Culture, Arts et Lettres > Récompenses > Actualité

Hubert Haddad, nouveau lauréat du prix littéraire Louis Guilloux

Un joli cadeau lors du 30 ème anniversaire du Prix Louis Guilloux

Le lundi 06 mai 2013 à 15:22:53 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le Peintre d'éventail, paru aux éditions Zulma en janvier 2013, a été désigné par le jury présidé par le poète et écrivain breton Yvon Le Men. La cérémonie a eu lieu à Saint-Brieuc le vendredi 3 mai au Conseil général des Côtes-d'Armor, qui a d'ailleurs créé ce prix littéraire.

 

 

 

 

Après une délibération du jury le 15 mars et l'annonce du lauréat le 18 mars, la remise du Prix s'est déroulée le 3 mai 2013. Une année pas comme les autres puisque elle s'annonce être riche en rencontres et en animations pour les 30 ans du Prix Louis Guilloux : lectures, rencontres avec les auteurs, débats philosophiques, projections de films d'animation sont au programme.


Le lendemain de la remise du prix, Hubert Haddad a participé à la rencontre avec le public qui s'est déroulée à La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieux. Le même après-midi s'est tenue une conférence intitulée Louis Guilloux, un ami actuel, animée par l'écrivain Yannick Pelletier, professeur de lettres et spécialiste universitaire de Louis Guilloux.

 

Louis Guilloux est connu pour son attachement à la réalité humaine, à la « considération pour le sort des individus » qui transpire à travers ses oeuvres, parfois sous la forme d'une certaine noirceur. « Sa littérature hantée par l'injustice et la misère, reste très contemporaine », cite un communiqué.


À l'image de l'auteur breton Louis Guilloux, l'écrivain d'origine tunisienne Hubert Haddad est un auteur engagé, intellectuellement parlant. Dans Le peintre d'éventail, les personnages fantasques, l'île perdue entre montagnes et Pacifique, et le jardin de maître Osaki créent une atmosphère particulière. Cet imaginaire mène à des questionnements sur la complexité du monde et laisse libre court à l'extra-ordinaire. Bouleversements, émotions et maîtrise de la langue ont séduit le jury. Les Haïkus du peintre d'éventail, paru également chez Zulma en janvier, est comme une mise en abîme de ce roman.

 

« Hubert Haddad regarde patiemment le monde et s'efforce de préserver ce qu'il y reste de grâce », cite Ariane Singer du magazine culturel Transfuge. Romain Vachoux de la librairie du Tramway (Lyon) a exprimé le même enthousiasme :  « Un Japon poétique servi par une langue splendide ».

 

Le Prix Louis Guilloux, créé en 1983 par le conseil général des Côtes-d'Armor en l'honneur de l'écrivain breton du même nom, couronne chaque année et depuis trente ans, une oeuvre littéraire française. L'un des critères spécifiques à cette dotation de 10.000 euros est la « dimension humaine d'une pensée généreuse, refusant tout manichéisme, tout sacrifice de l'individu au profit d'abstractions idéologiques ».

 

À l'occasion du 30e anniversaire, un jury de citoyens a été invité à élire leur roman "coup de coeur", dans le prolongement de ce prix.

Sources : Prix littéraire , Zulma

Pour approfondir

photo Lauren Muyumba

   

Lauren Muyumba, journaliste apprentie. Encre ouverte sur le monde, bille de motivation, plume d'esprit, support web.

 

Mots clés :
Louis Guilloux - Hubert Haddad - 30 ème anniversaire - Le peintre d'éventail



Réactions

Publié par Julien

 

Vive l'autocélébration !

Le monde de l'édition française continue à tourner en vase clos. Les éditeurs se récompensent eux-mêmes et tout le monde est content !

Écrit le 07/05/2013 à 07:26

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com