Bd , mangas et comics > Univers BD > Actualité

L'École Delcourt sera créée avec l'école d'illustration Brassart

Zep sera le parrain de la première promotion de l'école de BD Delcourt-Brassart

Le vendredi 31 janvier 2014 à 12:36:01 - 2 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La veille de l'inauguration du Festival d'Angoulême, sur France Info, l'éditeur Guy Delcourt avait eu à coeur de souligner l'importance de la capitale dans la production de la bande dessinée, ainsi que celle des écoles de formation dans la vigueur du secteur. Il annonçait dans le même temps la création d'une école Delcourt, à Paris, et un communiqué fournit aujourd'hui plus d'informations.

 

 

Salon du Livre de Paris 2013 : Titeuf dans tous ses états

Zep sera le parrain de la première promotion de l'école Delcourt-Brassart

(ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

L'école Brassart, à Tours, Nantes et Caen, est spécialisée dans le graphisme, l'illustration et le web design : en collaboration avec Delcourt, elle va participer à l'ouverture d'une école privée de bande dessinée, à Paris. À partir d'octobre 2014, la première promotion de vingt-cinq élèves entrera dans l'établissement, pour une formation de trois ans. Les candidats seront sélectionnés sur dossier, et entretien.

 

La première promotion de l'Académie Brassart Delcourt (ABD) sera parrainée par Zep, auteur Delcourt et membre de la jeune génération qui a fait le succès de la maison d'édition indépendante. Dès 1988, rappelle l'AFP, deux ans après avoir fondé sa maison d'édition, Delcourt avait publié les travaux d'élèves de la section BD de l'École des Beaux Arts d'Angoulême dans Les Enfants du Nil.

 

C'est depuis Angoulême, lors d'une conférence de presse, que Guy Delcourt a pu préciser les modalités d'inscription. L'ABD sera une école privée, dirigée par Éric Olivier, directeur de Brassart, et les frais d'inscription s'élèvent à 6.500 € par an. « Les candidats devront déjà avoir une bonne maîtrise du dessin. Ils seront choisis sur leur compétence et peut-être plus encore sur leur motivation. Et puis, du travail, de la sueur ! » a expliqué le futur directeur, en soulignant que la priorité sera mise sur le numérique.

 

Delcourt participera à la formation des élèves en déléguant des intervenants auteurs et éditeurs, et s'est engagé à publier un projet collectif issu du travail de chaque promotion et au moins un projet de fin d'études par promotion, chez Delcourt ou Soleil.

 

A noter cependant que malgré ce que laisse entendre la maison Delcourt, il existe bien déjà à Paris des écoles tout à fait reconnues dans le milieu de la bande dessinée. On nous a contacté pour nous parler ainsi du Centre d'enseignement spécialisé des arts narratifs Bande dessinée/illustration (Cesan) créé en 2009. Partenaire des 50 ans de Mafalda, cette école organise régulièrement des expositions ainsi que des concours nationaux avec des musées.

 

On peut également nommer l'école Jean Trubert créée en 1986 et qui dispense un enseignement de qualité. Albert Uderzo, en 2007, avait été Président d'Honneur du jury de diplôme, rencontrant ensuite chacun des élèves de l'école.

Pour approfondir

photo Oury Antoine

   

Rédacteur en chef adjoint. Créateur du Juke-Books littéraire. Sensible aux questions sociales. A l'écoute sur http://www.coupdoreille.fr

 

Mots clés :
école Delcourt-Brassart - Zep - bande dessinée - inscription



Réactions

Publié par bien

 

Il y a de formidables graphistes de nos jours... même sans école privé... la question serait plutôt : comment les faire vivre dignement ces artistes? Pour un bon qui s'en sort, mille, tous aussi bons, crèvent de faim et vivent d'un autre travail... ok, c'est la règle depuis toujours, mais je ne crois pas que le monde de l'art ai besoin d'une école à 6500 euros par an... désolé de venir ternir ce bel article...

Écrit le 01/02/2014 à 09:26

Répondre | Alerter

Publié par Ludo44

 

C'est une belle opportunité en effet pour de jeunes graphistes, mais, comme dit plus haut, cela ne reste pas accessible pour tout le monde malheureusement, dommage que la sélection se fasse aussi sur le plan financier. Bon vent aux futurs dessinateurs en tout cas !

Écrit le 01/02/2014 à 15:33

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

pub

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com