Bd , mangas et comics > Univers BD > Actualité

Le Groom vert-de-gris : en route pour Bruxelles

Sois Belge et tais-toi !

Par Nicolas Ramirez,Le dimanche 07 juin 2009 à 21:16:35 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Le dernier tome des aventures parallèles de Spirou et Fantasio n’en finit plus de susciter une polémique qui a débuté avant même sa sortie. Le 11 mai, Joan Sfar a fustigé l’album dans son blog et Yann a pondu quelques jours  plus tard une réplique cinglante dans Bodoï… Tout ça pour une simple BD ?

Suite chronologique du Journal d’un ingénu, le délicieux opus pondu par Émile Bravo et largement plébiscité par la critique, Le groom vert-de-gris a pour théâtre la Belgique occupée. Nous sommes en 1942, Spirou, résistant infiltré dans le siège de la Gestapo, use de ses habits de groom pour capter les informations nécessaires au sabotage des opérations de l’envahisseur. Son ami Fantasio, qu’il ne peut mettre dans le secret, s’efforce maladroitement de lutter contre la botte nazie à coup d’inventions farfelues, tout en travaillant au journal Le Soir – l’équivalent de notre Monde –, connu pour ses activités de collaboration. C’est donc dans une course en chassé-croisé que les deux compères vont vivre et œuvrer pour la chute du régime nazi.
 
Pas facile de résumer un tel scénario, complexe et fouillé. Des protagonistes potentiels surgissent à chaque page et s’ils pimentent l’intrigue c’est au détriment de la facilité de lecture. Ceux d’entre vous qui connaissent un peu la BD belge seront assommés par les citations qui truffent les quelque soixante pages de ce tome. On y voit en vrac Monsieur Sanzot, Hergé, Quick et Flupke, le Docteur Müller, Poildur, Bob Fish, et tellement d’autres. J’adore ces personnages, mais là c’est un peu excessif. Olivier Schwartz a retranscrit tout cela avec un dessin volontairement désuet qui colle à l’esprit rétro de la BD, pour un résultat appréciable.

Si on prend un certain plaisir à parcourir cette BD hors-norme et travaillée, ce Groom vert-de-gris n’est pas le meilleur volume des aventures parallèles de Spirou. Ce qui la place sur le devant de la scène est le parti pris du scénariste de mêler résistance et collaboration, et de les traiter sur un même plan. Joan Sfar y a vu la marque de l’antisémitisme, ce dont se défend Yann.

Pour ma part, les choses me semblaient claires : Spirou infiltre les lignes ennemies pour mieux sévir. Quant à cette rencontre avec une Anne Frank de fiction qui arbore une étoile jaune alors même qu’elle est réfugiée dans un grenier, à l’abri des regards, elle paraît plus maladroite qu’autre chose. Le trouble de Spirou après qu’elle l’a embrassé est certes douteux et la traduction graphique par le tournoiement au-dessus de sa tête d’étoiles jaunes mêlées à des croix gammées,  peu judicieux. Mais la condamnation de Sfar est dure.

Après tout, ce n’est que mon humble avis…

Le groom vert-de-gris, Par Yann et Schwartz, publié chez Dupuis, 13,50 €


 
 

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
groom - vert - gris - bruxelles



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

pub

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com