Le monde de l'édition > Tribunes

Juke-Books #7 : 1984, Big Brother te regarde, et t'écoute

Par Antoine Oury,Le vendredi 16 novembre 2012 à 16:34:38 - 0 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

Après Marx et les cocos, le Juke-Books reste politique. Quel meilleur média que la musique pour lutter contre les totalitarismes ? Immatérielle, capable de se glisser dans les oreilles les plus réticentes (tout le monde ne dispose pas de bouchons de cire), elle s'est emparée de 1984 et du Big Brother pour en faire des morceaux tristes, dansants, toujours frondeurs.

 

Sans conteste, c'est au Duke de débuter cette playlist : quelque soit le look adopté par le dandy-androgyne-robot-alien, il pourrait sans problème sortir des écrits de George Orwell : ce n'est probablement pas un hasard si David Bowie a produit non pas 1 ou 2 titres, mais carrément tout un album, Diamond Dogs (1974) que l'artiste a voulu inspiré du 1984 d'Orwell.

 

La liste des pistes du dernier album glam-rock de l'artiste britannique, d'après David Buckley, parle d'elle-même : 1984 (9), ou Big Brother (10) sont limpides, mais We Are the Dead l'est tout autant pour peu que l'on s'attarde sur quelques lignes de ses paroles :

It's a twenty-four hour service, guaranteed to make you tell
C'est un service 24/24, assuré de vous faire parler

Quant aux « Morts » évoqués par le morceau, il s'agirait bien entendu de Julia et Winston, les deux amants à contre-courant. Pour la petite histoire, Bowie souhaitait sortir une véritable bande originale pour la dystopie, mais la veuve d'Orwell a refusé de céder les droits du livre de son mari au chanteur...

 

 

Take Your Protein Pill and Put Your Helmet On

Epiclectic, CC BY-ND 2.0

 

 

Sans transition, le Juke-Books saute du glam rock au sad rock de Radiohead, qui reprend la méthode de la police de la pensée de 1984 pour la chanson 2 + 2 = 5, présente sur l'album Hail to the Thief (1993). Dans le bouquin, les autorités combattent la logique, dangereuse pour le totalitarisme... Quant à Muse, ils ont plutôt mis l'accent sur la Resistance, dans un titre extrait de l'album homonyme sorti en 2009.

 

 

 

 

En guise de premier single à l'album inaugural de leur carrière, les Arctic Monkeys proposèrent I bet you look good on the dancefloor, missile bruyant de 3 minutes à peine, où la référence à Orwell est minime (« Dancing to electro-pop like a robot from 1984 »).

 

Mais dans un univers où la parole libre est muselée, ce n'est déjà pas si mal...

 

 

Juke-Books #7 : 1984, Big Brother te regarde, et t'u00e9coute by ActuaLittu00e9 on Grooveshark','hspace':null,'vspace':null,'align':null,'bgcolor':null}">



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Livre numérique gratuit

pub

Communiqué

Rentrèe Littéraire : La vie du Buffalo Bill avec Eric Vuillard

Rencontres / Débats - Jeudi 25 septembre 2014 à 20h00 - A la librairie Rencontre - débat avec Eric Vuillar autour [...]

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com