Lecture numérique > Usages > Actualité

Numérisation : une méconnaissance du fonds patrimonial de Bretagne

L'enquête est formelle.

Par Nicolas Gary,Le mardi 20 novembre 2012 à 12:36:11 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Au cours du mois d'avril dernier, Livre et Lecture en Bretagne a réalisé une enquête portant sur les fonds numérisés, ou qui pourraient l'être, dans la région. Il s'agissait « de dénombrer et cartographier le patrimoine numérisé, de sensibiliser et de susciter l'intérêt des collectivités pour la numérisation ». Articulée autour de six thèmes, la nature et le volume des collections, le financement, les ressources humaines, les informations techniques, la diffusion et le bilan des numérisations, elle vient d'être rendue publique. 

 

 

Champs_Libres_entrée

Bibliothèque Les Champs libres, à Rennes

Mypouss, (CC BY-NC 2.0)

 

 

Constatant que les archives départementales sont bien plus avancées dans ce processus de numérisation, débuté en 2000, contre 2005 pour les bibliothèques municipales, le CRL de Bretagne fait état de plusieurs problèmes. Et notamment, souligne Florence Le Pichon, chargée de cette étude, une absence de coopération entre les structures, dont certaines n'ont pas répondu à l'étude. Un comportement qui renforce « la méconnaissance des fonds patrimoniaux ». 

 

Les manques sont d'ailleurs multiples : « Nous recompterons plusieurs cas de figure. Par exemple, la méconnaissance technique, ou encore, sur les questions de droit d'auteur. Certains fonds ont ainsi été numérisés sans avoir les droits pour le faire. S'il est évident que cela tient à une mauvaise information des personnels, il nous faut intervenir pour sensibiliser les établissements », souligne Florence Le Pichon.

 

D'autres écueils induisent ces maladresses : des problèmes de financement, par exemple, ou encore « un manque de soutien des municipalités ». Côté finances, justement, le CRL constate que la numérisation est principalement financée par les Villes ou le Conseil général, donc sur des fonds publics - excepté dans les cas de grandes universités. Mais le point central reste que si plusieurs établissements ont des projets de numérisation, « la vérification des documents déjà dématérialisés n'est pas systématique ». Le risque de se retrouver alors avec des doublons, et de dépenser de l'argent pour reproduire ce qui est déjà disponible devient un impératif. 

 

Depuis le rapport d'Emmanuelle Callac, en 2005, le recensement des fonds patrimoniaux, et la constitution d'un fonds régional se sont imposés. « Malgré cela, sept ans plus tard, plusieurs bibliothèques ne connaissent toujours la nature du fonds patrimonial de leur structure. Les fonds patrimoniaux présents en Bretagne sont donc loin d'être tous valorisés », note l'enquête.  

 

Pour Florence Le Pichon, la création d'un portail de ressources numériques serait une étape nécessaire. Sans que l'on puisse cependant se passer d'une journée de présentations aux professionnels. « L'émergence des projets de numérisation et de bibliothèques numériques modifie les missions traditionnelles dévouées aux structures culturelles, et par conséquent les métiers liés à celles-ci. Afin de poursuivre leurs missions, ces établissements doivent donc continuer et étendre les coopérations », conclut également l'enquête.

 

La région de Bretagne compte aujourd'hui trois grands projets de numérisation : le portail des Champs libres, à Rennes, celui de Brest et celui que la région elle-même porte. À ce titre, l'étude est claire : 

Toutefois, la bibliothèque numérique du Conseil régional ne résoudra pas tous les problèmes. Les services qu'elle proposera ne dispenseront pas d'une réflexion solide pour chaque établissement sur ses objectifs pour la numérisation et la valorisation de ses collections comme sur les moyens nécessaires à leur mise en ligne (logiciels documentaires). Toute opération de numérisation doit rester en rapport avec le projet de l'établissement. Une cohérence entre le fonds numérisé et la bibliothèque qui conserve ce fonds semble privilégiée.

 

La création d'une bibliothèque numérique, soutenue par le Conseil régional de Bretagne, pourrait néanmoins avoir pour conséquence d'inciter les acteurs à chercher la valorisation de leur patrimoine. En indexant et recensant les documents, tout en les localisant, elle assurera une indexation sur la base de données interopérables et consultables depuis des protocoles ouverts. 

 

 

Numerisation en Bretagne - enquête 2012 du Livre et Lecture

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com