Le monde de l'édition > Société > Actualité

Les réseaux sociaux sont-ils rentables pour les éditeurs ?

Facebook peut être votre meilleur ami, Google aussi

Par Xavier Thomann,Le mercredi 02 janvier 2013 à 18:25:12 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Les réseaux sociaux prennent de plus en plus d'importance pour les marques, quelles qu'elles soient. Et les maisons d'éditions et éditeurs en tout genre n'échappent pas au phénomène. La question est de savoir ce qu'elles peuvent espérer tirer comme avantages d'une promotion via les réseaux sociaux. En d'autres termes, le retour sur investissement est-il à la hauteur des efforts fournis ? Petit tour d'horizon en compagnie de Nick Atkinson.

 

 

facebook like button

Sean MacEntee, CC BY 2.0

 

D'abord, apparaître dans les News Feed de vos abonnées pour les bonnes raisons. L'intérêt est de donner une image cohérente de son entreprise en lien avec les attentes de ses abonnés, au lieu de les bombarder de tout et n'importe quoi. Il faut que vos followers sachent quelles sont vos qualités et que vous soyez connu pour les bonnes raisons. Autrement dit, la règle numéro 1 consiste à connaître les attentes des potentiels clients.

 

Un autre point qui relève du bon sens mais qui est peut-être utile de rappeler : ce n'est pas la peine d'essayer de refourguer tous les livres que vous publiez sur les réseaux sociaux. Comme tout le reste dans la vie, des choix s'imposent. Il faut se contenter de promouvoir les livres susceptibles d'intéresser ceux qui vous suivent, au risque sinon de passer pour un adepte du marketing agressif.

 

Par ailleurs, les mails ne sont pas passés de mode, c'est encore une bonne façon de fidéliser un public et de se faire connaître. Au passage, vous accumulez des données qui peuvent être fort utiles.

 

Un autre précepte logique mais qu'il faut aussi rappeler : limiter les coûts, en évitant de céder aux prestataires qui vous proposent des merveilles pour des sommes importantes. Gardez à l'esprit que beaucoup d'opérations peuvent être réalisées à moindre coût sans que cela affecte l'efficacité. Il faut savoir rentabiliser au maximum les outils disponibles. La rentabilité de communication n'en sera que plus forte.

 

Gardez aussi en tête que plus votre contenu est partagé, mieux il est référencé par Google. A cet égard, Google Plus peut enfin se révéler utile, notamment pour faire valoir vos droits sur  les contenus diffusés. Mais avant, il faut avoir un public pour que les liens puissent se diffuser rapidement.

 

Enfin, c'est toujours un plus si les auteurs que vous souhaitez promouvoir (ou si d'ailleurs l'auteur c'est vous) sont familiers des réseaux. En effet, le lien entre un auteur et des followers est bien plus fort que celui entre une marque et des internautes. Un éditeur a tout intérêt à montrer que son auteur est à l'aise sur les réseaux sociaux. A vrai dire, ils l'ont surement déjà compris quand on voit l'essor des auteurs dont la promotion est passée essentiellement par le web, du moins dans un premier temps.

 

Voilà, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

 

 

 

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Écrire en funambule : « Le Jour du grand orage », 36ème nouvelle du Projet Bradbury

Je l'ai dit plus d'une fois : le Projet Bradbury est aussi l'occasion pour moi d'expérimenter et, à mesure...

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com