Lecture numérique > Usages > Actualité

Lecture numérique : le nombre de lecteurs a doublé en France

Et le numérique divise moins

Par Antoine Oury,Le jeudi 08 novembre 2012 à 15:22:43 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Depuis le Salon du Livre de Paris et la première édition du baromètre semestriel sur les évolutions des usages du livre numérique, de l'encre (électronique) a coulé sous les ponts. Si bien que les résultats, en six mois à peine, ont considérablement évolué : les lecteurs de numérique sont 2 fois plus nombreux, tandis que l'ebook ne soulève plus les mêmes cris d'orfraie qu'auparavant.

 

précédent

image

image

image

suivant

 


L'étude se base sur un échantillon de 1994 personnes, représentatif de la population française âgé de 15 ans et plus, avec dans une première phase des questions posées début septembre 2012. La seconde phase, plus ciblée, ne concerne que 542 personnes, lectrices de livres numériques, et elles aussi âgées de 15 ans et plus.

 

Premier résultat, plutôt encourageant, voire même significatif : 14 % des Français ont déjà lu en totalité ou en partie un livre numérique, soit un chiffre double par rapport à celui du dernier Salon du livre (+ 8 points). Parallèlement, 78 % des plus de 15 ans n'envisagent pas la lecture d'un livre numérique, soit 11 points de moins depuis mars 2012. Le profil, lui, ne change pas vraiment : toujours CSP+, masculins et jeunes.

 

Le support privilégié pour la lecture reste la liseuse (85 %), devant la tablette (82 %), qui distancent largement, désormais, l'ordinateur portable (59 %), l'ordinateur fixe (40 %) et le smartphone, bon dernier (30 %). La tablette numérique, note l'étude, est l'équipement qui séduit le plus rapidement. Par ailleurs, le comportement reste celui d'un « lecteur » et non d'un « consommateur » : le livre numérique est donc généralement gratuit, même si 73 % des interrogés ont déjà acheté un livre numérique. Le paiement à l'acte, malgré la multiplication des modes de consommation, arrive toujours en tête.

 

Les plateformes d'achat privilégiées restent bien sûr Amazon, Google Play, et l'Apple Store (41 %), suivis par les sites des grandes surfaces (Fnac, Cultura, à 28 %...), tandis que les sites des librairies s'octroient la 3e place avec 18 %. Les acteurs français spécialisés dans la vente de livres, « hors sites de librairies » type Numilog ou Feedbooks, plafonnent à 8 %.

 

L'ebook reste marqué du sceau de la facilité de stockage et de rangement, et, malgré des critiques récurrentes, son coût moindre par rapport au livre papier. Ce dernier, à l'inverse, devient un quasi-produit de luxe, qui fera toujours un bon cadeau pour les fêtes de fin d'année. Sur les usages illicites, 17 % des répondants ont eu recours à un téléchargement illégal, pour des raisons bien connues : offre légale trop chère ou partielle, mais aussi des difficultés d'usage liées aux DRM (14 %). La pratique reste de toute façon marginale, par rapport à d'autres produits culturels.

 

2/3 des lecteurs certifient par ailleurs que le livre numérique n'a pas changé leurs habitudes de lecture, même si 53 % des interrogés assurent que leur usage des livres numériques va augmenter. Quant à la cannibalisation du papier par le numérique, son effectivité semble définitivement nulle, puisque 58 % pensent que leur pratique de l'imprimé va rester stable, contre 27 % qui s'imaginent lire moins sur un support papier.

 

La preuve par 16

 

En 16 points, les trois acteurs résument ainsi la situation du livre numérique en France


