Le monde de l'édition > Reportages

Fnac et les ebooks : TVA, prix, formats... ça travaille

Par Clément S.,Le jeudi 13 août 2009 à 17:02:12 - 3 commentaires

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

L'arrivée de 20.000 ebooks en format PDF, sur le site de Fnac n'a pas manqué de nous interpeller : les questions fusent d'ailleurs dans vos emails. Pourquoi pas l'ePub, c'est quoi ce catalogue ? Et quand est-ce qu'on va prendre un verre ? - pardon, celui-ci est personnel...

Formats, PDF ou ePub : ça dépend de ce qu'on mange

Enfin, nous avons obtenu quelques éléments qui permettent de faire un point sur le sujet. D'abord... le PDF. « C'est assez simple : d'une part, le PDF est plus rapide à obtenir, parce que les éditeurs en disposent rapidement, d'autre part, la plupart des ouvrages disponibles relèvent du contenu technique. Les gens qui les achètent les lisent sur leur ordinateur parce qu'ils veulent avant tout uneinformation : on ne parle pas de littérature pour laquelle l'ePub est plus intéressant. » Alors, oui, on ne profitera pas pleinement de ces ouvrages sur son lecteur, car, suppose le magasin, ils serviront plus dans le cadre d'un travail immédiat.

Libres de droit, anglais, français ?

Ensuite, les questions sur la quantité francophone / anglophone... n'ont pas eu de réponses. « Nous ne communiquons pas sur ces points, simplement parce que nos arrivages réguliers fausseraient le chiffre que je vais vous donner »... Et que l'on n'aura jamais eu. Malins chez Fnac...

Et en guise de livres, on peut acccéder à quoi ? Quelques centaines d'ouvrages libres de droits, et principalement des fonds de catalogue d'éditeurs. « Dans le courant de l'année 2010, nous allons mettre en place des accords pour agiter un peu le numérique et proposer bien plus de nouveautés. Je ne peux simplement pas encore vous donner de date précise. »

Des tarifs qui mettent toujours les nerfs

Reste que Fnac rencontre encore deux problèmes : le premier, c'est le prix des livres numériques. « Quand une version poche est sortie du livre, nous estimons que le tarif du livre numérique doit être plus basse, mais il en va de même si seule la première édition est disponible. Il faut un avantage tarifaire pour les clients sur les livres numériques et c'est là notre sujet principal de conversation avec les éditeurs. »


Doivent pas avoir des soirées super sympatoches alors.

Mais par "avantage" qu'envisage-t-on ? « Bien sûr, une baisse de la TVA pour le livre numérique : c'est le même produit que l'on vend pour le moment, alors on doit avoir les mêmes taxes. » Ensuite, nous explique-t-on, les clients Fnac ont estimé que les livres numériques les attireraient s'ils étaient 40 % moins chers qu'aujourd'hui. « Si le titre n'existe pas en poche, 20 % de réduction [NDR : Après passage à une TVA de 5,5 %] est intéressant, mais nous estimons que le prix juste devait alors se trouver entre 20 et 30 %. »

Stockage : les éditeurs gardent tout

Autre souci majeur : le stockage des fichiers. Nous n'en saurons pas beaucoup plus sur le sujet, mais Fnac ne dispose pas des fichiers numériques qu'elle vend sur son site, les éditeurs préférant qu'ils soient conservés sur leur plateforme de stockage. Ainsi, quand vous achetez un livre chez Fnac, vous payez sur le site, mais c'est l'éditeur qui envoie le fichier directement à l'acheteur. « Cela rend concrètement la chaîne un peu plus lourde et plus complexe à gérer... »

Et demain, quid du numérique ? Eh bien, nous devrions vous faire part d'une annonce intéressante dans les prochains jours, dans ce domaine justement...

Mots clés :
fanc - ebooks - TVA - prix



Réactions

Publié par Martial

 

Il s'agit encore de la plateforme Numilog et de titres affiliés à Hachette ou diffusés/distribués par Numilog.

Écrit le 14/08/2009 à 10:22

Répondre | Alerter

Publié par van geirt

 

J'ai créé il y a trois ans Atelier de Presse... L'aventure à tourné court au bout de trois longues années. Le problème avec les libraires c'est qu'ils veulent le beurre et l'argent du beurre. A savoir que la différence de prix qu'ils imposent entre le papier et l'ebook est insignifiante. Alors qu'ils bénéficient de la TVA à 5,5% pour le livre et à 19,60% pour le-book. Cela ne justifie aucunement et n'encourage nullement l'acheteur, déjà réticent à l'achat du e-bois. Atelier de Presse vendait ses e-books 75% de moins que la version papier et les ventes allaient en augmentant. L'aventure à tourner court faute d'aide. Mais la recette pour l'e-book reste un prix nettement plus bas ce qui n'est pas le cas au Divan, à la Fnac et autres éditions qui se lance dans ce système qui - s'il n'est pas encore l'avenir en France - le sera grâce aussi PDA et autres portables. Mon problème fut que les auteurs - eux aussi - étaient aussi exigant pour l'e-book que pour le papier et qu'enfin, aucun journaliste n'a jamais voulu lire un service de presse en PDF. On vante l'ecologie, les forêts, mais pas pour soi, pour les autres... Alors je n'ai pas la réponse. Et vous ?

Écrit le 14/08/2009 à 16:52

Répondre | Alerter

Publié par CLERC MAURICE

 

Je propose quelque chose de concret : que tout ceux qui lisent un livre en numérique, se donnent la peine de corriger, au passage, toutes les "fotes" qui restent dûes à la numérisation... je pense que ce ne serait pas mal.

Écrit le 14/08/2009 à 17:40

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Communiqué

John King : le retour

Dédicaces - Jeudi 18 septembre 2014 à 19h30 - A la librairie Et c’est avec beaucoup de plaisir et d’émotion [...]

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com