Le monde de l'édition > Tribunes

Dans le ghetto de Theresienstadt, visite d'une fabrique à mensonge

Le vendredi 26 avril 2013 à 11:45:56 - 1 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

Les Éditions L'Arachnéen sont diffusées par les Éditions de la Différence depuis le 1er mars 2013. Le Mur de Lisa Pomenka, de Otto B. Kraus, est sorti en librairie le 22 du même mois. Pour la première fois, il est fait état dans un camp d'enfants juifs voués à l'extermination mais destiné à tromper, pour un temps, l'opinion internationale. Ce qui est narré dans ce livre dépasse, en cynisme et en horreur, la plupart des récits sur la Shoah. 

Ce roman, tiré de faits réels, doit être lu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mur de Lisa Pomenka, suivi de Le leurre et l'espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau. L'Arachnéen, 2013. Ouvrage traduit et publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et du Centre national du livre.

 

 

En septembre 1943, en vue de démentir la rumeur de l'anéantissement des Juifs d'Europe, Adolf Eichmann invita la Croix-Rouge internationale à visiter le ghetto de Theresienstadt (Terezín en tchèque) et un « camp pénitentiaire » familial à Birkenau. À cet effet, il organisa le « nettoyage » du ghetto et déporta plusieurs milliers de ses détenus à Birkenau, où avait été créé un Camp des familles tchèques. Terezín fut visitée le 23 juin 1944 ; la Croix-Rouge n'y trouva rien à redire. La visite à Birkenau, elle, n'eut pas lieu, et ce camp fut « liquidé » le mois suivant.

 
Le Mur de Lisa Pomnenka, roman et témoignage, transpose une histoire réelle dont l'auteur, l'écrivain tchèque Otto B. Kraus, fut à la fois le témoin, la victime et l'acteur : celle d'un groupe d'enfants et de jeunes gens juifs, tchèques pour la plupart, qui, envoyés de Terezín au Camp des familles de Birkenau en décembre 1943, vécurent six mois dans le « block des enfants », créé par un jeune juif d'origine allemande, Fredy Hirsch, avec l'approbation d'Adolf Eichmann et sous le contrôle direct de Josef Mengele.

 

Les enfants y passaient leurs journées auprès de jeunes madrichim (« guides » en hébreu) désignés parmi les détenus qui, tout en se sachant condamnés, leur proposaient des activités éducatives, sportives et artistiques. Otto B. Kraus fut l'un de ces éducateurs ; il fit partie du convoi venu de Terezín en décembre 1943. Le Mur de Lisa Pomnenka témoigne de cette expérience et porte sur les derniers mois du Camp des familles avant sa liquidation en juillet 1944.

 
Le roman mêle des personnages semi-fictifs et des événements réels, tels que la mort de Fredy Hirsch, l'envoi à la chambre à gaz en mars 1944 des déportés du premier convoi de septembre 1943, le soulèvement avorté, les expériences de Mengele… Sur ce fond d'horreur, le récit d'Otto B. Kraus raconte la survie des désirs et de l'espoir, et la tentative des éducateurs de faire du block un îlot de « faux-semblants » dans l'espoir de protéger les enfants de la hantise de la mort. 


Le Mur de Lisa Pomnenka est suivi d'un essai de Catherine Coquio qui replace les événements du Block des enfants dans la continuité de ceux du ghetto de Teresienstadt, en insistant sur la vie culturelle et sur le rôle décisif qu'y jouèrent les mouvements de jeunesse sionistes de gauche. À Birkenau comme à Theresienstadt les éducateurs engagèrent les enfants dans des jeux de fortune, des pièces de théâtre, des chants, des concours de poésie, des rudiments d'enseignement et des exercices physiques. Le mur peint de « Lisa Pomnenka », une jeune déportée, est à l'image de «  la vraie vie introuvable qu'était devenu le monde humain ».

 

Catherine Coquio dégage également du roman les ambiguïtés du « mensonge protecteur », les angoisses des éducateurs devant la clairvoyance des enfants et à l'idée de leur sort dans le cas d'un soulèvement ; elle évoque la mutation des formes messianiques et politiques de l'espoir : toute projection dans l'avenir devenant impossible, c'est dans un pur présent que s'affirment les gestes de l'art et de la création, à la manière de rituels et de valeurs absolues.

 

Les deux textes composent ainsi une méditation exceptionnelle sur le rapport différent des enfants et des adultes à la vérité, à l'espoir et à la mort, sur les pouvoirs et les limites de l'idée d'« éducation », enfin sur le sens moral et la valeur pratique des gestes artistiques à l'échelle individuelle et collective. 

 

photo La Différence Editions

   

Outre les collections de littérature française et étrangères, de poésie et d'essais, les Éditions de la Différence publient les Œuvres complètes de nombreux écrivains.

 

Mots clés :
shoah - mensonge protecteur - romans - enfants



Réactions

Publié par Question

 

Et ça recommence! C'est quoi, une "tribune"? Qui est le signataire de l'article? Quels sont ses liens avec les éditions de la Différence??

Écrit le 28/04/2013 à 09:32

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

pub

Communiqué

Rentrèe Littéraire : La vie du Buffalo Bill avec Eric Vuillard

Rencontres / Débats - Jeudi 25 septembre 2014 à 20h00 - A la librairie Rencontre - débat avec Eric Vuillar autour [...]

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com