Le monde de l'édition > Tribunes

"Il n'existe pas de poésie fondamentalement intraduisible" (Dinu Flàmând)

Le jeudi 13 juin 2013 à 15:01:45 - 0 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

Les Éditions de la Différence donnent la parole à Dinu Flamand, poète roumain dont elles ont publié, en 2004, Poèmes en apnée.
Le texte reproduit, ci-après, a paru en Roumanie dans la revue România literara.

 

 

 

Parmi l'ensemble des traductions de littérature roumaine présentées dans le dernier espace, d'environ une centaine de mètres carrés, de ce Salon du Livre qui nous a donné tant d'émotions, l'apparition d'un choix de poèmes de Tudor Arghezi a constitué pour nous une grande surprise. Il faut tout d'abord rendre hommage à la prestigieuse maison d'édition La Différence, qui a publié pas moins de cinq poètes roumains à ce jour, en premier lieu dans la fameuse collection bilingue « Orphée » ; collection qui, dirigée par l'un des plus grands poètes français actuel – Claude Michel Cluny –, en arrive aujourd'hui à sa troisième série, après un peu plus de deux décennies d'existence.

 

Il faut de la même façon rendre hommage à l'auteur, au traducteur et préfacier de cette anthologie, Benoît-Joseph Courvoisier, un jeune professeur de lettres qui, à l'évidence, a développé une véritable passion pour la langue et la littérature roumaines.

 

Après avoir traduit et publié le dernier recueil de poèmes de Matéi Visniec, il prépare deux anthologies, autour de la lyrique populaire et de la poésie roumaine des XIXe et XXe siècles. Le titre choisi, Chanter bouche close, la sélection de poèmes, la courte étude placée en ouverture, les notes, la grande inventivité des équivalents poétiques proposés en français et ciselés avec une patience d'artisan toute « arghézienne », font redécouvrir le poète (souvent considéré comme intraduisible) aux lecteurs français, et même à nous, lecteurs roumains, sous un jour nouveau et parfois surprenant.

 

Le hasard fait que le volume numéro 226 de la collection Orphée, consacré à Arghezi, vient immédiatement après celui consacré à l'un des pères du modernisme latino-américain, Ruben Dario. La comparaison est tentante. Arghezi mériterait la notoriété du nicaraguayen, mais il est loin de la posséder. Tout en prenant en compte le décalage, de plus d'une génération, entre ces deux auteurs, il convient de dire qu'Arghezi a représenté de la même façon, en Roumanie, un père du modernisme, proposant une synthèse du post-romantisme et du post-symbolisme, parfois enrichie de délices parnassiens, et donnant lieu à une vision absolument originale, qui a influencé bon nombre de générations, en demeurant toujours inimitable. Paul Celan entreprit un temps de la traduire en allemand.

 

D'autres traductions, de manière sporadique, sont apparues au milieu du siècle dernier, culminant avec l'apparition, en 1963, d'une anthologie dans la fameuse collection «  Poètes d'aujourd'hui » des Éditions Seghers. Le traducteur d'alors, Luc-André Marcel, déplorait déjà le fait que « l'un des poètes les plus marquant d'Europe » soit si peu connu en France et dans le reste de l'Europe, justement. Cinquante ans après la publication de cet ouvrage , le nouveau traducteur et préfacier de l'œuvre d'Arghezi constate que la situation demeure inchangée, et tente de proposer quelques explications à cela : le problème vient-il de thématiques parfois considérées comme archaïques, d'un imaginaire agraire ou de références à des formes de religiosité populaire, difficile à transmettre dans l'espace d'une autre langue et d'une autre culture ?

