Le monde de l'édition > Société > Actualité

Mémoire de lectures, outil de partage, d'expression : Babelio, le premier

Depuis Babel, on n'avait pas pensé à mieux

Le lundi 03 juin 2013 à 09:12:45 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

En 2007, se lance Babelio, qui devient le premier outil en ligne à exploiter le principe du réseau social tourné vers le livre et la lecture (voir le dossier). Précurseur, certes, mais également très complet dans son approche, le site s'appuie sur une communauté de blogueurs qui publient leurs chroniques de livres. Avec le temps, le réseau a développé plusieurs outils, et il est principalement connu pour son opération Masse critique, outil de promotion et de valorisation des livres.

 

 

 

 

Que signifie réseau social du livre - et qu'est-ce que cela implique pour vous ?

Babelio est un réseau "ouvert", dans le sens où son contenu est accessible aux lecteurs non inscrits sur Babelio, donc Babelio a une utilité pour les membres, comme pour les lecteurs non inscrits. À notre sens l'utilité c'est la découverte. Il y a plusieurs autres enjeux : être un lieu de mémoire de ses lectures, un outil de partage et d'expression, un espace de socialisation, etc.

 

Mais la finalité, celle qui touche aussi bien le lecteur inscrit que le visiteur de passage, qui est un enjeu pour la médiation en bibliothèque (cf. service Babelthèque) que pour les éditeurs présents sur Babelio, c'est de faciliter la découverte de livres. La data en tant que tel n'est qu'un moyen intermédiaire pour faciliter la découverte, mais encore une fois quand on pense data on ne pense que recommandation et découverte automatisée alors qu'il y aussi toute la dimension sociale.

 

 

A quoi sert, pour l'internaute, votre outil ?

A découvrir des livres : 60 000 titres sont publiés chaque année, la richesse de la communauté est d'offrir du contenu et de l'information pour aiguiller le bon lecteur vers le bon livre.  

 

 

En parallèle, comment vous servez-vous de Babelio (utilisation marchande, modèle économique, etc.)

Babelio a deux modèles économiques : 

Service de visibilité pour les éditeurs : alors que les lecteurs font de plus en plus appel au web pour découvrir de nouveaux livres, Babelio propose aux éditeurs des services à la performance de mise en avant de leurs nouveautés ou de leurs collections. Nous travaillons essentiellement sur un modèle publicitaire et autour d'opérations spéciales qui permettent d'interagir avec la communauté de lecteurs en leur proposant des titres que ces derniers pourront chroniquer.

 

Services de découverte pour les bibliothèques publiques et les libraires : Babelio est le premier fournisseur de contenus communautaires et de services de recommandation de lecture automatisés en bibliothèques. Cette offre Babelthèque permet d'enrichir les notices bibliographiques sur les sites de bibliothèques publiques : 335 000 critiques, 24.000 chroniques de la presse, 290 000 extraits de livres, 50 000 vidéos d'auteurs (dont un partenariat exclusif avec l'INA), 4000 podcast littéraires de France Culture, un moteur de recommandation automatisé, etc. Ce service est un outil professionnel pour favoriser la médiation en bibliothèque publique.

 

 

Combien de membres compte votre réseau ?

94 000 membres se sont inscrits sur le site.

Pour approfondir

photo Solym Clément

   

Journaliste ActuaLitté média et high-tech. tête pensante et roseau flexible

 

Mots clés :
Babelio - réseau social - Masse critique - lecture et partage



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com