1. La lecture de l ivres numériques a augmenté de manière significative en seulement six mois : 14% de la populat ion française âgée de 15 ans et plus déclare avoir déjà lu, en part ie ou en totalité, un livre numérique. C'est plus du double qu'il y a six mois, à périmètre constant.
2. La proportion de personnes interrogées qui n'envisagent pas de lire un livre numérique a diminué sensiblement, 78% contre 90% il y a six mois, mais elle reste importante.
3. Les Français passent en moyenne une heure par jour à lire des textes numériques : 57 mn en moyenne par jour pour l'ensemble de la population française, 67 mn pour les lecteurs de livres numériques.
4. Les lecteurs de livres numériques sont de grands lecteurs de livres. 65% des lecteurs de livres numériques déclarent avoir lu un livre imprimé pour la dernière fois il y a moins d'un mois. Ils sont 45% chez les non lecteurs de livres numériques. Ces résultats confirment que le livre numérique correspond aujourd'hui davantage à une pratique nouvelle qu'à de nouveaux lecteurs.
5. La lecture de livres numériques change peu les habitudes de lecture et d'achat de livres : elle n'a aucun impact pour environ 60% des personnes interrogées. Certains ont légèrement tendance à lire plus (22%) et d'autres à lire moins (18%). Ils sont 28% à dépenser moins et 11% à dépenser plus.
6. La moitié (53%) des lecteurs de livres numériques déclarent lire, en règle générale, l'intégralité des livres numériques qu'ils possèdent.
7. 73% des lecteurs de livres numériques ont déjà acheté des livres numériques. La facilité de stockage, de rangement et de transport et, dans une moindre mesure, le prix sont les critères mis en avant pour ces achats. L'offre proposée, le confort de lecture, la facilité de consultation, la force de l'habitude et l'amour des livres papier sont, à l'inverse, les principales raisons expliquant l'achat du livre imprimé. 31% des acheteurs de livres numériques achètent également parfois la version imprimée.
8. Le paiement à l'acte reste privilégié par les lecteurs de livres numériques (64%), devant le prêt numérique (20%), l'abonnement (7%) ou la locat ion (7%).
9. L'acquisition de livres numériques se fait principalement sur les sites d'opérateurs internet (41% des lecteurs de livres numériques y ont recours) ou de grandes surfaces spécialisées (28%), et sur les sites internet des libraires (18%). A noter que les lecteurs de livres numériques acquièrent certains de ces livres directement sur des sites d'éditeurs (10% d'entre eux) et sur des sites d'auteurs (8%).
10. Équipement: 16% des lecteurs de livres numériques possèdent une liseuse, une proportion stable ; 37% possèdent une tablette, un chiffre presque deux fois supérieur à celui de mars 2012 (23%). 22% des lecteurs de livres numériques envisagent l'acquisition d'une tablette dans les six prochains mois.
11. La possession d'une liseuse ou d'une tablette numérique est un facteur déterminant pour l'usage de livres numériques : ils sont alors exclusivement ou fréquemment utilisés pour la lecture de livres numériques. Mais, compte tenu du taux d'équipement encore faible pour ces deux équipements, l'ordinateur portable reste – en valeur absolue – le support le plus utilisé pour la lecture de livres numériques. Observons de plus que, parmi les lecteurs de livres numériques, 30% des possesseurs de smartphones utilisent ce support pour lire des livres numériques.
12. Il ressort de ce deuxième baromètre que 58% des lecteurs de livres numériques ont acquis la plupart de leurs livres en payant, contre 41% gratuitement. A périmètre constant, cet écart se rééquilibre légèrement, au détriment du payant. A noter que la moitié des achats payants se situent entre 4 et 15 € par livre.
13. Le recours à une offre illégale de livres numériques reste faible par rapport aux autres industries culturelles, quoique notable : 2 lecteurs de livres numériques sur 10 déclarent avoir déjà eu recours à une offre illégale, soit environ 2% de la population française âgée de 15 ans et plus. Parmi les 70% de lecteurs n'ayant jamais eu recours à l'offre illégale, 59% justifient ce choix par le respect du droit d'auteur.
14. La littérature est la catégorie la plus lue (66%) et la plus achetée (60%) par les lecteurs de livres numériques. Parmi les autres catégories les plus lues, on trouve : les beaux livres (32%), les essais (32%), les livres techniques (25%), de sciences humaines et sociales (23%), la BD (22%), les ouvrages d'enseignement scolaire (18%) et les dictionnaires (22%).
15. Une majorité des lecteurs de livres numériques (53%) estime que, dans les années à venir, leur usage des livres numériques va augmenter; un tiers des lecteurs de livres numériques estiment que leur usage des livres numériques restera stable.
16. Concernant les attentes spontanées quant à l'évolution du livre numérique, 29% des lecteurs de livres numériques indiquent souhaiter que les prix soient plus accessibles, 12% souhaitent une offre plus variée, 35% ne savent pas et 14% n'ont aucune attente ; cette proport ion est caractérist ique d'un marché de l'offre.

 

 

 

Baromètre livre numérique - Vague 2 - Pour présentation orale_VF

Pour approfondir



Réactions

Publié par Plastivore

 

Personnellement, j'ai du mal à comprendre la politique de tarification des ebooks. Qu'on essaye de nous faire croire que ça coûte la même chose qu'un livre papier aux éditeurs... J'ai déjà du mal à y croire, mais passe encore... Mais je suis tombé sur quelque chose de... "surprenant" !

Bon, en France, le prix des livres est fixe (Loi Lang), ce qui permet aux éditeurs de faire absolument ce qu'ils veulent, vu que ça tue la concurrence (trop fort, une méga promo de 5% !).

Pour montrer à quel point la situation est ridicule, je vais utiliser le livre 1Q84 de Haruki Murakami, et comparer les prix entre la France et le Royaume-Uni (les sommes converties sont arrondies à l'euro supérieur, pour laisser un peu de marge vis-à-vis du taux de change).

Livre broché:
22.33€ pour chaque tome à la FNAC
13.40£ (17€) pour le volume comprenant les tomes 1 et 2 chez Waterstones
10.04£ (13€) pour le tome 3 chez Waterstones

Poche:
9.12€ par tome à la FNAC (le tome 3 n'y figure pas encore)
6.29£ (8€) pour le livre des tomes 1 et 2 chez Waterstones
5.59£ (7€) pour le tome 3 chez Waterstones

Jusque là, le livre est (beaucoup) moins cher outre-Manche. Mais attendez, le plus marrant arrive !

ebook:
15.99€ (!) par tome sur fnac.com
6.49£ (9€... et encore, je suis généreux) sur kobobooks.com pour la version en Anglais du volume des tomes 1 et 2
4.99£ (7€) pour le tome 3 sur kobobooks.com

On peut m'expliquer pourquoi l'ebook en français coûte plus cher que la version poche ? Je veux dire, l'ebook il est pas transporté par camion !

Je suis français et vis en Écosse. Je préfère lire les livres en version originale quand c'est possible, mais je ne comprends pas le Japonais. Dans ce cas, je pars du principe que, quitte à lire une version traduite, autant la lire dans ma langue maternelle. D'autant plus que j'ai acheté un lecteur d'ebooks dans le but d'éviter de payer des frais de port pour des livres édités en France, et qu'on ne me prenne pas pour une vache à lait quand je lis un grand classique tombé dans le domaine public. Mais là, je ne peux pas me résoudre à acheter la version éditée par Belfond. C'est juste complètement incompréhensible.

Et pour enfoncer le clou, la pack des 3 tomes brochés coute 66.98€ sur fnac.com, contre 19.82€ pour la version américaine... toujours sur fnac.com. Oui, la collection complète en anglais coûte moins cher qu'un seul tome en Français sur le même site.

Qui a hurlé "ridicule" ?

Écrit le 13/11/2012 à 16:25

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com