Jacques Goldstyn remporte à nouveau le prix des bibliothèques de Montréal

Fred Ricou - 02.11.2017

Ailleurs - azadah montréal - prix jeunesse bibliothèque - lauréat Jacques Goldstyn


Les bibliothécaires de Montréal viennent de décerner leur 13e Prix du livre jeunesse à Jacques Goldstyn pour son bel album « Azadah » aux éditions de la Pastèque. Il succède ainsi à… Jacques Goldstyn, lui-même, qui avait déjà emporté le prix en 2016 avec son album L’Arbragan chez le même éditeur.



Le résumé de l’album est simple : « Au contact d'une photographe, une petite afghane constatera que le monde est vaste et que les possibilités sont infinies... » ainsi comme nous le disions il y a quelques mois, Azadah, malgré l’effroyable vérité « entraîne le récit vers autre chose qu'une tragédie, lui offre un souffle léger et poétique, irrésistible. » C’est certainement cela qui a tant touché les bibliothécaires de Montréal pour lui accorder ce 13e Prix du livre jeunesse.

 

Les conditions du prix sont simples, le livre doit évidemment s’adresse à la jeunesse, avoir été publié dans une maison d’édition domiciliée à Montréal, être en français ou en anglais, et avoir été publié pour la première fois dans l’année de référence. Chaque année les bibliothécaires de Montréal proposent une liste de livres qui se sont démarqués par leurs qualités originales des restes des publications montréalaises. Une bourse de 5000 $ est attribuée au lauréat, les finalistes, quant à eux touchent la somme de 500$.

 

Jacques Goldstyn est un habitué du prix, il était finaliste en 2014 avec Le petit tabarnak pour un une sorte de tour de chauffe. Deux ans plus tard, en 2016, avec L’Arbragan, il devient lauréat du prix pour cette année, à nouveau, remporter la victoire avec Azadah. Avec ce bel album humaniste, il a déjà gagné le Prix du Gouverneur général et est sur les listes du Prix jeunesse des libraires du Québec.


 



Les histoires sans fin