Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La saga Harry Potter, apologie de l'homosexualité ?

Lauren Muyumba - 23.05.2013

Ailleurs - Harry Potter - Dumbledore - Homosexualité


Giulio Callegari de Radio Nova sort un article aujourd'hui sur la soi-disant conspiration homosexuelle qui remplit les pages de la saga Harry Potter. Un secret caché depuis des années sous les robes de sorciers ? L'article est très drôle, mais l'idée n'est pas nouvelle depuis que l'auteure JK Rowling a révélé l'homosexualité de Dumbledore, le 18 octobre 2007 très exactement.

 

De quoi animer la chronique et déchaîner les passions, plusieurs années après. En pleine période de polémique sur le « Mariage pour tous » en France, le sujet est de nouveau posé sur la table. Détraqueurs, fanatiques, homophobes ceux qui défendent cette théorie du complot ? Nous n'allons pas aborder le sujet sous cet angle, mais plutôt sur le ton de la légèreté et de l'humour. Chacun est libre d'analyser le livre comme il le désire et de laisser libre cours à son imagination !

 

Et combien même c'était vrai ? Et si toute l'histoire d'Harry Potter était une sorte de fable de la Fontaine, où ce ne sont pas des animaux qui sont là pour faire la morale, mais où les rapports entre humains et sorciers ont été soigneusement tirés à la baguette par JK Rowling pour nous donner une leçon de tolérance ?

 

En tout cas, cette idée-là semble réjouir les fans de la saga : lorsque la romancière britannique s'est retrouvée au Carnegie Hall, à New York, pour l'Open Book Tour, les 1 600 élèves présents dans l'assistance ont joyeusement accueilli la nouvelle sur l'homosexualité de Dumbledore. D'après le site Poudlard.org, ce fut une ovation. « Pour être honnête avec vous, j'ai toujours pensé que Dumbledore était gay. [Ovation.] Dumbledore est tombé amoureux de Grindelwald.  Si j'avais su que cela vous rendrait aussi heureux, je vous l'aurais annoncé plus tôt ! », avait déclaré JK Rowling en riant.  

 

 

 

Giulio Callegari s'est amusé dans son article a remplacer le mot « baguette » par celui de « kiki » est le moins que l'on puisse dire est que si le résultat n'est pas probant quant à l'homosexualité de la saga, c'est assez hilarant.

 

« Rangez vos livres et sortez vos kikis, dit Dumbledore  [...] Ton kiki, Lucius, je veux ton kiki [...] Il lui donna un bon coup de kiki sur le crâne et Harry éprouva une étrange sensation, comme si Lucius venait de lui écraser un œuf sur la tête, un liquide froid semblait couler  [...] J'ai ciré mon kiki la nuit dernière, dit Cédric avec un sourire  [...]Harry contempla son propre kiki. Il était plein de traces de doigts  [...] Ron écarta une branche basse et tendit à Harry son kiki »

 

Mais après tout, rajoute Giulio Callegari, l'auteure avait peut-être laissé un indice, avec les initiales du professeur Dumbledore : PD (Rhoooo ! pas de gros mots les enfants !).

D'autres répondront que son véritable nom est Albus et que les initiales ne laisseraient donc rien présager.

 

Certains, notamment des évangélistes américains, ont donc élargi cette découverte à la construction entière du roman. Au-delà d'une machination, peut-être complètement inventée, les lecteurs peuvent retenir une chose : le message de tolérance. Car si Harry Potter, enfermé dans un placard sous un escalier au début de l'histoire, et accusé par son oncle et sa tante de ne pas être « Normal » parce qu'il n'est pas un « moldu » comme eux, il y a de quoi rassurer ceux qui auraient honte de leur orientation sexuelle. Les sorciers ont plein de pouvoirs. À la fin, le héros s'en sort bien. Preuve qu'être différent en étant sorcier, ne veut pas dire être un monstre.



Les histoires sans fin