Le monde de l'édition > Reportages

Le livre numérique en trois leçons : le texte, le code et l'économie

Le mardi 20 août 2013 à 08:10:41 - 0 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du Master Édition et Audiovisuel de Paris IV-Sorbonne, vous donnent rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du Master et de l'association.  Cette semaine, on vous dévoile les coulisses de la création d'un livre numérique.

 

Lorsque l'on code un livre numérique pour la première fois, il devient rapidement indispensable d'avoir des tasses de thé et de café à portée de main car l'on commence forcément par s'arracher les cheveux pour comprendre le fonctionnement de ce qui, disons-le, n'est pas franchement limpide pour des étudiants en lettres, plus habitués aux pages jaunies des vieux livres de bibliothèque qu'aux lignes de code qui se suivent sur un écran. 

 

Bref.

 

Les explications qui vont suivre sont le fruit de longues après-midi d'apprentissage fastidieux, appris en cours et sur le tas. Promis, on va tenter de faire simple, afin de ne pas vous donner la migraine.

 

Leçon numéro 1 : derrière le texte, un code

 

Les pages qui tournent en un clic, les mots qui s'animent sous l'effet d'une pression digitale, une musique qui accompagne un texte… Un livre numérique se litde manière simple et intuitive. Difficile d'imaginer tout ce qu'il a fallu mettre en place pour aboutir au résultat final. Car derrière la mise en page du texte se cache un dialecte étrange : le code HTML.

 

Et il n'est pas si facile de se plier aux exigences du code : tous les éditeurs vous le diront, et les deux étudiantes du Master LMA qui se sont attelées à la tâche ne s'opposeront certainement pas à ce constat. Publier un livre numérique nécessite tout d'abord de comprendre le fonctionnement du code HTML. Aussi, avant de mettre en forme le texte brut, il convient d'abord de créer la feuille de style – dite feuille CSS pour Style Cascade Sheets, littéralement les feuilles de style en cascade. C'est sur cette feuille que les premières données sont rentrées et que les styles sont créés : on y décide si l'on souhaite les titres plus ou moins gros, les intertitres plus ou moins colorés, etc. Il faut ensuite relier cette feuille de style à toutes les pages qui composeront l'ouvrage numérique – une page HTML par page de livre – et appliquer le style dans le texte brut. 

 

Pour cela, il faut insérer des balises : si, dans notre feuille de style, les titres mis en gras sont renseignés sous le nom « .gras », c'est la balise éponyme qu'il faut insérer autour du texte brut à transformer en titre. Un paragraphe ferré à gauche ou justifié prendra par exemple le nom de « .paragraphe », et c'est donc une balise du même nom qui encadrera le texte à transformer en style « paragraphe ». Lorsque ces premières bases sont assimilées, il devient très tentant d'approfondir les possibilités permises par le format ePub et les styles à créer se multiplient sur la feuille CSS… Au point que l'organisation et la rigueur deviennent la clé d'un codage réussi.

 

 


 

 

On vous épargnera les détails techniques concernant les formats, les mots barbares et les calculs invraisemblables à effectuer pour espérer avoir une mise en page aérée, sobre et cohérente avec l'idée de départ : car les étudiantes n'ont eu d'autre choix que de s'adapter au code pour concevoir un graphisme rappelant celui adopté pour l'ouvrage papier. Il a fallu s'armer de patience, renoncer à des effets somptueux – mais irréalisables –, échouer et recommencer de manière répétée pour parvenir à créer l'ePub final.

C'était doncune première immersion dans le monde compliqué mais néanmoins logique des éditeurs d'ouvrages numériques. Ainsi, Instants a permis aux éditeurs des fictives Éditions Rouages d'apprivoiser un nouveaulangage, non sans quelques difficultés. Et justement : nous allons voir à présent comment, concrètement, se « pense » un ouvrage numérique, par le biais de l'expérience Instants.

  

 

Leçon numéro 2 : derrière le code, une idée

 

L'ouvrage papier Instants, conçu et publié par les étudiants tout au long de leur formation de Master 2 LMA, propose un fil conducteur – la mèche de Kairos –, synonyme de temps qui court et qui parcourt l'ouvrage, lui-même composé de multiples instants volés, figés, puis maquettés. 

