Lecture numérique > Usages > Actualité

Lecture : les parents préfèrent le papier pour leurs enfants

Les pages, ça se tourne...

Par Clément Solym,Le mardi 29 mai 2012 à 09:43:30 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

En janvier dernier, une étude montrant que les enfants préfèrent les livres numériques aux livres papier présentait des conclusions intéressantes sur ces pratiques de découverte et de lecture. Avec une grande victoire : l'iPad faciliterait le retour à la lecture des plus jeunes. (voir notre actualitté)

 

La question se pose depuis des lustres maintenant : faut-il préférer le papier ou le numérique pour les plus jeunes ? Une première réponse avait été lancée en novembre 2011, à l'occasion d'une autre étude, pour qui le médium employé n'importait pas, seule comptait la présence des parents, dans l'accompagnement de leurs têtes blondes. « Chaque fois que vous pouvez lire une histoire à un enfant, même dans les premiers stades de son développement, vous contribuez à renforcer sa compréhension, le son des mots, et la structure des phrases », expliquait un professeur. (voir notre actualitté)

 

La taille et la forme de l'objet-livre « font partie de l'expérience émotionnelle, intellectuelle. Il y a beaucoup de choses que l'on ne peut pas conceptualiser et se figurer avec un appareil numérique », soulignait d'ailleurs Junko Yokota, professeure et directrice du Center for Teaching Through Children's Books.

 

Gathering around the iPad to watch Thomas

 

 

C'est un nouveau sondage, effectué auprès de 1200 parents, que l'on découvrira comment ces derniers abordent la lecture, contredisant presque la volonté des enfants. Le Joan Ganz Cooney Center situé au Sesame Workshop, vient donc de trouver une contradiction - mais le bilan complet de l'enquête ne sera connu qu'au cours de l'été. Les chercheurs ne précisent en effet pas les pourcentages exacts, pas plus que ne sont détaillées les faveurs parentales pour le livre papier…

 

Selon les premières approches, et plus anciennes, les parents auraient une certaine réticence à faire lire leur progéniture sur des appareils numériques. D'autre part, il faudrait envisager, sociologiquement, que les parents ne soient pas encore totalement immergés dans l'univers numérique : certains ont découvert internet dans les années 90, alors qu'ils avaient probablement autour de 15 ou 20 ans. Pas de quoi faire d'eux des digital natives, baignant dans la toile et le réseau absolument. 

 

Pour Cynthia Chiong, il est évident que les livres enrichis ont leur place dans l'apprentissage de la lecture et la découverte, pour les plus jeunes. Ainsi, pour des parents qui seraient désireux que leur enfant soit plongé dans la lecture, les appareils de lecture numérique présentent certaines qualités non négligeables. D'autant plus que les éditeurs produisent de plus en plus d'oeuvres qui sont destinées à la lecture, pour les enfants ; le marché est vaste et nécessite une offre plus complète. Et les maisons ont conscience de cette nécessité. (voir Digital Book World)

 

L'autre point complexe, dont l'étude ne fait pas directement état, ce sont la prescription et la recommandation. Les parents qui se rendaient en librairie pour choisir des ouvrages doivent se retrouver quelque peu démunis face aux nouvelles oeuvres numériques, dont la toile parle encore peu, et dont les médias traditionnels font également peu cas. Difficile de s'orienter et de choisir, même si le catalogue n'est pas encore pléthorique.

 

Et le dernier point, l'appareil, reste encore un problème de pouvoir d'achat. S'équiper avec un iPad nécessite d'avoir les moyens… Autant de conditions qui incitent probablement les parents à se replonger dans les ouvrages papier de leur enfance, avant de s'aventurer sur le domaine des applications ou livres enrichis. La transition est pourtant en cours, assurent les chercheurs. 

 

Enfin, une dernière étude, datée de février dernier, montre que les enfants retrouveraient le goût de la lecture avec les livres numériques. 

Les nombreuses possibilités offertes par l'édition numérique ne sont pas pour déplaire aux jeunes enfants : même si le toucher autrefois convoqué par le papier à l'occasion de l'inclusion sur la page de fourrures ou de tissus se limitera désormais au contact de la surface plane, les autres interactions recèlent de stimuli. Sons, couleurs, mouvements, mais aussi engagement de l'enfant dans le récit sont désormais monnaie courante dans le livre numérique destiné à la jeunesse. (voir notre actualitté)

 

Pour approfondir

Mots clés :
parents - lecture - livres papier - ebooks



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com