Le monde de l'édition > Reportages

BnF : sacrifier le domaine public pour numériser les indisponibles

Le dimanche 17 février 2013 à 09:47:23 - 6 commentaires

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

La polémique en cours sur les accords de partenariats conclus par la BnF avec des sociétés privées pour la numérisation de ses fonds rebondit à nouveau, pour entrer cette fois en collision avec un autre dossier brûlant dans lequel l'établissement est impliqué : la numérisation des livres indisponibles du XXe siècle. Un document interne publié aujourd'hui par Actualitté dévoile en effet que la BnF s'apprête à utiliser ses propres chaînes pour numériser les 10 000 premiers ouvrages indisponibles. Or ce marché de numérisation, passé auprès des sociétés Jouve-Safig-Diadéis, n'avait pas à l'origine été conçu pour accueillir de tels ouvrages, mais bien des livres du domaine public, afin qu'ils soient rendus accessibles en ligne via Gallica, sa bibliothèque numérique.

 

En page 3, le document indique : « En 2013, les 10.000 premiers indisponibles seront numérisés dans le cadre du marché de numérisation d'imprimés en cours (prestataire Jouve/Numen).» Et un schéma en page 4 mentionne explicitement que la « numérisation sur le marché Jouve-Safig-Diadéis de 10.000 oeuvres » se fera « sur crédits CNL marché Jouve », pour un montant de l'ordre d'un million d'euros. En faisant ce choix, la BnF s'apprête en réalité à sacrifier la numérisation et la mise en ligne en accès gratuit pour tous du domaine public à un projet éminemment politique, qui bénéficiera avant tout aux éditeurs français.

 

En effet, ces ouvrages indisponibles n'ont pas vocation à être mis en ligne, mais à être vendus via une Société de Projet, aux simples particuliers ainsi qu'à des « bibliothèques clientes », comme l'indique le document. Ces livres indisponibles ne font à l'heure actuelle plus l'objet d'une commercialisation active, mais ils restent protégés par des droits d'auteur. Il aura fallu le vote en mars 2012 d'une loi spécifique pour régler les questions juridiques épineuses soulevées par ce projet, déclenchant au passage de fortes protestations de la part de représentants d'auteurs, se plaignant que le dispositif de gestion collective imaginé est fortement déséquilibré au profit des éditeurs.

 

 

Oeuvre numérisée... 

 

 

Jusqu'à présent, il avait été partout annoncé que la numérisation des indisponibles se ferait par le biais des Investissements d'avenir, issu du grand emprunt national lancé par le précédent gouvernement, mais ActuaLitté avait déjà révélé en juillet 2012 que l'argent de la numérisation par Jouve pourrait bien être utilisé par la BnF pour les indisponibles, ce qui soulevait de nombreuses interrogations.

 

Nous en avons à présent la confirmation et il s'agit d'un emploi éminemment contestable de ces crédits, notamment au regard de la polémique qui a éclaté à propos des accords de partenariats relatifs à la numérisation du domaine public.

 

Se tourner vers de nouvelles solutions

 

En effet, la numérisation opérée par Jouve-Safig-Diadéis est financée par le biais de crédits versés par le Centre National du Livre (CNL), eux-mêmes issus de la redevance pour copie privée, dont les Français s'acquittent lorsqu'ils achètent des supports vierges et des appareils électroniques. Ces crédits représentent de véritables subventions, sans obligation de remboursement de la part de la BnF, ce qui lui a permis de mettre en ligne jusqu'à présent les oeuvres du domaine public. Ce mode de financement est particulièrement « sain », car s'agissant d'une taxe affectée, il n'impacte pas les finances de l'État, tout en permettant la mise en ligne du patrimoine national en accès gratuit, pour le bénéfice de tous.

 

Or Bruno Racine, président de la BnF, affirme que ce sont les restrictions budgétaires qui l'ont obligé à se tourner vers d'autres solutions, impliquant d'accepter que les ouvrages ne seront pas mis en ligne pendant 10 ans, le temps que la firme ProQuest, choisie dans le cadre des partenariats, puisse rentabiliser les investissements nécessaires à la numérisation des ouvrages anciens.

 

Mais si la BnF manque d'argent pour numériser le domaine public, comment se fait-il qu'elle décide de numériser entièrement à ses frais, sur les crédits du CNL, 10.000 livres indisponibles, amputant d'autant au passage la part à consacrer au domaine public ? Ce faisant, elle offre aux éditeurs français un immense cadeau, car sans cette manne providentielle, ces 10.000 premiers indisponibles auraient dû être numérisés avec l'argent des Investissements d'avenir, impliquant à terme un remboursement. Les éditeurs dans ce dispositif sont triplement gagnants : ils conservent par la loi leurs droits sur les ouvrages, alors qu'ils auraient dû retourner légitimement aux auteurs pour défaut d'exploitation ; la numérisation des fonds est entièrement prise en charge par la BnF, sur des fonds publics ; la commercialisation des ouvrages leur assurera un retour financier, via une société de gestion collective (certainement la SOFIA, en tout état de cause).

 

Les bibliothèques, des vaches à lait

 

Mais ce n'est pas tout, car la chaîne de numérisation Safig-Jouve-Diadéis n'était pas dédiée uniquement à la numérisation des seuls fonds de la BnF. Elle servait également pour un tiers des volumes traités à numériser les collections confiées par d'autres bibliothèques françaises. Ces dernières vont être les grandes perdantes dans cette affaire, car elles se voient doublement, sinon triplement, spoliées. La BnF préfère numériser des oeuvres indisponibles plutôt que leurs collections d'oeuvres du domaine public. Elles sont aussi les cibles commerciales visées par la base de données ProQuest, avec une part des bénéfices reversée à la filiale BnF-Partenariats, alors que partout ailleurs en Europe, ProQuest a offert un accès gratuit aux corpus dans le pays d'origine.  Et le document publié aujourd'hui nous dit qu'elles sont également envisagées comme des « clientes » pour l'achat des livres indisponibles !

