Le monde de l'édition > Société > Actualité

Les bibliothèques anglaises vont s'appuyer sur des volontaires pour survivre

So-li-da-ri-té

Par Adrien Aszerman,Le samedi 06 août 2011 à 12:17:35 - 3 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Un rapport du Local Government Association (LGA, association de lobbying britannique qui défend les intérêts des comtés), et le Conseil des musées, bibliothèques et archives (MLA) estiment que les bibliothèques anglaises sont vouées à s'appuyer de plus en plus sur des volontaires et communautés pour la distribution de livres dans des boutiques et dans les salles des fêtes.

Alors que les comtés de Northumberland et Durham expérimentent un système d'ebooks pour les personnes âgées et les enfants, celui de Suffolk envisage de sollicité le public pour participer au fonctionnement de ses bibliothèques.

D'autres options restent l'appel au secteur privé, des opérations de charités et des partenariats entre comtés. L'intégration plus générale des bibliothèques à la vie communautaire permettra une interaction avec les églises, les boutiques et les salles des fêtes.



Le ministre anglais de la Culture, Ed Vaizey, a réagit à la publication du rapport en estimant qu'il met en lumière un important potentiel de partenariats innovants et créatifs. 

Alors même que des centaines de bibliothèques restent menacées de fermeture  dans le pays (notre actualitté), les idées du rapport visent à accroître significativement le nombre de leurs usagers tout en leur faisant économiser des millions de livres.

Au total, ce pourrait être un cinquième des bibliothèques anglaises qui pourraient être condamnées à la fermer, avec entre autres conséquences plus de 6.000 licenciements.

A Londres, le regroupement des ressources des bibliothèque a déjà commencé. Trois conseils, dont celui de Westminster, vont ainsi par ce biais économiser 1 million de livres et garder l'ensemble de leurs 21 antennes ouvertes.

(Via Guardian)

Sources : , , ,

Pour approfondir



Réactions

Publié par marc

 

Revoir le titre du papier !!!

Écrit le 06/08/2011 à 15:51

Répondre | Alerter

Publié par Pigranelle

 

ça c'est une idée qu'elle est bonne: licencier les professionnels, et récupérer les chômeurs pour qu'ils viennent faire leur boulot gratuitement... -_- Espérons que ça n'inspirera pas trop nos dirigeants z'à nous.

Écrit le 06/08/2011 à 21:16

Répondre | Alerter

Publié par castafiore

 

Quel gâchis !
En 1964-65, j'étais lectrice française au fin fond de l'Ecosse . Bourg 3000 habitants une famille hyper sympa et pour mes études en cours en France , (licence d'Anglais) une bibliothèque hallucinante surtout quand on avait l'expérience de leus équivalents en France . J'ai pu, grace au fonds de cette bibliothèque et aux conseils de la Bibliothécaire faire toutes mes études (littérature et philologie.)Ses conseils excédaient largement la simple recommandation de livres ;ils me donnaient accès à toute cette culture qui m'a permis, après l'obtention de ma maîtrise de passer avec succès ls concours d'accès à l'ENSB où, à mon tour, j'ai appris mon métier de bibliothécaire .Cette collègue m'a servi de modèle pendant toute ma vie professionnelle.

Écrit le 07/08/2011 à 10:15

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Pourquoi écrivez-vous, Olivia Elkaim ?

  . Olivia Elkaim est l'auteur de trois romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008), Les Oiseaux noirs de...

Une Biblioboite ? Avec quoi dedans ?

Grace à ma Biblioboite, je suis e-Bibliothécaire ambulant maintenant ! Avoir une Biblioboite c'est bien… mais s'il...

Facebook, une vraie fausse bonne idée pour les auteurs indépendants

Les auteurs — et en particulier les auteurs indépendants — ont du pain sur la planche. S'ils souhaitent être lus, ils...

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com