Auteur de livres pour enfants, Edouard Ouspenski disparaît

Nicolas Gary - 15.08.2018

Ailleurs - Edouard Ouspenski auteur - littérature jeunesse Russie - Edouard Ouspenski Tchébourachka


Connu en Russie pour ses livres jeunesse, l’écrivain Édouard Ouspenski est décédé à l’âge de 80 ans, apprend-on dans la presse russe. Des œuvres qui devinrent pour certaines des dessins animés qui, à l’époque soviétique, ont marqué des générations entières.

 

Dmitry Rozhkov, CC BY SA 3.0

 

 

On ne compte que trois titres traduits en France, chez Castor-poche Flammarion, par Robert Giraud, aujourd’hui introuvables mis à part d’occasion. 

 

Son premier personnage, Tchébourachka, le fit connaître en 1966 – et connut une vie fantastique : adapté en films d’animation, cette histoire jeunesse eut de multiples vies – mascotte de l’équipe russe durant les Jeux olympiques de Turin, ou encore sur les timbres postes, et autres peluches et jouets.

 

Durant la période de l’Union soviétique, ce personnage devint une figure culturelle majeure, et reste aujourd’hui encore une référence importante. Il connut surtout un vif succès en devenant un héros de dessins animés... au Japon, dans les années 2000. 

 

チェブラーシカ

Kentaro Ohno, CC BY 2.0

 

 

Auteur, scénariste, poète, Edouard Ouspenski créa également une emission éducative que des clowns animaient, pour la télévision d’Etat. Le programme dura de 1975 à 1977. « Plusieurs générations de Russes ont été élevés en s'inspirant des personnages de cet écrivain célèbre et en absorbant tout le bien qu'ils répandaient », indique le président Poutine.

Parmi ses oeuvres, Les dépanneurs invisibles, racontant comment trois créatures prennent place dans un nouveau frigo, et les pièges qu'une petite fille va leur tendre. 

 

« C’était l’un des meilleurs écrivains contemporains pour enfants. Ses personnages vont encore inspirer de nombreuses générations de créateurs de dessins animés », assure la présidente du conseil d’administration de Soïouzmoultfilm, Iouliana Slachtcheva, à l’agence de presse publique RIA Novosti, citée par l’AFP. 

 

« Nous avons perdu un grand écrivain et un grand rêveur […], une personne merveilleuse qui apprenait aux enfants à rêver avec lui », souligne le représentant spécial du président russe pour la coopération culturelle internationale, Mikhaïl Chvydkoï. 
 

Mort ce 14 août d’une longue maladie, l’écrivain résidait à Moscou. Il avait dernièrement pris farouchement position contre l’occupation de la Crimée par la Russie, dénonçant un pays « divisé en 10 % d’intelligents et 90 % d’idiots. Je pense que je me rapproche des dix pour cent intelligents, parce que toute cette histoire, en Crimée, c’est moche ».

 

Dans cette même interview de 2014, il critiquait sans réserve la propagande de la télévision actuelle, et la manipulation de l’opinion publique, par l’intermédiaire des programmes diffusés. 

 

En plus de ses livres pour enfants, il avait publié de remarquables pièces de théâtre et des poèmes, qui n’auront hélas pas traversé les frontières françaises. Il fut cependant traduit en plus de 25 langues.
 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.