Le monde de l'édition > Société > Actualité

L'Iran nie la censure de Coelho, invention de son éditeur

Alors, bon, comment vous dire, M'sieur l'alchimiste...

Par Nicolas Gary,Le vendredi 14 janvier 2011 à 08:42:19 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Censuré en Iran, avait assuré le romancier brésilien, et par le ministère de la Culture, sans qu'aucune raison n'ait été donnée. Incroyable, mais véridique, selon l'auteur, qui accusait alors Téhéran d'avoir interdit l'ensemble de ses livres sur le territoire.

L'information émanait de son traducteur, Arash Hejazi : « Mes amis m'ont dit que pas un seul livre portant le nom de Paulo Coelho ne serait autorisé à être publié en Iran », assurait-il à l'écrivain. En réaction, l'auteur décidait alors de proposer une version traduite gratuitement téléchargeable depuis son blog.

Et que croyez-vous qu'il a fait ? Eh bien, il a bien mis les ebooks en ligne, dans leur version perse, et en téléchargement gratuit. Chapeau. En tout, seize ouvrages disponibles, avec un seul mot d'ordre : « Copiez, partagez, imprimez, diffusez gratuitement. »

Téhéran riposte


Mais hier, l'ambassade d'Iran au Brésil avait fait valoir qu'un communiqué partirait prochainement, pour avertir qu'aucune action n'a été intentée contre l'auteur ni ses livres, et que jamais ces derniers n'ont été interdits. Le courrier adressé est consultable à cette adresse, et émane du corps diplomatique iranien, consulté par le président du Brésil, Dilma Roussef. Le texte a été traduit par Arash Hejazi, précise Paulo, sans qu'il ne puisse en vérifier l'exactitude.


La théocratie iranienne nierait en bloc les accusations portées par le romancier, et le ministère des Affaires étrangères, selon l'AFP, clame que cette « nouvelle de l'interdiction de publication et de circulation des oeuvres de l'auteur brésilien Paulo Coelho » n'aurait aucun fondement.

Et mieux : Téhéran affirme que cette histoire ne serait que pure affabulation de l'éditeur local de Coelho, alors que ses ouvrages « sont publiés à grand tirage en Iran et sont disponibles dans les libraires ». Le romancier a, pour sa part, fait amende honorable, en remerciant le gouvernement iranien pour sa coopération. Or, pour Newsweek, l'histoire aurait un petit goût d'obscurantisme assez prononcé.

En effet, les ouvrages, dont l'Alchimiste en tête de liste, se seraient fait épingler par des érudits musulmans, et l'Iran Book News Agency, avait publié une série d'articles, où l'on pointe l'utilisation de drogues, de magie noire, omniprésentes dans les oeuvres de Coelho. Pour autant, sur les 65 millions de ventes mondiales réalisées par l'Alchimiste, 6 millions ont été recensés en Iran.

Des circonstances politiques

Ce qui aurait donc changé, entre la commercialisation du livre et aujourd'hui, ce n'est assurément pas le contenu des livres, mais bien plutôt la tolérance du régime politique, et le comportement de Téhéran dans cette histoire. Peut-être même le regard de Mahmoud Ahmadinejad et de ses théocrates sur l'éditeur, Arash et l'auteur.

Particulièrement depuis que le premier s'était retrouvé devant les caméras de télévision, en tentant de venir en aide à une jeune femme, tabassée par une foule hystérique. Paulo Coelho avait alors fait circuler la vidéo, transmise par son éditeur, provoquant une circulation ; elle était alors devenue le symbole des opposants à Ahmadinejad, et sa réélection en 2009. (voir Wikipedia)

Entre temps, la vidéo avait été analysée comme possiblement truquée...

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
coelho - iran - censure - teheran



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com