Lecture numérique > Usages > Actualité

Les ebooks enrichis, trop divertissants pour les enfants

Cela détourne de la lecture, de la compréhension et de la mémorisation de l'histoire lue...

Par Clément Solym,Le jeudi 07 juin 2012 à 18:02:40 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Et voilà une qui va s'attirer l'amitié de tous les groupes d'édition jeunesse qui travaille à l'enrichissement de leurs ouvrages, en vue d'éditions numériques spécifiques. L'étude des chercheurs du Joan Ganz Cooney Center, basé à New York, montre que ces versions ont une capacité à distraire les enfants, qui les empêche de se souvenir de ce qu'ils viennent de lire…

 

On se croirait plongé dans le cerveau d'Homer Simpson… 32 parents et leurs enfants, âgés de 3 à 6 ans ont été soumis à une enquête pour déterminer l'impact des livres enrichis sur la lecture. Et les nouvelles ne sont pas bonnes. Dans le fil de leurs analyses, on découvre que les ebooks enrichis invitent par des actions connexes détournent les enfants de l'objet même du livre. 

 

iPad magic

« L'ebook enrichi est moins efficace que la presse écrite et les ebooks classiques, qui profitent davantage des atouts d'une lecture commune », soulignent les chercheurs Cynthia Chiong, Jinny Ree, Lori Takeuchi et Ingrid Erickson. En effet, quand les adultes accompagnent leur progéniture dans la lecture, celle-ci, face à un livre sur tablette où l'on peut cliquer et animer, a la fâcheuse tendance de se disperser. 

 

On le remarquerait aisément à ce que les enfants retiennent de leur lecture, et à l'échange que l'on peut avoir avec eux sur le texte. Ainsi, les détails narratifs sont plus facilement occultés par les performances techniques - le petit bruit, la petite animation, le truc qui bouge, et ainsi de suite. Autant d'outils qui sont absents d'un texte classique, où aucune fonctionnalité supplémentaire que celle de tourner des pages n'existe. 

 

Finalement, les enfants profitent bien mieux, dans le développement de leurs capacités d'alphabétisation et de découverte de la langue de ce que les livres restent des livres. En ce sens, il semblerait donc que les ouvrages numériques purement homothétiques aient les mêmes facultés que les livres imprimés. 

 

Au cours de l'étude, les familles ont reçu un livre papier, un ebook sur lecteur et un ebook amélioré sur tablette. La conclusion a été très rapide à formuler : tous les enrichissements nuisent clairement. La discussion autour de l'histoire autant que les détails du livre passent au second plan, voire derrière encore, puisque les enfants ne se les rappellent pas. 

 

Cependant, Cynthia Chiong assure au Guardian que les ebooks enrichis ont tout à fait leur place dans le paysage éditorial. « Les enfants semblent les apprécier. Si les livres enrichis peuvent impliquer des enfants qui n'auraient pas été intéressés par la lecture, cela nous permettra d'atteindre un objectif important. Dans notre étude, nous avons surtout cherché à porter l'accent sur l'apprentissage et la compréhension. Ce n'est cependant qu'une des nombreuses finalités de la lecture. Si le but est tout simplement d'amuser ou d'explorer un conte classique, d'une nouvelle manière, les livres enrichis sont importants. »

 

En mars 2011, Julia Donaldson, auteure de The Gruffalo, livre jeunesse réalisé avec Alex Scheffler, posait un veto clair à la création d'une application interactive de son ouvrage. « Je pense qu'il y a beaucoup d'avantages aux ebooks, mais je ne pense pas que nous devions êtres contrôlés par la technologie. » Et surtout, ne pas céder au chant des sirènes. « Je crois que si tout le monde dit oui à l'existence d'un ebook pour tout, un certain danger existe. » (voir notre actualitté)

Pour approfondir



Réactions

Publié par Juliette

 

De la qualité éditoriale et un solide "bon" sens critique, on revient aux fondamentaux.

Écrit le 07/06/2012 à 20:38

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com