 

La révélation de ce revirement de politique de la part de la BnF jette une lumière crue sur les arguments avancés par Bruno Racine dans sa tribune publiée la semaine dernière dans les colonnes du Monde pour justifier son action. À l'en croire, la crise budgétaire aurait rendu nécessaire le recours à ces partenariats public-privé pour éviter que la numérisation du domaine public ne s'étale sur de longues années. Mais cet établissement, soi-disant pris à la gorge financièrement, est encore capable de faire un cadeau d'un million d'euros pour numériser 10 000 livres indisponibles à la place du domaine public... La crise a bon dos et il faut sans doute creuser davantage pour comprendre les motivations réelles à l'oeuvre dans ces affaires.

 

Si l'on voit bien l'intérêt pour la BnF, et encore plus pour les éditeurs, il est patent que ces faveurs se font au détriment de l'intérêt du public, qui n'aura accès en ligne ni au domaine public, ni aux livres indisponibles, et au détriment des autres bibliothèques françaises, littéralement traitées comme des vaches à lait.

 

Dérives...

 

Bruno Racine récuse les accusations de « privatisation » et « d'expropriation du domaine public », qui ont été lancées à l'encontre des partenariats publics privés. Mais il est à présent manifeste que la situation est bien plus grave encore : nous assistons à une instrumentalisation politique du processus de numérisation du patrimoine et à son inféodation au service d'intérêts privés. Le Salon du Livre approche et c'est sans doute la cause de tous ces empressements de la part des acteurs impliqués dans le dossier des Indisponibles, tandis que la parution du décret nécessaire à la mise en oeuvre du dispositif est annoncée comme imminente.

 

Les Indisponibles et les appels à partenariats sont deux dossiers qui ont baigné de bout en bout dans une profonde opacité, mais les pièces du puzzle commencent à s'emboîter. Il ne s'agit plus seulement de protéger le domaine public des atteintes qu'on veut lui faire subir, mais de mettre un terme à ces dérives préoccupantes s'agissant d'un établissement public.

 

  numérisation Jouve BnF oeuvres indisponibles.pdf by   ActuaLitté

photo Calimaq S.I. Lex

   

"Juriste", Bibliothécaire / Auteur du blog S.I.Lex http://scinfolex.wordpress.com

 

Mots clés :
numérisation - oeuvres indisponibles - domaine public - Bruno Racine



Réactions

Publié par luc nemeth

 

Y a-t-il encore une ministre de tutelle, à défaut de ministre en tutu ? Les bras en tombent, là où on découvre que "Bruno Racine, président de la BnF, affirme que ce sont les restrictions budgétaires qui l'ont obligé à se tourner vers d'autres solutions". Il suffira ici de rappeler : que Bruno Racine n'a... aucun droit, dans le cadre de la subordination hiérarchique quie est la sienne, à prendre ce genre d'initiatives.

Écrit le 15/02/2013 à 14:43

Répondre | Alerter

Publié par jpd

 

Avec une argumentation aussi bien étayée, il me parait évident de déposer un recours devant le tribunal administratif voire le conseil d'État; il y a matière à plusieurs plaintes : détournement de fonds, abus de pouvoir du président de la BNF, non respect des clauses des investissements d'avenir et pourquoi pas non respect des règles de la concurrence ?. Ne serait ce que pour porter l'affaire sur la place publique.
Merci du détricotage de ce scandale

Écrit le 17/02/2013 à 11:02

Répondre | Alerter

Publié par alphonse

 

C'est ... incroyable.

Qui est ce Bruno Racine ? A-t-il des amis dans l'industrie à qui ils jettent des coffres pleins de l'argent du contribuable ?

Ou est-il simplement bête ? A un tel niveau d'absurdité, cela semble difficile.

Écrit le 17/02/2013 à 19:20

Répondre | Alerter

Publié par flora

 

Bon, elle est où la pétition pour HURLER AU SCANDALE avant la publication du décret ? je signe des deux mains...

C'est de l'abus de biens sociaux, du vol, du détournement de pouvoir ET de biens publics, et en plus, au profit des éditeurs qui n'ont pas fait leur travail (puisque, et par définition, si le livre est indisponible, c'est qu'ils ne l'éditent plus, donc ont perdu TOUT DROIT dessus) !!!

Je ne suis pas auteur, juste bibliothécaire/documentaliste, mais là, ça me donnerait bien envie d'aller lui balancer une bombe (ou un gros pétard) dans son bureau, à M. Racine, si ça ne risquait pas, au passage, d'endommager des livres ;)

Écrit le 18/02/2013 à 10:17

Répondre | Alerter

Publié par Danielle Dopler

en réponse à luc nemeth  

La mise au service d'intérêts privé du service public est un véritable scandale. J'espère que les responsables en auront à répondre en justice.

Écrit le 18/02/2013 à 13:12

Répondre | Alerter

Publié par Dreamer

 

Dommage ! Gallica c'était un projet de bibliothèque qui honorait notre pays.
Il faut savoir où on met ses priorités dans une économie avancée culturellement... Vendre son âme au diable libéral et marchand est une très mauvaise idée.

Écrit le 19/02/2013 à 10:42

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

pub

Communiqué

Rentrèe Littéraire : La vie du Buffalo Bill avec Eric Vuillard

Rencontres / Débats - Jeudi 25 septembre 2014 à 20h00 - A la librairie Rencontre - débat avec Eric Vuillar autour [...]

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com