Patrimoine et éducation > Programmes officiels > Actualité

École : le service minimum, test à partir du 24 janvier

C'est à dire alphabet jusqu'à la lettre "F", calcul de type addition "1+1" et histoire façon nos ancêtres les Gaulois ?

Par Clément S.,Le mercredi 09 janvier 2008 à 12:13:07 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

L'annonce émane du Ministère de l'Éducation, tel un papillon quittant sa chrysalide : le 24 janvier prochain, un service minimum ripostera à la grève laquelle ne sera que la suite de celle du 14 janvier... Car d'après le ministre, ce sera un mouvement « sans doute fort » et qui offrira « un bon test pour nous ». En effet, une telle initiative ne devait voir le jour que d'ici neuf mois.

Un accouchement quelque peu prématuré ?

Composé de « volontaires », ce service se destine uniquement à l'accueil des élèves « six heures par jour », ne ciblant alors que les établissements contraints de fermer durant un tel mouvement. Une aide sera alors perçue, en fonction du nombre d'enfants : 90 euros pour un groupe de 1 à 15 et dont « le financement de ce service sera assuré à partir des fonds correspondants aux retenues sur salaire des grévistes ». Les Échos estiment à 35 millions d'euros l'économie réalisée sur les salaires, durant une grève engageant 40 % du corps enseignant.

Pendant ce temps, les syndicats pestent

Gilles Moindrot, de Snuipp-FSU déclare : « Si derrière les projets du ministère il y a la volonté de réduire le droit de grève des enseignants et des directeurs d'école, on s'y opposera foncièrement, car c'est une remise en cause d'un droit constitutionnel ». Et ce secrétaire général du syndicat majoritaire dans le primaire sait de quoi il parle, allant jusqu'à envisager d'aller « plus loin, je ne reculerai pas sur ce sujet parce que c'est une promesse du président Nicolas Sarkozy. »

Et les associations s'étonnent

Pour Jacques Pelissard, président de l'Association des Maires de France, tout ceci est un peu confus. Le Ministre fait, selon lui, preuve « d'une conception originale du service minimum par report de la responsabilité de l'État sur des acteurs étrangers aux conflits ayant conduit à la grève ».

De son côté, la FCPE s'interroge sur la réalité de fonctionnement et les conditions, tant matérielles que d'encadrement. Farride Hamana, président national de la FCPE estime « que les parents peuvent entretenir des craintes légitimes, non seulement sur la qualification des personnes qui seront alors employées, mais également sur les conditions dans lesquelles seront organisées restauration et garderie. »

En somme, constate l'association, tout cela ne fonctionnera que si les parents n'amènent pas leurs enfants...

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
école - service - minimum - 24 janvier



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com