Le monde de l'édition > Société > Actualité

Préserver l'histoire d'amour que l'on entretient avec le livre

C'est gras tout de même un pingouin : pas sûr qu'il y ait beaucoup à manger...

Par Nicolas Gary,Le jeudi 15 avril 2010 à 15:42:49 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le nerf de la guerre, c'est l'amour. Particulièrement dans le livre numérique. Et figurez-vous que le guignol qui a dit ça n'est autre que le PDG de Penguin, sur les nouveaux supports de lecture, la relation affective doit être conservée absolument. Et en particulier l'iPad, cette bête à mi-chemin entre un ordinateur, un téléphone et une Smart. Les roues en moins pour la Smart.

John Makinson estime que si jusqu'à présent les éditeurs ont eu des soucis pour dégoter un modèle économique qui fonctionne, et inciter en même temps le consommateur à payer, avec l'iPad, ils disposent d'un nouvel outil pour vendre. D'ailleurs, pourquoi les éditeurs, neutres par essence, devraient-ils être voués à une seule plateforme ? Il faut les vendre leurs livres, non ?

Penguin a été l'un des premiers éditeurs à rejoindre la plateforme d'Apple, et l'enthousiasme faisait alors plaisir à voir.

Toujours confiant, c'est par cette interaction possible, autant que la mise en contact avec les autres que John voit le livre de demain s'exporter. Et en l'occurrence, la romance va occuper - et c'est déjà partiellement le cas - une place de plus en plus importante dans cet univers. Et pour ce qui est de l'interactivité, rappelons que Nintendo a déjà mis en place un outil, en collaboration avec Harlequin, pour proposer une expérience assez inédite de lecture.

Faisant aussi un panorama de son groupe à l'échelle mondiale, John évoque l'Inde, pays en devenir pour l'édition, et chez qui Penguin fut le premier éditeur international à publier des ouvrages directement en langue indienne, y compris l'hindi et le marathi. Là-bas, la chose imprimée a encore de beaux jours devant elle. Comme pour bien d'autres personnes, ajoute-t-il.

« Nous avons besoin de maintenir cette relation privilégiée et affective du lecteur à son livre. Il est toujours important de réaliser un ouvrage bien conçu, livre imprimé qui soit magnifique et fasse bonne impression sur une étagère, et que vous pourriez offrir à un ami. Le défi est de ne pas perdre de vue le principal, qui est toujours le livre. La définition d'un livre en soi est en train de changer, mais il ya ne tradition, une sorte d'histoire d'amour avec le livre, qu'il est essentiel de préserver. » (The Independent)

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
relation - affection - lecteur - livre



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Écrire en funambule : « Le Jour du grand orage », 36ème nouvelle du Projet Bradbury

Je l'ai dit plus d'une fois : le Projet Bradbury est aussi l'occasion pour moi d'expérimenter et, à mesure...

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com