Le monde de l'édition > Société > Actualité

Jafar Panahi, condamné, victime d'un 'délit de synopsis'

Nouvelle croisade, même joueur

Par Nicolas Ramirez,Le mardi 21 décembre 2010 à 13:46:06 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Elle est jolie cette formule. Et c'est à Bernard-Henry Lévy qu'on la doit. Rejoignant l'insurrection des intellectuels et des cinéastes, en soutien au réalisateur iranien Jafar Panahi.

Ce dernier vient en effet de se voir condamner à six années de prison, auxquelles s'ajoutent 20 années d'interdiction de tourner un film, et de partir à l'étranger. Selon son avocate, citée par Reuters, la condamnation prend pour prétexte « rassemblement et collusion contre la sécurité nationale et propagande contre la République islamique ». Ah, oui, évidemment, dans ces conditions...

Le ministre de la Culture avait manifesté toute sa désapprobation dans un communiqué et « s'élève vigoureusement contre cette atteinte inacceptable à la liberté de pensée et de création artistique et demande à ce qu'il y soit mis fin, pour que le grand cinéaste iranien soit libre de ses mouvements et puisse à nouveau continuer à réaliser des films, comme le souhaitent les cinéastes du monde entier qui lui expriment leur solidarité et leur soutien en toute occasion et notamment lors du dernier Festival de Cannes ».

C'est à présent à l'écrivain BHL de s'élever, estimant que Jafar Panahi a été jugé « sur le soupçon d'avoir l'intention de réaliser un film sur le mouvement vert. Son seul crime est d'avoir soutenu Moussavi ». Pour l'intellectuel français, la capitale iranienne a tout bonnement inventé « le délit de synopsis ». Une manière claire de déclarer « la guerre à ses artistes et à sa société civile toute entière ».

Sur son site,
BHL n'y va pas non plus de main morte. « Le régime iranien a choisi d’engager un bras de fer symbolique, il faut le gagner. Je tenterai de mettre toutes les forces de la Règle du jeu, celles de la chaîne franco-allemande Arte dont je préside le conseil de surveillance et mes forces personnelles da dans la bataille. »

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
jafar - panahi - iran - condamner



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com