“Ce n'est pas ma sirène” : accusé de racisme, un livre jeunesse retiré de la vente

Antoine Oury - 13.08.2020

Ailleurs - livre jeunesse racisme - sirene racisme - Usborne livre sirene


L'éditeur Usborne aurait du y regarder à deux fois : pour célébrer le 20e anniversaire d'une série de livres de son catalogue, une édition spéciale de That's not my mermaid..., de Fiona Watt et Rachel Wells, a été publiée, avec une couverture inédite. Problème, cette dernière présente une sirène noire : associée au titre et à une remarque, « Ses cheveux sont trop duveteux », l'image devient dérangeante...



Mère de deux petites filles, Katie Wells a vu de loin la sirène noire de la couverture du livre, reproduite sur un t-shirt : « Nous marchions dans l'allée centrale quand nous l'avons vu de loin. Cela m'a particulièrement attiré, car il est rare de trouver des vêtements présentant des personnages noirs », explique-t-elle. Mais, de plus près, le t-shirt s'avère moins engageant.

On y retrouve en effet les mêmes inscriptions que sur la couverture du livre qui l'accompagne : Ce n'est pas ma sirène, le titre du livre, mais aussi une phrase : « Ses cheveux sont trop duveteux. » Pour Wells, « [c]e n'est pas quelque chose que l'on devrait lire sur un t-shirt, et cela rappelle un stéréotype, c'est tout simplement raciste ». 

En effet, les cheveux crépus et leurs porteurs ont longtemps été victimes de racisme : ce type de chevelure était considérée comme sale ou tout simplement laide, voire comme une justification de l'esclavage.

Le livre Ce n'est pas ma sirène fait partie d'une collection d'ouvrages destinés aux jeunes enfants : ils comportent des parties en tissu et en différentes matières que le jeune lecteur peut découvrir avec ses parents et son sens du toucher. Mais ce même concept évoque un comportement inapproprié vis-à-vis des personnes aux cheveux crépus : le fait de vouloir les toucher, pour s'en moquer ou s'en étonner évoque aussi un comportement raciste et indélicat.

Ainsi, l'association des différents éléments sur cette couverture, dessinée pour une édition spéciale du livre par Rachel Wells, engendre un résultat assez gênant.
 
« En tant que petite fille noire, j'aurais adoré voir une illustration de quelqu'un me ressemblant, en sirène. Et puis lire les messages n'aurait finalement que renforcé ma haine vis-à-vis de mes cheveux hors du commun », note une utilisatrice de Twitter à propos du livre.

Face aux réactions, la chaine de magasins Tesco et l'éditeur Usborne ont affirmé que le livre ne serait plus disponible. « Alors que nous avions inclus une sirène noire afin d'être plus inclusifs, nous reconnaissons que faire référence aux cheveux de la sirène — les qualifiant de “duveteux”, et le concept de toucher les cheveux lui-même — sont problématiques », a indiqué l'éditeur dans un communiqué.

La précédente édition du livre était dotée d'une couverture montrant une sirène blanche.




Commentaires
Pour éviter tout problème, que la troisième édition présente en couverture une petite sirène chauve, masquée, habillée de pieds en cap (sauf la queue, incolore) et gantée jusqu'aux épaules. Et de dos, s'il vous plaît, pour éviter la confusion de genres.



Même ainsi, on risque le blablabla des râleurs.
Ah la la, pourvu qu'ils ne jettent pas la sirène avec l'eau du bain !! c'était génial une sirène noire, il fallait juste enlever la remarque négative sur ses cheveux. Pareil pour la petite sirène blanche d'ailleurs, les gens ont assez de problèmes comme ça avec les critères pas la peine de commencer à trois ans !

J'espère que ce n'est pas le principe de la série, dis-moi ActuaLitté ?
Bien sûr, merci d'avoir souligné que le "gênant", ici, n'était pas la couleur de peau, mais était – et RESTE – la remarque négative sur les cheveux. Ce "trop duveteux" se lit comme une critique visant une caractéristique physique, ce qui, à mon sens, n'a pas lieu d'être, en tout cas pas sur une couverture (encore moins une couverture de livre d'enfant) ou un t-shirt, l'affichant à tous les regards, en une seule phrase sortie de tout contexte pouvant justifier ce "trop".



