Bd , mangas et comics > Univers BD > Actualité

Décès de Jean-Paul Mougin, fondateur du mensuel (À Suivre)

...

Par Clément S.,Le mercredi 14 septembre 2011 à 12:48:21 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

L'éditeur de la maison Casterman, Jean-Paul Mougin, est décédé, nous apprend ActuaBD. Il était arrivé en 1972 chez Casterman, au poste d'assistant du directeur littéraire, Didier Platteau.

C'est avec lui qu'il impulsera le mensuel (À suivre), en 1978, qui durant 239 numéros fera la part belle à une expression graphique en noir et blanc, notamment pour des Tardi ou encore Pratt. La fin de l'aventure se fera peu avant que Casterman ne soit racheté par Flammarion, qui fut lui-même repris par l'Italien Rizzoli.


Jean-Paul Mougin avait occupé le poste de directeur adjoint de Pif Gadget avant d'intégrer Casterman.

Retraité peu après la fin de (À suivre), "il fut un des éditeurs marquants de la BD francophone du 20e siècle", concluent nos confrères.

voir l'intégralité de l'article sur ActuaBD


Mise à Jour :
L'éditeur Casterman vient de nous faire parvenir le communiqué suivant, reproduit dans son intégralité.
C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition de Jean-Paul Mougin, décédé mardi 13 septembre 2011 à Bruxelles à l’âge de 70 ans. Journaliste et éditeur d’une stature exceptionnelle, Jean-Paul Mougin avait été à la fin des années 70 le mythique fondateur du magazine (À Suivre) lancé par les éditions Casterman, périodique dont il avait ensuite assuré la direction sans discontinuer pendant vingt ans, écrivant ainsi quelques-unes des plus belles pages de l’histoire de la bande dessinée européenne. Retiré du monde de l’édition depuis une douzaine d’années, il n’en avait pas moins conservé un regard attentif sur la création en bande dessinée.

Formé à la télévision du temps de l’ORTF et évincé du service public à la suite des mouvements de 68, très sensible à l’image sous toutes ses formes, Jean-Paul Mougin avait commencé à côtoyer la bande dessinée à la rédaction de l’hebdomadaire Pif Gadget, où il avait appris à connaître et apprécier les grandes signatures d’alors : Jean-Claude Forest, Paul Gillon, Nikita Mandryka, Gotlib… Il y avait surtout joué un rôle décisif en lançant la carrière française de celui qui allait rester pour toujours son grand ami, Hugo Pratt. Quelques années plus tard, l’auteur de Corto, dont les albums avaient commencé à paraître chez Casterman, présentait à son tour Jean-Paul Mougin à son éditeur. Le projet d’(À Suivre) allait naître de cette rencontre.

Lancé en janvier 1978 lors du cinquième Salon d’Angoulême, (À Suivre) devait immédiatement créer la sensation dans le monde de la bande dessinée. L’identité éditoriale alors très originale imaginée par Jean-Paul Mougin pour ce nouveau titre – une bande dessinée exigeante et adulte en noir et blanc, aux ambitions littéraires affichées, dégagée des contraintes de format alors en vigueur partout – avait immédiatement trouvé un public enthousiaste, ainsi qu’une expression restée célèbre, formulée dans le premier éditorial de la nouvelle revue : « (À Suivre) sera l’irruption sauvage de la bande dessinée dans la littérature (…) » Pendant deux décennies, Jean-Paul Mougin et son magazine ont tenu avec passion et ferveur la promesse du « roman en bande dessinée », ne s’interdisant aucun genre, aucune aventure, aucune intuition. Le nombre des auteurs ainsi révélés ou consacrés est bien trop grand pour qu’on en dresse la liste complète – Pratt et Tardi bien sûr, mais aussi Schuiten et Peeters, Ted Benoît, Sokal, Manara, Loustal et Paringaux, Comès, Muñoz et Sampayo, Ferrandez, Rochette, Geluck, Boucq, Cabanes, Baru, plus tardivement de jeunes talents comme Nicolas de Crécy ou Nicolas Dumontheuil, et tant d’autres –, mais ressemble fort à un répertoire des plus grandes signatures de la bande dessinée contemporaine. Restés mythiques dans la mémoire de nombreux professionnels, (À Suivre) et Jean-Paul Mougin ont été bien plus qu’un magazine à succès et son talentueux rédacteur en chef : ils ont en partie façonné ce qu’est la bande dessinée d’aujourd’hui.

Jean-Paul Mougin avait choisi de se retirer dans les années 90 en même temps que s’achevait la trajectoire de son magazine, fin 1997. Tous ceux qui l’ont connu gardent de lui le souvenir d’un être humain attachant et chaleureux, d’une grande générosité, qui portait plus haut que tout les valeurs de la fidélité, de l’intelligence de la culture.

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
mougin - suivre - casterman - editeur



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com