Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La diversité en littérature jeunesse peine toujours à apparaître

Lauren Muyumba - 18.07.2013

Ailleurs - Diversité - Littérature - Jeunesse


Les Histoires Sans Fin posaient la question le mois dernier : 'Les livres manquent-ils de couleurs...de peau ?' D'après le journal The Tennessean, des librairies, auteurs, bibliothécaires, enseignants et parents s'entendent à dire que oui. Rares sont les héros ou héroïnes de couleurs qu'il est possible de trouver en bibliothèque ou en librairie. Rien n'est tout noir ou tout blanc, et la vie n'est pas toute rose. Il en va de même pour les enfants.

 

 

 

 

L'écrivaine britannique Tanya Byrne n'est pas la seule auteure à remarquer un manque de diversité dans les livres jeunesse. Idem pour la première Children's laureate noire, Malorie Blackman qui fait la même analyse. Les Histoires Sans Fin s'était penché sur la question en rapportant leurs témoignages.

 

C'est au tour d'une écrivaine et professeur américaine, Caroline Randall Williams, d'exprimer son sentiment, mais surtout un constat : sur les étagères de sa classe qu'elle a essayé de garnir en livres divers et variés, peu d'ouvrages au final montrent une réelle diversité. Elle a pris l'initiative de co-écrire avec sa mère, Alice Rendall, un livre dont le personnage principal est une jeune fille de couleur : The Diary of B.B. Bright, Possible Princess (Turner Publishing Company, 2012).

 

Et objectivement, si l'on va fouiller parmi les dessins animés adulés par les jeunes, on compte à ce jour une seule princesse noire héroïne de Walt Disney, La Princesse à la grenouille : "C'est incroyable de n'en voir qu'une seule à ce jour", a déclaré Caroline Randall Williams. Avant de préciser qu"elle est une serveuse au départ. Il n'y en a pas une qui a commencé sa vie dans un cadre noble et sophistiqué". Rappelons quand même que les princesses blanches n'ont pas toutes entamé leur vie dans de beaux draps, à l'image de Cendrillon.

 


Une carence qui ne date pas d'hier, et se poursuit aujourd'hui 

 

Apparemment, les choses évoluent peu du côté des livres : la mère de Caroline Randall se souvient que le même problème se posait déjà lorsque sa fille était petite. Elle peinait à lui trouver des livres avec une petite fille noire à laquelle elle pourrait s'identifier.

 

Le personnel de la bibliothèque Nashville Public Library partage un avis similaire, et reçoit régulièrement des parents qui demandent s'il n'y aurait pas un livre avec un enfant de couleur. Phyllis Grubbs, qui gère le développement de la collection, fait un aveu surprenant tout en faisant appel à sa mémoire : "Je ne peux citer l'exemple d'aucun livre pour enfants avec des Américains arabes. Il n'y a pas assez de livres qui véhiculent la vie quotidienne des enfants".

 

Même constat partagé par The Cooperative Children's Book Center qui reçoit 8 % de livres avec des personnages de couleur, parmi les 3 600 ouvrages qu'il recueille. Megan Schliesman, bibliothécaire et chercheuse au sein de ce centre, résume ainsi les choses : "C'est le monde d'un enfant blanc dans la littérature pour enfants".

 

Pourtant, la réalité montre un tout autre monde. Surtout dans un pays comme les USA, dont personne n'ignore le "melting pot culturel". Les Etas-Unis ont une longue d'histoire d'immigration, à commencer par les Européens et l'Espagnol Christophe Colomb. Megan Schliesman pense que la question ne devrait même plus se poser aujourd'hui : "Si vous êtes un bibliothècaire qui doit prendre des décisions, c'est essentiel que les enfants puissent voir des images de personnages qui leur ressemblent". 

 

En est-il de même pour la France ? nous nous pencherons sur le sujet très bientôt...

 

Pour écouter un passage de The Diary of B.B. Bright, Possible Princess lu par son auteure.

 

 

 



Les histoires sans fin