À part ça, il serait intéressant qu'on nous explique pourquoi ce serait moins "raciste" avec une sirène blanche qu'avec une sirène noire... Je trouve cette réinterprétation assez curieuse, et révélatrice de ce qu'elle est supposée "réparer", en entérinant qu'on ne pourrait donc pas dire d'une femme noire ce qu'on pourrait dire d'une femme blanche. exclaim

Ils ont donc changé la sirène... Moi, j'aurais changé la phrase grin !
Le n'importe quoi sauce américaine continue...

Épisode suivant : le dessous de mes mains est clair... C'est trop raciste !

Pays de dingues qui, malheureusement, exporte sa connerie en France.
On est bien loin de la coiffure afro d'Angela Davis. Monde de con.ne.s !
De toute façon les sirènes n'ont pas de haut de maillot de bain (elles sont nature quoi)...autre obsession américaine!
Votre remarque croise un peu la mienne, plus réservée encore : exercer le sens du "toucher" de l'enfant sur le corps d'une sirène, euh... personnellement, je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure idée qui soit : l'enfant doit plutôt apprendre que "Mon corps, personne n'y touche" ! (Même si la sirène porte un amusant soutien-gorge.)

Et, évidemment, une couverture qui expose à tous les regards une critique sur une partie du corps, c'est assez maladroit aussi. Il ne me semble pas très souhaitable qu'on "souffle" à un enfant qu'il puisse trouver ses cheveux "trop comme ci" ou "trop comme ça"... Il a bien le temps de nourrir ses futurs complexes par lui-même...

En revanche, l'occasion est ratée de faire lire ici "Ses cheveux sont agréablement duveteux"... à une petite fille noire qui pourrait ainsi se sentir valorisée, plutôt que dévalorisée...



Bref, parfois, les "bonnes intentions"...
Comme vous, je trouve dommage d'avoir sacrifié la sirène noire

Il aurait été plus simple de ne pas inciter le jeune lecture à toucher / critiquer la chevelure de la sirène
C'est le principe même de cette collection de livres : toucher des matières.
Ras le bol des conneries! D'accord avec l'humour de jujube.

Ma petite métisse de douze ans aime beaucoup la douceur de ses cheveux et touche les miens (gris et raides mais doux au toucher) Toucher les cheveux crépus ou une barbe suffit à modifier ses préjugés.
Mais enfin, je suis en état de sidération. Trop duveteux signifie que l'enfant ne reconnait pas sa sirène mais ce n'est pas discriminatoire. Si je dis que telle chose est trop foncée ou trop claire ou trop ceci ou trop celà c'est par rapport à ce que je possède. C'est ce que fait tout enfant "c'est pas à moi, parce que ma poupée a les cheveux plus clairs ou plus foncés donc je sais que celle là n'est pas à moi." Je pense que ça dessert le propos. Nous ne faisons que renforcer ce que nous voulons dénoncer en agissant ainsi.
Tout à fait d'accord Anita, mais reconnaissez qu'il peut y avoir ambiguité et, dans l'ambiance actuelle, sur-interprétation par susceptibilité

Un éditeur professionnel devrait savoir peser tout le sens des mots et aussi ses sous-entendus potentiels et les dangers qu'ils comportent. Surtout pour un titre.
Bonjour,



Beaucoup de commentaires reprennent l'adverbe "trop" et lui attribuent un sens d'excès discriminatoire. C'est une façon de voir.

Car je pense à l'usage actuel du "trop" par les jeunes dans, par exemple, "c'est trop beau, trop bien, trop chouette" etc. Là, le "trop" prend une allure d'acceptation admirative pour le surplus positif qu'il semble apporter. Non?



De toute façon, mieux vaut rester très (trop) prudent dans le choix des mots quand on adresse un texte (quel qu'il soit) à un grand public. Et ne pas semer l'embrouille ou la discorde. Le temps est déjà assez pénible à supporter en 2020.
Les potaches Danois dopés à la Carlsberg avaient déjà qualifié cette Blanche topless à mobilité terrestre réduite de "Racist Fish" dans le sillage du mouvement BLM. On l'a déjà oublié.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.