Lecture numérique > Usages > Actualité

L'Allemagne et le livre numérique : un désamour ?

Ou comment faire progresser un marché...

Par Clément Solym,Le lundi 07 mai 2012 à 18:46:28 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Voilà deux mois, l'institut de sondage GfK publiait une analyse de l'évolution du marché du livre numérique, prenant exclusivement en compte le secteur allemand. Si le marché ne représentait toujours que 1 % des ventes en 2011, ces mêmes ventes ont progressé de 77 % en regard de l'année 2010. Ce qui ne représente que 38 millions € de chiffre toutefois…

 

Pourtant, l'Allemagne semble encline à adopter la lecture numérique. Si l'on ne constate pas la présence de lecteurs ebook aussi nombreux que dans le métro new-yorkais, reste que la croissance existe. Jürgen Harth, directeur de l'Association des éditeurs et libraires allemands nuance toutefois. L'adoption de cette technologie rompt avec les traditions de lecture en Allemagne, et le principal facteur à prendre en compte reste que les livres papiers sont profondément ancrés dans le mode de vie allemand. 

 

Crédit Flickr

 

 

« Je pense que c'est d'abord et avant tout une question culturelle. À presque tous les coins de rue, il y a une librairie. C'est la grande différence entre l'Allemagne et les États-Unis », souligne-t-il. Un point commun que l'on retrouve également avec la France. 

 

Il faut ainsi rappeler plusieurs influences historiques, dans la relation de l'Allemagne au livre. 

L'Allemagne jouit d'une longue tradition éditoriale. Le pays est doté de maisons d'édition centenaires (C.H. Beck créé en 1763, Fischer en 1886, Piper Verlag en 1904, etc.), de grands centres historiques du livre comme Francfort et Leipzig où se déroulent depuis plusieurs siècles des foires du livre de grande ampleur. La Buchmesse de Francfort, la première du genre, reste depuis l'époque d'Érasme la foire internationale de référence.

L'Allemagne, c'est aussi un des réseaux de librairies les plus denses au monde (plus de 4 000 librairies selon le Börsenverein) ainsi qu'un système de distribution de haute performance dans lequel sont intégrés des grossistes indépendants et une logistique de pointe ; cela permet aux commandes des libraires d'être honorées dans les vingt-quatre heures partout dans l'espace germanophone.

Le prix unique du livre, dont un ancêtre avait vu le jour au début du XXe siècle sous forme d'accord interprofessionnel, est depuis 2002 inscrit dans la loi, la Gesetz über die Preisbindung für Bücher (BuchPrG). (étude du MOTif

 

Notons également que le prix unique du livre, appliqué au papier a été une question amplement débattue, et finalement tranchée. 

Il est reconnu que l'e-book, entendu comme reproduction exacte du livre, entre dans l'application du paragraphe 2 de la loi et qu'en conséquence le prix unique s'y applique. Mais l'interprétation de la loi est pour le moment restrictive et les professionnels craignent qu'elle ne le soit encore plus dans les années à venir. L'e-book auquel s'applique le prix unique doit être téléchargé et conforme de la première à la dernière page au livre imprimé. N'entrent pas dans l'application de la loi la consultation en ligne des contenus, l'accès en ligne à des bases de données, la consultation et l'utilisation des contenus dans les réseaux, etc. (étude ibid.)

 

D'autre part, note le président, il faut constater des différences de conception des livres, que ce soit les grands formats, ou même les ouvrages de poche. « Les livres allemands ont une certaine élégance et une certaine beauté. » De quoi, selon lui, inciter à poursuivre la route du livre papier, et non la lecture numérique. 

 

La question du prix se pose également. Et avec lui, celle de la TVA : l'Allemagne taxe à 19 % les ouvrages numériques, contre 7 % pour les livres papier. Mais, Bruxelles oblige, impossible de revoir la législation actuelle, sans se mettre en contradiction avec la Commission européenne. De quoi ne pas attirer le consommateur, qui souhaiterait ou s'attendrait à payer moins cher que les tarifs qu'il constate sur les librairies en ligne. 

 

Mais la problématique de la TVA n'est pas seule responsable. Au Royaume-Uni, les ventes de livres numériques représentent 11 % des ventes, sur l'année 2011, alors que la TVA est de 20 % sur les ebooks. La problématique allemande n'est pas donc uniquement à imputer à des questions financières. 

 

Peut-être faut-il voir du côté des professionnels des traces de résistance. Une analyse du Global eBook Market proposé à la Foire du livre de Francfort, en 2011, montrait que les barrières culturelles du grand public ressemblaient à celle que l'on rencontrait en France. Défendre le réseau de librairies et la diversité des établissements compte pour beaucoup dans les démarches actuelles. L'émergence du marché du livre numérique peut évidemment être considérée comme une menace immédiate pour les petites librairies.

 

« Si le taux de croissance se poursuit de la sorte, nous aurons des taux similaires à ceux des États-Unis d'ici quelques années. Vous pouvez acheter un Kindle, ici, l'iPad est devenu très populaire en Allemagne, les iPhones également, et maintenant, Barnes & Noble vient en Allemagne aussi. Si ces appareils continuent à être de moins en moins chers, les genres seront plus à même de se les procurer, et tout peut alors changer très rapidement » , conclut Dominique Pleimling, du bureau d'étude de l'Institute of Book Studies at the Johannes Gutenberg University of Mainz. 

Sources : Business Week , Etude GfK , Der Spiegel

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Nous étions une histoire, Olivia Elkaim

J'ai dit sur My Boox tout le bien que j'ai pensé du roman d'Olivia Elkaim (Stock, février 2014, 256 pages,...

Ma Biblioboite

Une Bibliobox ? Kezaco ? La genèse de la bibliobox (LibraryBox) commence avec celle de la PirateBox. Une PirateBox, c'est...

Chroniques du Lac: « L'innocent » de Philippe Heriat (1908-1971), par Elisabeth Guichard-Roche

A l'occasion de l'article « Siegfried et le Limousin », je vous avais expliqué la genèse des « chroniques du...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com