Lecture numérique > Usages > Actualité

La bibliothèque d'Amazon augmenterait les ventes d'ebooks

Des causes, des effets, et toute une chaîne du livre qui se ronge les doigts...

Par Clément Solym,Le jeudi 26 janvier 2012 à 09:51:48 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Les premières informations sur l'arrivée du format Kindle en bibliothèques avaient montré un élément intéressant : le prestataire OverDrive avait ajouté 36 % d'établissements supplémentaires sur le territoire américain, portant à 18.000 le nombre de ses clients. Et ce, manifestement, grâce à la présence d'ouvrages numériques au format Kindle...

 

D'autres données viennent de sortir, à l'occasion de la conférence Digital Book World, mais concernent cette fois la bibliothèque numérique qu'Amazon a mise à disposition de ses clients premium. Les premiers constats réalisés par la société montreraient que cette offre de prêt d'un ebook par mois (uniquement), pour une durée illimitée, ferait augmenter les ventes. 

 

Selon Russ Grandinetti, vice-président Kindle, la firme tente de prendre du recul, mais « les premières données suggèrent que vous pouvez amener les gens vers un livre qui ne les aurait pas intéressés sinon ». Pour arriver à cette conclusion, Amazon a comparé deux groupes de clients Amazon Prime, sur leurs habitudes de lectures et d'achats. Les uns profitaient de la bibliothèque numérique, les autres non. Et le premier groupe avait réalisé 30 % d'achats de livres supplémentaires. (via Paid Content)

 

 

 

« De nombreux éditeurs dans cette salle offrent des livres gratuitement chaque jour dans un effort assez grossier pour accroître la demande », souligne sans ménagement Grandinetti. Selon lui, l'approche d'Amazon est bien plus subtile, puisqu'en plus, la méthode permet une rémunération forte pour l'auteur, mais surtout, facilite la découverte.

 

Et d'ajouter : « 19 % de nos clients ont emprunté The Hunger Games, depuis la Kindle Owners Lending Library, et plus tarde, ont acheté l'un des autres livres de la trilogie au lieu d'attendre trente jours pour en emprunter un autre. »

 

Ce livre est d'ailleurs l'un des plus plébiscités par les usagers du service, sans manifestement qu'Amazon ne dispose de l'autorisation expresse de l'auteur, ni de l'éditeur. En fait, pour résoudre ce problème, la société achète le livre au prix de gros à chaque fois qu'il est emprunté. Ainsi, pas de pertes pour l'éditeur, et l'assurance d'une offre plus consistante pour Amazon. 

 

Est-ce par le biais de ces méthodes qu'Amazon espère convaincre les six grosses maisons américaines de rejoindre son programme ? Difficile de conclure trop hâtivement, surtout pour un service aussi jeune avec des données qui manquent encore trop cruellement pour être significatives. Et surtout, diffusées avec la transparence que l'on connaît, chez Amazon : aucune transparence. 

Pour approfondir

Mots clés :
amazon - bibliothèque - ebooks - ventes



Réactions

Publié par nbek

 

Et bien, cela tombe bien, j'ai autorisé le prêt de mon livre. Tout cela est très bien mais j'espère que l'expérience américaine aura les mêmes répercussions en France. A suivre donc...

Écrit le 06/02/2012 à 10:59

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Facebook, une vraie fausse bonne idée pour les auteurs indépendants

Les auteurs — et en particulier les auteurs indépendants — ont du pain sur la planche. S'ils souhaitent être lus, ils...

Nous étions une histoire, Olivia Elkaim

J'ai dit sur My Boox tout le bien que j'ai pensé du roman d'Olivia Elkaim (Stock, février 2014, 256 pages,...

Ma Biblioboite

Une Bibliobox ? Kezaco ? La genèse de la bibliobox (LibraryBox) commence avec celle de la PirateBox. Une PirateBox, c'est...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com