Lecture numérique > Usages > Actualité

Plutôt opter pour la publicité que payer 99 cents pour un ebook

Qui a dit "Pris à la gorge" ?

Par Nicolas Gary,Le vendredi 12 octobre 2012 à 17:43:10 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La question des livres numériques gratuitement fournis aux lecteurs, contre une présence publicitaire continue de faire son chemin. Dans le cadre d'une étude menée par eBookPlus, auprès de 5000 personnes, la gratuité reste un argument essentiel pour les clients. Qui préférerait la publicité à un achat, même de 99 cents? Avis, avis...

 

 

Your Ad Here

Photo gallery (CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

La gratuité, c'est le vol ? Alors que les offres de lecture en streaming commencent à se développer en France - une lecture gratuite, contre la présence de bannières publicitaires sur la page web - la gratuité séduit massivement les Américains et Britanniques. L'étude réalisée par la start-up, spécialisée dans « le marché du livre numérique sponsorisé » fait en effet état de résultat étonnants.

  • 47,5 % des répondants préfèrent la gratuité des ebooks - avec par exemple un affichage déroulant de 15 secondes avant chaque chapitre
  • 20,8 % préfèrent payer 99 cents, sans publicité
  • 9,1 % paieraient jusqu'à 2,99 $ sans pub
  • 10,3 % iraient jusqu'à 19,90 sans pub
  • 14,1 % préfèrent dans tous les cas passer par un piratage en bonne et due forme...

 

e-Réclame

Avec des appareils connectés, la publicité contextuelle dans les ebooks deviendrait presque banale. L'éditeur américain HarperCollins y travaillait en novembre 2001. Le tout, pour compenser l'érosion des ventes en librairie, expliquait-il.

Et à ce titre, Amazon dispose déjà de son propre brevet pour mettre de la pub dans les ebooks.

Moralité, rapporte Digital Book World, les anglophones ne veulent pas payer. La faute à la crise, ou au contexte socio-économique, probablement, mais qui dans les faits modifie considérablement les comportements de consommation. Le client serait en effet disposé à louer, plutôt qu'à acheter pour posséder un ouvrage. Et  moins il investit dans le titre,  mieux il se porte.

 

La solution est toujours complexe : la présence de publicité dans les livres numériques  serait un meilleur moteur de diffusion pour faire connaître l'oeuvre, bien entendu. En revanche, la commercialisation pourrait rapporter, à court terme, plus d'argent à l'auteur, sans que, pour autant, et sur le long terme, ce dernier ne s'y retrouver réellement. 

 

Une enquête menée sur ActuaLitté, en février dernier, auprès de 4176 répondants, montre que majoritairement, 2 € reste un prix de vente maximum que les personnes sont disposées à verser pour un ebook. Ils sont 47 % à accepter de payer entre 1,99 et 7 €, avec 25 % cependant entre 1,99 et 3,99 €. Et le sondage portait sur la simple question d'un ouvrage homothétique, c'est-à-dire, juste numérisé et identique à une version papier. (voir notre sondage)

 

Dans le cadre d'une diffusion d'oeuvre par un auteur indépendant, cette question de la gratuité, en contrepartie d'une présence publicitaire, reste très importante. Or, en août dernier, nous découvrions qu'après Yahoo!, c'est la petite start-up Microsoft, qui avait déposé un brevet visant à l'intégration de publicité dans des livres numériques. Mise en perspective, cette information est assez intéressante : en effet, Barnes & Noble et Microsoft ont décidé de faire front commun, en créant une joint-venture autour des livres numériques. 

 

Un avenir prometteur, probablement ?

Pour approfondir



Réactions

Publié par binao

 

En france on a l'exemple de Youboox qui développe l'acces gratuit au livre avec de la publicité et qui semble se porter tres bien....

Écrit le 13/10/2012 à 22:03

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com