Le monde de l'édition > Société > Actualité

Les excuses d'Albert Camus à Sartre dans une lettre mystérieuse

"Nous avons fait du mauvais travail avec nos amis"

Le jeudi 08 août 2013 à 09:11:55 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Camus répondant aimablement à Sartre, avec une invitation à se retrouver, on n'avait plus vu cela depuis la querelle qui, après la publication de L'Homme révolté, rejeté par le philosophe, brouilla définitivement les deux hommes. Cette amitié, qui durant huit années réunit les deux intellectuels, n'a cependant laissé aucune trace.

 

 

© librairie Walden / Sisyphe

 

 

De sa correspondance avec l'homme de Saint-Germain, Camus n'a rien laissé : tout est détruit, et rien ne se retrouve non plus du côté de chez Sartre. Alors, une lettre de l'un à l'autre, c'est une véritable rareté...

 

Hervé Valentin, de la librairie Walden, assure avoir beaucoup travaillé pour tenter d'élucider ce mystère : remonter le fil de cette lettre est un vrai jeu de pistes. À la mort de Camus, Sartre écrit dans la presse un article, sobrement intitulé "Albert Camus". Le papier est publié dans France Observateur, « un texte de circonstances, mais sincère », précise le libraire. Les deux hommes étaient brouillés depuis dix ans à cette époque, mais sur les deux ou trois pages de l'article, Sartre sait mettre les querelles de côté.

  

La lettre...

Mon cher Sartre, 

Voici vos ors, que je vous sertis de remerciements. Je vous souhaite, ainsi qu'au Castor de beaucoup travailler. Et bien. Car nous avons fait du mauvais travail avec nos amis. Si mauvais que j'en dors mal. 

Et faites-moi signe à votre retour : nous passerons une soirée dégagée.

Amitiés

Camus

Ce texte sera repris par un petit éditeur belge, « quasiment de l'autoédition », précise Hervé Valentin, dans le cadre d'un microtirage pour une soixantaine d'exemplaires. Et en 1966, voilà qu'un particulier fait relier l'un des exemplaires, ajoutant la fameuse lettre, montée sur onglet - c'est-à-dire que l'on a collé la lettre sur l'un des feuillets du livre.

 

« Il fallait nécessairement que ce soit un proche de Sartre, pour qu'il dispose de cette lettre. Le philosophe était très brouillon dans sa correspondance : difficile de savoir comment elle est arrivée jusqu'à cette personne. Il aurait très bien pu la lui confier... Mais surtout, le livre est demeuré dans une collection privée, ce qui explique que l'on n'en ait jamais entendu parler. »

 

Et voilà comment l'on retrouve un courrier écrit de la main d'Albert Camus, prévenant et attentionné à l'égard du grand Jean-Paul. « C'est un objet rare, peut-être pas unique, mais qui comporte une grande part d'énigme. »

 

Rédigée avec un papier portant l'en-tête de la maison Gallimard, où Camus travaille comme lecteur à partir de 1943, elle pourrait évoquer le désistement de Camus qui devait travailler tout à la fois comme premier rôle pour la pièce Huis Clos de Sartre, mais également en assurer la mise en scène. D'ailleurs, Simone Beauvoir parlera de cette période bien plus tard, de cette première de la pièce, mais les détails manquent. 

 

« Nous la datons entre 1943, du fait de ce papier en-tête, alors que les deux hommes se sont rencontrés en juin de cette année, et 1948, début de la brouille entre les deux hommes. À partir de 1951, et de l'Homme révolté, ils n'avaient plus de raison de s'écrire. » 

 

Cette lettre sera présentée avec de nombreux autres documents - une lettre adressée à Malraux, des dédicaces faites à Ponge et d'autres écrivains qui ont particulièrement compté dans la vie de Camus. Il sera possible de les retrouver au Salon du livre ancien et de la bibliophilie de Lourmarin, et de l'exposition Albert Camus qui s'y déroulera du 3 au 8 septembre.

 

Plus d'information sur le Salon

Pour approfondir

photo Solym Clément

   

Journaliste ActuaLitté média et high-tech. tête pensante et roseau flexible

 

Mots clés :
Albert Camus - Jean-Paul Sartre - lettre - Lourmarin



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Index des articles parus sur les ensablés depuis 2011 – réouverture du blogue fin août

Chers lecteurs, voici les vacances et l'occasion de lire, découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés. Vous trouverez [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com