Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Farida Belghoul, proche d'Alain Soral, a écrit un livre jeunesse...

Fred Ricou - 30.01.2014

Ailleurs - théorie du genre - farida belghoul - garçon


On en entend parler depuis plusieurs jours, les rumeurs enflent de plus en plus. Les fantasmes de tout et n'importe quoi sur la fameuse « Théorie du genre » qui n'existe pas, du moins du France, secouent les médias et les réseaux sociaux.

 

Nous ne prenons que rarement position pour ce genre de phénomène qui ne repose pas sur grand-chose, mais là, quand on parle de littérature jeunesse nous ne pouvions qu'intervenir…

 

Sur le site Zaman France, dont le journal papier est le premier hebdomadaire franco-turc et est distribué à plus de 12 500 abonnés, nous avons lu l'interview de Farida Belghoul, donnée le 23 janvier dernier.

 

Proche du négationniste Alain Soral, dont on a beaucoup entendu parler pendant l'affaire « Dieudonné », Farida Belghoul est à l'origine de la rumeur qui a fait que certains parents n'ont pas mis leurs enfants à l'école pensant qu'on aller habiller les garçons en petites filles et les filles en petits garçons* et bien d'autres choses totalement absurdes. Ben oui, tout ceci risquerait de brouiller leurs perceptions de leur sexualité plus tard…

 

La théorie du méchant escargot...

 

 

Dans cet interview que nous vous laisserons lire, Farida Belghoul dit explicitement qu'elle a écrit un livre pour les 6-10 ans, qui sortira bientôt (quel éditeur ? on ne sait pas… mais possiblement Kontre Kulture, la maison d'Alain Soral, condamnée pour antisémitisme) et qui devrait s'intituler Papa porte un pantalon et maman porte une robe illustré « par le dessinateur Hugo ».

 

 

Ainsi, elle veut réagir contre un livre jeunesse : Papa porte une robe. Un roman paru en 2004 (oui oui, c'est ça, il y a 10 ans…) aux éditions du Seuil. Uniquement conseillé par le Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et Pegc pour aider les enseignants à lutter contre les préjugés et autres propos homophobes.
Bien entendu la « rumeur » dit que le livre est entré dans les programmes scolaires et donc « obligatoire » ce qui est totalement faux.

 

L'histoire de Papa porte une robe : « Gégé vit seul avec son papa, Jo Cigale, boxeur renommé. Ses poings c'est son gagne-pain, boxer c'est son métier. Mais un jour, lors d'un combat, Jo reçoit un sale uppercut et les médecins sont formels : un seul coup peut lui être fatal, plus de boxe point final. « Mais que vais-je faire ? - Eh bien, dansez maintenant ! » C'est ainsi que Jo va enfiler robe et perruque, maquillage et talons hauts et devenir danseuse de music-hall. Et quand Jo oublie d'enlever sa robe pour conduire son Gégé à l'école, les enfants raillent : « Papa porte une robe ! Papa porte une robe ! » Les femmes portent bien robes et pantalons, alors pourquoi n'en serait-il pas de même pour les garçons ? »

 

Dangereux, n'est-ce pas ? Bref, l'histoire n'est pas terminée…

 

 

 

 

*Fait intéressant, il existe au Sénégal, pays musulman à 95%, une pratique nommée Tajabone. Celle-ci se déroule au tout début de la nouvelle année dans le calendrier musulman, c'est la fête de Tamkharit. Les petits enfants alors rassasiés de couscous de mil vont se déguiser. Les garçons vont se déguiser en filles, les filles en garçons. Ils vont ainsi faire le tajabone, une sorte de fête entre le carnaval et la fête d'Halloween, en allant de maison en maison pour demander des bonbons, des poignées de mil ou de riz et même de l'argent.  

 

 



Les histoires sans fin