 

Afin de reprendre cette thématique et décliner l'ouvrage numérique à partir du papier tout en proposant un enrichissement intéressant, les étudiants ont souhaité créer deux parcours de lecture qui permettraient de retrouver cette thématique des instants reliés entre eux par la figure mythique de Kairos. Ainsi, le lecteur a le choix entre un premier parcours« classique » où il découvre, au fil des pages, les instants qui composent l'ouvrage papier, et un « chemin de traverse » qui sillonne les genres littéraires par le biais d'œuvres inédites. Pour ce parcours, comme fil conducteur, la silhouette de Kairos permet de sauter d'instant en instant et dedécouvrir avec elle des œuvres de genre, exclusivement retenues pour l'ouvrage numérique afin de révéler tout leur potentiel : une BD, un calligramme, un Oulipo, un slam, un conte ou encore un texte durassien… Autant d'instants traduits en code de manière à les mettre en scène sur les« pages » du livre numérique. 

 

 


 

 

Pour répondre aux exigences de la demande sans pour autant sacrifier la qualité d'affichage à l'écran, l'ouvrage numérique de la promotion 2012-2013 se décline sur tablettes et peut être acheté sur toutes les librairies numériques, en format PDF, PDF enrichi et ePub. D'ailleurs, Instants n'a pas à rougir de ses ventes, bien au contraire : il a tout de même été numéro 1 des ventes sur Immatériel pendant quelques jours ! De quoi faire la fierté de toute l'équipe éditoriale qui s'est impliquée dans sa conception. Vous pouvez retrouver l'ouvrage de la promotion et l'acquérir ici ou ici.

 

Leçon numéro 3 : derrière le livre numérique, une réalité économique

 

Les éditeurs, aujourd'hui, réalisent de plus en plus souvent des versions numériques de leurs publications papier, afin de proposer à leurs acheteurs une version homothétique qui peut se lire sur tablettes, liseuses ou smartphones. Malgré la difficulté d'apprivoiser le langage HTML, il faut dire que le coût de « fabrication » est moindre puisqu'il s'agit uniquement de coder le texte pour qu'il prenne forme, sans avoir à passer par la phase d'impression. Les éditions Rouages, de leur côté, ont choisi de se détacher de leur version papier pour proposer un livre numérique dont la valeur ajoutée se mesure par l'enrichissement dont l'ouvrage a fait l'objet. Sa plus-value lui donne un attrait supplémentaire quant à sa version papier. 

 

Pour quelles raisons ne voit-on pas apparaître davantage ce type de livres numériques enrichis ? Pourquoi les livres homothétiques sont-ils prédominants sur le marché de la lecture numérique ? Il faut dire que réaliser un livre numérique enrichirequiert un temps de travail important, aussi bien en temps de réflexion pour concevoir le projet éditorial – puisqu'il s'agit réellement d'un deuxième ouvrage– qu'en temps de réalisation. Le temps de formation des éditeurs est également non négligeable, et engendre inévitablement un coût supplémentaire. Il devient délicat, en ces temps de crise, de prendre le pari d'un ouvrage trop novateur – numériquement parlant -, et les éditeurs aujourd'hui sont trop accaparés par la publication papier, qui nécessite elle aussi un temps de travail important – tant sur le texte que sur la maquette –, et ne peuvent donc pas parallèlement éditer une version numérique enrichie.

 

Il faudrait alors qu'une équipe dédiée travaille à temps plein sur les projets numériques.

Toutefois, de plus en plus de petites maisons voient le jour pour proposer de nouvelles manières de lire par le biais de concepts innovants. Ces petites start-up, à l'image des éditeurs de l'Apprimerie ou des éditions Volumique, osent et proposent des livres ludiques dont le confort de lecture va de pair avec la qualité. De quoi se poser de nouvelles questions et surveiller de près un secteur en pleine mutation, dont l'innovation n'a pas fini de faire parler d'elle

 

À ce sujet, l'association Effervescence avait organisé le 6 avril dernier une table ronde dont vous pouvez retrouver le résumé ici.

 

Nous vous souhaitons une semaine des plus innovantes et vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle chronique !

photo Association Effervescence

   

Effervescence est l'association des élèves et anciens élèves du Master Édition-Audiovisuel de l'université Paris-Sorbonne.

 

Mots clés :
livre numérique - codage - réalisation - sorbonne



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Communiqué

L'Affaire est dans le sac en papier (soirée de lancement !)

Lectures - Jeudi 24 avril 2014 à 17h06 - A la librairie Rencontre - Lecture avec Boll et Sandrine Nugue pour le...

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com