Le monde de l'édition > Société > Actualité

Des organisations catholiques critiquent les manuels de SVT

« Les jolis maux d'amour, je ne peux plus les cacher » (Chanson médiévale)

Par Contributeur,Le vendredi 03 juin 2011 à 10:18:47 - 4 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Claude Berruer, secrétaire général adjoint de l'enseignement catholique, a mis en garde, le 27 mai, les chefs d'établissements catholiques contre des manuels scolaires, lesquels ont constaté, chiffres à l'appui, que « si dans un groupe social, il existe une très forte valorisation du couple hétérosexuel et une forte homophobie, la probabilité est grande que la majorité des jeunes apprennent des scénarios hétérosexuels ».


Claude Berruer défend une perspective « anthropologique », soutenu par une confédération catholique, la CNAFC, laquelle estime que le « respect de la personnalité de l'enfant et de l'action éducative des familles », inscrite dans le Code de l'éducation, n'est pas respecté.

L'éducation à la sexualité


Cependant, l'éducation à la sexualité est obligatoire et mentionnée également dans ledit Code : « Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène. » (article L. 312-16).

L'objectif est de développer chez les élèves un comportement éthique et responsable, dans le respect de soi et des autres, en les informant d'une façon objective. C'est pourquoi les disciplines les plus sollicitées pour répondre à ces exigences sont précisément les sciences de la vie et de la terre et l'éducation civique !

Le respect de l'autre concerne la société

Cet enseignement a pour but de prévenir les grossesses précoces non désirées ainsi que les maladies sexuellement transmissibles, mais aussi à combattre les discriminations fondées sur le sexe et les violences faites aux femmes.

Hofman, dans Tchaïkovski, se demande si la passion idéaliste que le compositeur éprouvait pour sa mère n'est pas à l'origine de son homosexualité. La Russie tsariste réprouvait cette attirance, et il a fait un mariage malheureux. Lischke, dans Tchaïkovski, insinue que la peur que son orientation sexuelle ne soit divulguée devant les tribunaux d'honneur l'aurait conduit au suicide.

De l'utilisation critique des manuels


La loi de 2005 établit que « la liberté pédagogique de l'enseignant s'exerce dans le respect des programmes et des instructions du ministre chargé de l'éducation nationale et dans le cadre du projet d'école ou d'établissement avec le conseil et sous le contrôle des membres du corps d'inspection. »

Autrement dit, le professeur maîtrise la conception et la mise en œuvre de son enseignement ; il sait bien que tout manuel n'est qu'un outil pédagogique parmi d'autres et incite ses élèves à faire preuve de sensibilité, d'esprit critique et de curiosité, sur la totalité des documents qui leur sont proposés.

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
catholiques - manuels - science - vie



Réactions

Publié par pierreger

 

Il n'y a pas de critiques mais un rappel de valeurs. Beaucoup de bruit pour rien. Les catholiques restent ouverts sur ces sujets même s'ils défendent une certaines conception de la sexualité. On est loin du discours haineux de l'extrême droite. Et faites confiance aux élèves pour trouver en ligne ce qu'ils ne reçoivent pas en cours. Les jeunes aujourd'hui sont bien plus informés que nous ne l'étions il y a 20 ans. Et ils sont aussi capables de jugement et doté d'un certain sens critique. Nous ne sommes plus au moyen âge, les rapports avec l'église, la religion et la foi ont changé, le discours des hommes d'église évolue aussi. On peut ainsi être une femme, féministe, libérée, militante, syndiquée à la CGT et animer la paroisse et l?aumônerie. On peut être athée et apprécier les églises ou l'art religieux, les chants grégoriens...Réveillez-vous, nous sommes en 2011, pas en 1562.

Écrit le 03/06/2011 à 12:40

Répondre | Alerter

Publié par Franck Roussin

 

Bonjour.

La science et la religion...
Un débat sans fin ?
J'ai sous les yeux un petit manuel destiné aux instituteurs catholiques du diocèse de Saint-Brieuc / Tréguier (en Côtes d'Armor).

Titre du manuel : « L?Enseignement Scientifique au cours moyen » - Ecole de filles. (Les Editions E.Thomas?Guingamp).
Introduction : « L?Enseignement des Sciences dans nos Ecoles libres ».
Dans cette introduction, un passage très éloquent :

« 1° Danger du côté des examens officiels.

Pour les mieux préparer, on risque d?être tenté de négliger l?instruction religieuse, d?emprunter à l?enseignement laïque ses manuels, ses exercices, ses revues pédagogiques, etc? Si on n?y prend garde, c?est le laïcisme qui s?infiltre dans nos écoles. Or dans l?enseignement des sciences, il peut être particulièrement dangereux par sa tendance à l?athéisme pratique et au matérialisme. »

Rassurez-vous,il date des années 1950, mais nos parents ou grands-parents ont peut-être eu cet enseignement.
Il reste des séquelles.
Et certains de ceux qui ont eu cette éducation font de la politique.
Sans oublier l'Institut Civitas, ça aussi ça existe : http://www.civitas-institut.com/content/view/16/62/ />

Publié par Pr Raynal

 

"Il n'y a pas de critiques mais un rappel de valeurs."
Les "valeurs" qui ont conduits tant de scientifiques au bucher, par exemple ? Les religions mortifères haineuses du corps n'ont rien à faire en sciences, ni à commenter, ni à rappeler leurs "valeurs". Quelles valeurs , Celles là : "Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. " ( Lévitique XX/13). On va nous refaire le coup d'une description "poétique" ?

Il s'agit d'enseigner aux élèves un simple fait: que les conventions sociales influent sur l'identité sexuelle, laquelle chez les humains (et d'autres animaux: cétacés par exemple) ne dépend pas uniquement de la génétique mais aussi d'autres éléments, dont le contexte culturel.

Les catholiques montrent ici encore leur "ouverture": ils veulent imposer un absolu, un dogme, pudiquement leur " conception de la sexualité." Ces conceptions (chrétiennes, islamiques, bouddhiques, talmudiques, amish, animistes, Bantoues, Pastafariennes... n'ont rien à faire en sciences.

Écrit le 05/06/2011 à 16:57

Répondre | Alerter

Publié par aaa

 

L'idéologie du "genre", veut que l'on soit libre de changer son rôle sexuel, que cela est normal . Pour elle on choisit une sexualité normale ou déviante; la notion de normalité n'existe d'ailleurs plus, on dit , au lieu de "normal" : "hétérosexuel".
Le but de la théorie du "genre" va au delà de la question du rôle sexuel. Ses défenseurs veulent casser tous les repères existants, afin de jeter une confusion irréversible et définitive dans la perception qu'à l'humain de lui-même. Et quoi de plus radical que de ne plus faire de distinction entre masculin et féminin, cet élément clé de la condition humaine. On veut créer un désordre absolu , afin de pouvoir , partant de zéro, créer un Homme nouveau.

Écrit le 09/06/2011 à 15:14

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com