 

 

Dinu Flàmând, aux éditions La Différence

 

 

 

Vient-il de l'incertain balancement de l'œuvre d'Arghezi entre tradition et modernité ? Ou tout simplement de la langue d'Arghezi, et de son spectacle lexical qui obscurcit et complique souvent le sens, et pose d'insurmontables difficultés de traduction ? Tout cela à la fois, sans doute, mais surtout la médiocrité des traductions précédentes, qui ont occulté la profonde originalité d'Arghezi. Laissons de côté le fait que les rares anthologies de poésie roumaine en français, celle de 1968, par exemple, se révélaient profondément marquées par le « proletcultisme », si l'on laisse de côté par ailleurs leur grande inconsistance. Sans compter, ce qui ne simplifiait pas les choses, que la propagande jdanovienne intenta un stupide procès pour « putréfaction » et « pornographie » à l'auteur, en allant jusqu'à prétendre qu'il était en réalité, lui l'homme du peuple, un poète décadent écrivant pour les boyards.

 

De même qu'il constate, de manière admirative, les difficultés que présente le langage arghézien, de nature à désarmer tous ceux qui ont pu le traduire en se basant sur des traductions littérales et approximatives ou abusivement simplificatrices.

 

L'atmosphère, la musicalité, et même cet aspect rugueux parfois souhaité par Arghezi, sont perçus finement et souvent magistralement rendus dans cette nouvelle traduction. On pourrait citer de nombreux passages qui, en français, parviennent à maintenir les jeux de rimes internes, la narrativité ludique, les brusques changements de rythme, et, en un mot, cette oralité pleine de fraîcheur qui fait la spécificité d'Arghezi, tant dans ses poèmes pleins de sensualité (« Tinca », « Rada », « L'époux », « Accordailles »), que dans certains psaumes, ou encore dans le célèbre « Cache-cache ».

 

La préface elle-même s'avère passionnante de bout en bout. Elle représente par ailleurs pour le lecteur une sorte de guide permettant de justifier la sélection, et d'attirer l'attention, grâce à une documentation rigoureuse, sur l'inoxydable originalité du poète et le destin tragique de ce révolté permanent, qui se retrouva deux fois enfermé pour ce que l'on qualifierait de nos jours de délit d'opinion. Le traducteur met également en lumière les traumatismes de l'adolescent abandonné par son père – d'où, par la suite, son obstination à recréer, dans le cadre de la poésie et par l'imagination, un paradis enfantin –, et forcé par la misère à rentrer dans les ordres monacaux.

 

La préface revient, par ailleurs, sur le procès stalinien qui fut intenté à l'auteur par Miron Radu Paraschivescu, puis Sori Toma, et qui réussit à l'éliminer du circuit littéraire de longues années durant. Le préfacier va d'ailleurs jusqu'à considérer qu'Arghezi subit de nos jours une nouvelle injustice, puisque des recueils tels que Hymne à l'Homme et 1907 – paysages ne seraient plus considérés que comme des œuvres de circonstance. Il conviendrait plutôt de voir en elles, et à plus forte raison dans le vaste poème dédié à la grande révolte paysanne de 1907 en Roumanie, un « violent sentiment de révolte sociale et métaphysique ».

 

Espérons qu'Arghezi finira par se retrouver intégré au circuit des grands poètes européens grâce à cette traduction, qui promet d'être amplifiée dans le cadre d'une nouvelle édition. Il faut reconnaître que la traduction et la diffusion des grands poètes roumains modernes dans les principales langues de circulation, et par le biais de traductions se situant au même niveau que celle-ci, ne fait que commencer. Il n'existe pas de poésie fondamentalement intraduisible. La condition étant que le traducteur – même s'il possède, comme dans le cas présent, toutes les qualités d'un authentique poète –, choisisse des poèmes à la forme et à l'identité bien marquée, à même de résister à toutes les contraintes de la traduction.

photo La Différence Editions

   

Outre les collections de littérature française et étrangères, de poésie et d'essais, les Éditions de la Différence publient les Œuvres complètes de nombreux écrivains.

 

Mots clés :
Dinu Flàmând - traduction - poésie - traducteur



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

pub

Communiqué

Soirée rue des Promenades à L'Espace d'en bas

Mardi 29 avril, jour de fête aux éditions Rue des Promenades ! Venez écouter nos auteurs qui vous feront découvrir leurs...

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com