medias

Adapter des livres jeunesse avec la communication augmentée et alternative

Nicolas Gary - 19.05.2017

Ailleurs - Italie livres adaptés - déficiences cognitives autisme - salon livre turin salto30


#salto30 – Ce ne sont pas à proprement parler des livres édités, conçus pour une exploitation commerciale. D’ailleurs, on ne les vend pas, ils sont uniquement accessibles dans les bibliothèques. Pourtant, ces histoires ont une immense responsabilité : celle de favoriser l’intégration des migrants, des personnes analphabètes et bien d’autres encore.


Des livres adaptés, plus adaptés encore
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Organisée à l’initiative de la région du Piémont (partenaire logique du Salon du livre de Turin), cette collection de livres compte une vingtaine de titres. Avec leurs spirales et ces grandes pages cartonnées, les livres n’ont rien de vraiment sexy. Mais l’effet recherché est avant tout celui de favoriser l’apprentissage de la langue, par une technique de communication augmentée et alternative.

 

Certes, chaque page de gauche dispose d’une illustration, mais le livre originel a été ainsi adapté qu’il présente un texte traduit avec des symboles codifiés — suivant les normes de la CAA. Ce qui ne l’empêche en rien d’être une adaptation fidèle au texte d’origine, simplement il se veut transformé en un support pédagogique plus efficace.

 

En premier lieu, ce sont les enfants avec des handicaps spécifiques qui sont ciblés, mais par extension, on envisage tout à fait l’apprentissage de l’italien à des enfants qui ne sont pas natifs ou migrants. Globalement, les ouvrages sont conçus pour des personnes qui rencontrent de sérieuses difficultés avec la lecture. 


Des livres adaptés, plus adaptés encore

 

En bibliothèque, je trouve un livre aussi (fait) pour moi.

Demande de l’aide au bibliothécaire pour

1 Être accompagné dans le choix des livres ;

2 Avoir un accès autonome aux livres en CAA ; 

3 Débuter ensemble la lecture partagée ; 

4 Prendre le live en prêt.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

« Les ouvrages sont conçus pour aider des enfants et des jeunes qui sont confrontés à un problème de communication, avec des déficiences cognitives ou un handicap physique qui les privent de la possibilité de parler facilement, ou d’apprendre », nous explique sur place une représentante de la Fondazione Paideia à l’origine de ce projet.

 

«  Ce peut évidemment être des personnes qui souffrent de troubles autistiques, atteintes du syndrome de Down (ou trisomie 21), celui d’Angelman (trouble sévère du développement neurologique), ou d’autres maladies d’origine génétique. »

 

Pour les migrants, ces ouvrages représentent une première approche simplifiée de la langue, tout à la fois auditive et visuelle, destinée à favoriser l’apprentissage ultérieur. 

 

Que ce soit à l’école, en famille, ou encore dans les bibliothèques, l’objectif reste de favoriser la découverte et de proposer une offre de lecture qui soit suffisamment efficace pour surmonter les obstacles. Le tout à travers une expérience qui puisse devenir ludique et éducative, impliquant toute la famille.



Les histoires sans fin