Lecture numérique > Usages > Actualité

Internet : du cyberespace à la cyberespèce

Inter-nerds et modem de vie

Par Jean-Romain Blanc,Le vendredi 10 février 2012 à 13:59:12 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Facebook est-il forcément plus virtuel que réel ? C'est une question qui se pose après l'apparition d'un nouveau motif de licenciement, le dénigrement de son employeur sur les réseaux sociaux. Alors que la loi demeure toujours floue sur le sujet, le tribunal des Prud'hommes valide ce type de pratique depuis la fin de la décennie. Lors d'une affaire particulièrement médiatisée en 2008, trois employés d'une entreprise de Boulogne-Billancourt avaient été virés pour « incitation à la rébellion » à cause de propos tenus sur le réseau social.

 

Bien qu'ils aient plaidé que ces échanges étaient strictement privés, le tribunal avait quant à lui jugé que Facebook était « un site social ouvert ». Si ces faits divers touchent à des thèmes que Mireille Dumas ne renierait pas entre vie privée et vie publique, ils permettent d'aborder un tout autre sujet : quelle part prend le réel dans Internet ?

 

Aujourd'hui, nous sommes loin du cyberespace inventé par William Gibson dans ses ouvrages dystopiques du début des années 80. Mais cette « représentation graphique des données extraites de chaque ordinateur » que l'on peut observer dans des films comme Tron (1982) ou Matrix (1999) a fait naître la conception communément admise d'Internet comme un espace « d'hallucination consensuelle » en position dominante.

 

Gibson et les auteurs cyberpunks de l'époque imaginaient le cyberespace comme un monde composé entièrement de codes informatiques contenant des informations pures et opéraient par là une différenciation essentielle entre les deux mondes comparable aux études philosophiques millénaires distinguant le corps de l'esprit. Seulement, des exemples comme ceux cités plus haut prouvent la désuétude contemporaine d'une telle définition.

 

Un cyberspace en chair et en os.

Ou pas.

 

Ainsi, les démonstrations de l'influence d'Internet dans le monde se multiplient en même temps que son développement. Il paraît impensable d'imaginer que les révolutions du printemps arabe aient eu autant de répercussions dans les pays occidentaux si les médias ne s'étaient pas abreuvés d'informations sur les différents sites communautaires en réseau. Encore aujourd'hui d'ailleurs, les journaux utilisent Skype pour communiquer avec les leaders des mouvements en Syrie. La communication instantanée autorisée par Internet, et dont profitent allégrement les médias, est une affirmation du pouvoir que la toile exerce sur le monde dit « réel ».

 

Suivez le lapin blanc, qu'ils disaient...

 

L'actualité entre donc en opposition frontale avec les théoriciens de la dualité numérique, ceux-là mêmes qui soutiennent à corps perdu que le numérique a fait grandir un deuxième monde bien distinct du premier. Selon eux le monde digital n'est que virtuel, alors que le monde physique serait LA réalité. Une conception que balaie d'un revers de main Nathan Jurgenson, qui étudie l'évolution d'Internet à l'université du Maryland, la décrivant comme obsolète.

 

Selon lui, la réalité et le virtuel sont de plus en plus proches et tendent même à « s'entrelacer ». L'exemple des réseaux sociaux, Second Life ou Facebook notamment, démontre les interactions s'opérant entre les « deux vies » d'un individu. Pour Jurgenson, ces deux personnalités réelle et virtuelle s'assemblent et se complètent : « Les gens combinent leur vie physique et leur vie numérique à un point tel que la distinction entre les deux se révèle de moins en moins pertinente. »

 

Neuromancer, ou la genèse du cyberespace

 

Mais il va plus loin et développe son propre concept théorisant la relation entre réel et virtuel, qu'il appelle la réalité augmentée et qui s'apparente à peu de choses près aux livres qui portent le même nom. Pour lui, notre vie est enrichie par le Web à travers l'apport de matières informatiques comme « les octets ». Pour appuyer ses dires, il rapporte qu'un certain nombre d'études établissent que nous utilisons Facebook en priorité pour augmenter notre liste de contacts et améliorer nos relations offline. Pour rappel, sur les 1200 millions de personnes inscrites sur le réseau, 700 s'y connectent quotidiennement.

 

Epanchement, Google et mutliplex

 

On est donc loin de l'idée de cyberespace comme source d'informations « pures » et délimité tel que le concevait les cyberpunks, hérauts de l'Internet que nous connaissons. D'ailleurs même la pensée de leur apôtre Gibson a évolué sur le sujet : « Il n'y pas si longtemps, le cyberespace était un lieu spécifique et à part. Nous le visitions régulièrement, l'observant depuis notre monde, physique et familier. Maintenant, le cyberspace s'est déversé. Il s'est retourné, et a colonisé le physique. Faisant de Google une pièce centrale de l'évolution structurelle, non seulement de l'architecture du cyberespace, mais du monde. C'est le genre de choses que les empires et les Etats-Nations, ont fait avant. Mais ils n'étaient pas des empires de la perception humaine à l'échelle mondiale. Ils avaient de nombreux yeux, certes, mais il ne constituait pas un seul œil multiplex sur toute la planète ».

 

Retrouver tous les livres de William Gibson, sur Comparonet

 

Il faut néanmoins souligner que cet extrait n'est que le signe d'une évolution de la pensée de Gibson, et que ce n'est en aucun cas la réalité. Internet s'est toujours déversé dans le monde réel et les interactions entre les deux n'ont jamais cessé.

 

Le virtuel, par delà le réel

 

Les rapports entre Internet et le monde réel semblent désormais de plus en plus étroits jusqu'à se confondre parfois, un concept qui semble approuvé par une étude démontrant que les fichiers numériques ont un poids... physique. L'unité de mesure, inventée pour l'occasion, l'attogramme pèse 10 puissance moins 18 d'un gramme, soit 0.000000000000000001g. Une preuve supplémentaire de la proximité des deux univers.

 

Bon allez, je me débranche, j'ai plus de batterie.

Sources : OWNI , The Society Pages , Le Monde

Pour approfondir

Mots clés :
Internet - Cyberespace - Virtuel - Réel



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte #StorySeller

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format Très bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

#StorySeller Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format TRES bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com