Le monde de l'édition > Société > Actualité

Neil Gaiman : le piratage, ce n'est qu'un prêt moderne de livres

Et surtout, il est IMPENSABLE de considérer qu'il y a une vente de perdu, puisque la personne n'aurait pas acheté le livre

Par Nicolas Gary,Le lundi 14 février 2011 à 09:01:23 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Neil Gaiman est une super star : héros de cartoons, dernier invité de la famille Simpson dans leur petite ville... Mais c’est aussi - avant tout ? - un romancier d’exception avec une liste d’ouvrages fantastiques, dont le dernier, Entremonde, écrit avec Michael Reaves, est paru au Diable Vauvert.

Or, Neil, c’est avant tout un homme pragmatique. Dernièrement, les ventes de ses livres ont connu une certaine hausse en Russie, alors qu’il était piraté. C’est que, à titre d’expérimentation, Neil a convaincu son éditeur de diffuser la version numérique de American Gods, gratuitement. Et bilan des courses, les ventes ont de nouveau augmenté.

Perplexité soudaine : « Ce sont des gens qui se prêtent des livres. Vous ne pouvez pas considérer cela comme une vente perdue. Personne n’est en train de ne pas acheter votre livre, puisque personne ne l’aurait acheté... Ce que vous faites, c’est de la publicité », assure Neil.

En somme, ce que certaines prennent pour du piratage acharné, n’est qu’une variante moderne et plus vaste du prêt de ses livres préférés. « Vous ne perdez pas de ventes en diffusant des livres par ce biais. Quand je fais une conférence sur ces sujets, et que les gens me demandent : Qu’en est-il des ventes que vous perdez en ayant des oeuvres qui circulent sur le réseau ?, je commence par leur poser une question en demandant de lever la main. - Avez-vous un auteur favori ? Et ils répondent oui, et moi je dis, Bien. Maintenant, que tous ceux qui ont découvert cet auteur favori en se faisant prêter un livre lèvent la main. Et que ceux qui ont découvert cet auteur favori en se rendant dans une librairie et en achetant un livre lèvent la main. »

Et Neil ajoute que dans ce contexte, environ 5 à 10 % de son auditoire a acheté le livre de ce fameux auteur devenu favori, alors que tous les autres ont reçu le livre d’un proche. « Très peu d’entre eux ont acheté le livre. Ils l’ont emprunté. Il leur a été donné. Ils n’ont pas payé pour ce livre. C’est comme cela qu’ils ont découvert leur auteur favori. Et c’est exactement comme cela que ça se passe ; ce sont des gens qui se prêtent des livres. » Tout un entretien avec lui a été filmé par Open Rights Group, dont Neil est le patron.

Ce qui est intéressant, c’est qu’un site découvert sur Google News nous retiendra moins que s’il est conseillé par un ami sur Facebook. Et nous sommes plus en mesure d’y retourner. (voir l’étude)


Via Callimaq, on Twitter

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
gaiman - ebook - pirater - prêter



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com