En 1980, les éditeurs le refusaient : ce livre sur l'homoparentalité vaut de l'or

Cécile Mazin - 15.05.2017

Ailleurs - Heather Has Two Mommies - homoparentalité livre jeunesse - famille mères lesbiennes


Lorsque Lesléa Newman réalisa son livre pour les enfants, Heather Has Two Mommies, il était difficile d’imaginer le succès qu’il connut. En réalité, les éditeurs pinçaient le nez, quand en 1988, elle le proposa à différentes maisons – traditionnelles, jeunesse ou même LGBT... Aujourd’hui ? C’est un classique, et des plus recherchés...



 

 

L’histoire de maman Jane et maman Kate, un couple lesbien élevant une petite fille, n’était pas vraiment bankable à cette époque. C’est la rencontre avec une mère lesbienne qui avait motivé l’écriture de ce livre. « Il n’existe pas de livres qui montrent une famille comme la nôtre », lui expliquait alors cette amie. 

 

Avec l’aide de Tzivia Gover, Lesléa Newman décide de se lancer dans la création de ce livre. Mais comme aucun éditeur ne se décidait à faire confiance au livre, les deux auteures ont dû autoproduire leur ouvrage, trouver l’argent, réaliser la maquette, imprimer... Bref, tout prendre en charge. 

 

C’est avec le prestataire In Other Words Publishing qu’elles réalisent ce projet, conscientes qu’elles ne disposaient vraiment pas d’un éditeur en mesure de les défendre. Pourtant, cet engagement va attirer l’attention d’Alyson Books, éditeur d’ouvrages LGBT. Et toutes deux confient non sans un certain soulagement le soin d’exploiter le livre dans les meilleures conditions.


 

Au milieu des années 90, Heather Has Two Mommies est devenu un symbole, mais plus encore l’objet cristallisant les luttes sociales. Censuré, banni, rejeté... le livre provoque la colère de religieux. On lui promet le bûcher, métaphoriquement, ou du moins, que les vrais croyants se ligueraient contre lui, pour une noble croisade...

 

À la fin des années 90, le livre compte parmi les plus censurés aux États-Unis, avec The Catcher in the Rye de Salinger et le livre Sex de Madonna. La consécration ? Pourtant, traversant les tempêtes sociétales et les luttes pour la reconnaissance des droits LBGT, le livre finira par être une perle rare. 

 

Le site de vente d’ouvrages d’occasion Abebooks en a référencé des exemplaires à 3 000 $, dans l’édition originale. Les libraires de livres anciens, à travers le pays, s’arrachent les différents exemplaires encore en circulation. Heather est devenu collector, parce qu’il fut l’un des premiers « à décrire l’homoparentalité, à une époque où les parents homosexuels étaient souvent dénigrés ». 
 

Un groupe de chrétiens américains contre un livre transgenre

 

Et ses premières éditions sont devenues si rares que les collectionneurs se ruent. Sur les 4 000 exemplaires que Lesléa et Tzivia avaient imprimés par leurs propres moyens, il doit bien rester quelques modèles dans la cave, assure Lesléa. Et de rire : « Peut-être devrais-je les mettre en vente sur eBay. » 

 

 

via LA Times

 



Les histoires sans fin