Le monde de l'édition > Société > Actualité

Christophe Girard publie son Petit Livre Rouge

Référence à Mao, ambitions culturelles, l'adjoint à la mairie de Paris se dévoile

Par Jean-Romain Blanc,Le jeudi 05 janvier 2012 à 11:28:35 - 3 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Christophe Girard se positionne depuis plusieurs mois sur l'échiquier culturel français. Dans une semaine sortira Le Petit Livre Rouge de la Culture – Propositions pour une République Culturelle, quelques mois après la publication d'une tribune dans Libération qui dévoilait ses « Trois axes pour une République culturelle ».

 

Et si ce livre rappelle le manifeste, symbole de la révolution culturelle chinoise, de Mao Zedong, ce n'est pas un hasard. Il sera un véritable mini-programme. Selon le Parisien, il rassemblera au total 40 propositions, « pour défendre une politique culturelle audacieuse et réformatrice » précise l'adjoint à la Culture à la mairie de Paris sur son blog.

 

Il inclura les thèmes centraux de sa tribune dans Libération : redonner à la culture son rôle essentiel de levier économique, social et éducatif, augmenter et mieux répartir le budget de la culture, et créer un ministère de la Culture, de la Communication et du Numérique, mais aussi développer la culture à l'école en rendant obligatoires des cours d'histoire de l'art.

 

 

L'argumentaire est chiadée : « La culture fait partie intégrante de notre identité et de notre histoire, elle fédère et rassemble les citoyens, contribue à donner à la France sa place spécifique en Europe et dans le monde. Vecteur d'épanouissement individuel autant que de valeurs collectives, elle est le socle de notre République » peut-on également lire sur le blog.

 

Alors, la culture serait un pilier de la République voulue par Christophe Girard? Oui, mais cela ne fait pas de lui un utopiste pour autant. Celui qui a été membre du conseil d'administration de LVMH est aussi un fin gestionnaire comme en atteste sa politique culturelle depuis dix ans à Paris.

 

Il peut expliquer d'un côté la fermeture de la bibliothèque de Morland par un manque de fréquentations mais de l'autre lancer des projets ambitieux, pharaoniques selon certains, comme les Nuits Blanches ou le 104.

 

Christophe Girard se médiatise à quelque mois des présidentielles, convoiterait-il un poste plus élevé qu'adjoint à Paris ? Notons qu'en face de lui, Olivier Poivre d'Arvor a prévu de publier également son petit manifeste à lui, avec Culture, Etat d'urgence. Et pour le moment, difficile de distinguer lequyel des deux hommes pourrait séduire le futur président pour le poste de ministre de la Culture. Que ce dernier soit de gauche ou de droite.

Sources : Site officiel , Libération , Social Nec Mergitur

Pour approfondir



Réactions

Publié par Viviane

 

Chrsitophe Girard EST directeur de la stratégie de la division mode et maroquinerie de LVMH tout en étant adjoint à la Culture depuis 2001, ce qui ne crée bien sûr aucun conflit d'intérêt...

Écrit le 05/01/2012 à 11:41

Répondre | Alerter

Publié par Henri

 

Oui et parler de fin gestionnaire, c'est osé pour ne pas dire une plaisanterie ou je ne sais pas d'où viennent vos informations. On peut apprécier le bonhomme, ses engagements, saluer certaines de ses initiatives mais du côté gestionnaire c'est plutôt Monsieur Catastrophe. On parle souvent du gouffre financier du 104 mais on peut aussi parler de la maison des Métallos, du désastre de la cité de la mode, et des musées dont le manque de sécurité et d'entretien a fait l'objet de plusieurs rapports de l'inspection de la ville ! alors fin gestionnaire...

Écrit le 05/01/2012 à 13:32

Répondre | Alerter

Publié par Bruno

 

Et quand bien même il serait perfectible en tant que gestionnaire, n'avons-nous pas d'abord besoin de visionnaires ? Savoir s'entourer d'une équipe compétente est un autre talent !

Écrit le 21/01/2012 à 11:11

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com