
sujet - brevet - français - 2013



Réactions

Publié par Baba

 

Ils ont pris le même texte que les bac pro mdrr.

Écrit le 27/06/2013 à 11:37

Répondre | Alerter

Publié par ahhh

 

les batards le plus dur c'étais la redaction

Écrit le 27/06/2013 à 13:53

Répondre | Alerter

Publié par eki

en réponse à ahhh  

@ahhh 8 mots 2 fautes, on le comprend que c'était dur :)

Écrit le 27/06/2013 à 14:44

Répondre | Alerter

Publié par King

 

ça va cette année pas trop compliqué le sujet ..
La rédaction peu être un peu plus, mais un choix est possible entre narration/argumentation

Écrit le 27/06/2013 à 14:53

Répondre | Alerter

Publié par PhA

 

L'épreuve de français du brevet fait ses adieux à la grammaire.
http://hublots.over-blog.com/article-l-epreuve-de-fran-ais-du-brevet-fait-ses-adieux-a-la-grammaire-118755103.html

Écrit le 27/06/2013 à 15:44

Répondre | Alerter

Publié par PhA

 

L'épreuve de français du brevet fait ses adieux à la grammaire.
http://hublots.over-blog.com/article-l-epreuve-de-fran-ais-du-brevet-fait-ses-adieux-a-la-grammaire-118755103.html

Écrit le 27/06/2013 à 15:46

Répondre | Alerter

Publié par juliette

 

j'ai tout bon je suis trop contente ! 40/40

Écrit le 27/06/2013 à 17:02

Répondre | Alerter

Publié par Barbara

en réponse à juliette  

Peux être pas, tu as peut être des fautes en rédactions ou des fautes bêtes que tu n'as pas vu n'affirme rien avant de savoir :p sinon bravo :p

Écrit le 27/06/2013 à 17:54

Répondre | Alerter

Publié par jeannette

en réponse à Baba  

C'est beaucoup plus simple que les brevets blancs :)

Écrit le 27/06/2013 à 19:48

Répondre | Alerter

Publié par Julie

 

Les chieurs!! Ils nous ont fait chier pour les figures de style et il n'y avait rien !!!!!!!!

Écrit le 27/06/2013 à 19:50

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com