Le monde de l'édition > Société > Actualité

Garamond : 450 ans après sa mort, l'homme d'un caractère

Une commémoration très caractérielle !

Par Nicolas Gary,Le lundi 17 octobre 2011 à 17:12:11 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le ministère de la Culture, bien avisé, a décidé de mettre en ligne un site qui commémore le 450e anniversaire de la mort du graveur Claude Garamont, en cette année 2011.


Décédé en 1561, nous sommes bons sur les comptes, Garamond a créé une police de caractère devenue « symbole de l'élégance typographique, le Garamond, né avec la révolution de l'imprimerie, est toujours présent à l'heure de la révolution numérique », souligne la rue de Valois.

 

Pour l'occasion, le site www.garamond.culture.fr a été mis en ligne le 14 octobre, avec interactivité et hommage.

 

 

« Une large sélection de textes et d'iconographies du XVIe siècle ainsi que des animations offrent une immersion interactive dans l'univers de Claude Garamont. Des reconstitutions et des vidéos présentent le monde du livre et de la Renaissance à Paris, les ateliers de la rive gauche de la Seine et de l'île de la Cité où graveurs, fondeurs, relieurs, imprimeurs, éditeurs, libraires, modèlent des formes nouvelles, éditent et diffusent des ouvrages qui bouleversent les manières de penser.

 

Enluminure copiant la marque de Josse Bade,

dans Chants royaux sur la Conception, vers 1530, « Le doctrinal sans macule ».

 

S'appuyant sur les recherches les plus récentes et utilisant de nombreuses techniques multimédias, le site rassemble l'ensemble des documents d'archives connus à ce jour sur le graveur de caractères Claude Garamont, les caractères qu'il a créés, ainsi que les ouvrages imprimés auxquels il a apporté sa contribution. »

 

Tout un retour historique à effectuer, se rafraîchir les caractères. Même les plus mauvais.

Et tiens, question subsidiaire...

 

Et qui, à sa création, avait choisi pour slogan « Une page de caractère » ?

Pour approfondir



Réactions

Publié par Lucien X. Polastron

 

Pourriez-vous SVP pousser un peu l'investigation et nous dire ce qu'il advint des anciens typos de l'IN, licenciés, qui firent mouvement pour défendre les poinçons ? A-t-on réintégré ces gens et leur savoir-faire dans le projet qui nous est présenté ?

(Accessoirement, notons que celui-ci démarre sur le gros mensonge de Gutenberg inventant l'imprimerie alors qu'elle avait déjà sept siècles d'âge et, semble-t-il, qu'il le savait.)

polastron.com

Écrit le 18/10/2011 à 12:19

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com