medias

Le Lapin qui veut s'endormir... endort même les parents !

Fred Ricou - 18.08.2015

Ailleurs - lapin - hypnose - auto-édition


L'après-midi était silencieux. Le téléphone de la rédaction ne sonnait plus depuis quelques heures, les mails intéressants se faisaient rares, on sentait sur les réseaux sociaux que c'était bientôt la fin des vacances, mais pour le moment, comme aurait dit Pierre Mortez : « Quand même, c'est très calme, hein, Thérèse ? »

 

Et d'un coup, une actualité nous réveille !

 

Un livre autoédité suédois arrive enfin à faire ce qu'aucun autre n'a le pouvoir : Endormir un enfant à tous les coups ! Ouiiii ! Le Graal de tous parents est enfin à portée de main. 

 

L'auteur, ce sauveur, est Carl-Johan Forssén Ehrlin. Il se présente lui-même comme Maître praticien en Programmation Neuro-linguistique [PNL]. Il est  auteur et « coach », conférencier et éducateur en développement personnel, en entraînement mental et en « leadership ». Non, franchement, cela met en confiance !

 

Numéro 1 des ventes sur Amazon, le livre de Carl-Johan Forssén Ehrl, Le Lapin qui veut s'endormir : une nouvelle façon d'aider les enfants à s'endormir, raconte l'histoire d'un petit lapin, Roger, qui n'arrive pas à s'endormir et qui, pour se faire, va aller rencontrer son oncle Baîllat, « le magicien le plus gentil au monde qui habitait juste de l'autre côté du champ ».

 

L'histoire à première vue, n'est pas fascinante mais en revanche elle est bien traduite du suédois avec des petits pieds endormis, mais bon, là n'est pas l'essentiel. C'est un livre que l'on doit lire à un enfant allongé, à haute voix, et en entier (oui ! en entier, c'est comme ça, c'est obligé sinon ça ne fonctionne pas, même si l'enfant s'endort au bout de la première minute, il faut continuer !).

 

Oui, oui, il y a bien une faute d'orthographe sur le panneau de la couverture, mais l'on n'est pas à ça près...

 

Après avoir lu le prologue qui donne les consignes de lecture : « Les textes en caractères gras vous invitent à insister sur certains mots. Les textes en italique doivent être lus avec une voix douce et calme. » Quand on voit [nom], il faut dire le prénom de l'enfant (NDLR : l'enfant va bizarrement trouver ça chouette qu'il y ait son prénom dans le livre et donc va se relever pour vérifier de visu… #vismaviedepapa) et surtout on n'oublie pas de bâiller quand on vous le dit [bâillement], ça fait bâiller le sujet à qui on fait la lecture…

 

Nous avons donc lu l'histoire du lapin qui veut s'endormir et l'on peut dire qu'effectivement cela fonctionne… sur le lecteur ! Pour l'enfant, nous verrons plus tard, le journalisme gonzo s'arrête quand l'enfant est au centre de loisirs…

 

Ha, nous avons oublié de vous dire, il y a également dans le prologue cette phrase qui va protéger l'auteur d'un jugement hâtif du lecteur sur son écriture un poil lourdingue « Ce livre contient des phrases ayant une structure spéciale et des choix de mots particuliers. Le tout peut parfois paraître bizarre, mais ces choix sont volontaires et visent une fonction psychologique. » Bon. OK. On y va donc…

 

« Le petit Lapin commençait à se sentir encore plus fatigué rien qu'à penser à tous les jeux auxquels il pourrait s'adonner et combien ces jeux l'épuiseraient là, tout de suite, et cela, avant même que Maman Lapin ne lui dise : Chut Roger et, dors là, tout de suite. »

 

À partir de là, le lecteur commence déjà à avoir les yeux qui saignent, mais si l'enfant doit s'endormir plus vite, rien n'est trop beau.

 

« Cette nuit-là, les frères et soeurs de Roger s'endormirent encore plus vite que d'habitude alors que lui restait allongé dans son lit en pensant à s'endormir, là, tout de suite. Il pensait à toutes ces choses qui d'habitude lui faisaient ressentir la fatigue et lui donnaient envie de dormir, là, tout de suite, toutes ces choses qui le rendaient fatigué et somnolent, si fatigué et somnolent. Tous les jeux, tout le sommeil, tout ce qui pourrait réussir à vous donner, à tous deux, l'envie de dormir, là, tout de suite. »

 

Bref, là, tout de suite le lecteur est partagé entre l'envie de rire, de pleurer, de hurler son désespoir tellement c'est mal écrit, mais comme c'est normal parce que « Ce livre contient des phrases ayant une structure spéciale » c'est scientifique donc, il se tait…

 

Morale de l'histoire, Le Lapin qui veut s'endormir : une nouvelle façon d'aider les enfants à s'endormir est entre le livre de relaxation et un livre d'hypnose pour les enfants : « Avec chaque respiration, je deviens de plus en plus fatigué, se dit Roger. De plus en plus fatigué. Bientôt, je serai à la maison, si fatigué que tes yeux ne peuvent plus rester ouverts.

Avec chaque respiration, les paupières deviennent de plus en plus lourdes et tu les fermes maintenant [bâillement]. Les paupières sont aussi lourdes que des pierres, lourdes, lourdes, tellement lourdes. »

 

Les dessins qui illustrent le texte ne servent pas à grand-chose puisque les enfants sont censés ne pas les regarder et rester concentrés sur les paroles du lecteur. Nous ne savons pas, pour le moment, si la méthode de Carl-Johan Forssén Ehrlin fonctionne sur l'enfant qui a du mal à s'endormir, mais d'après les commentaires laissés sur le site de vente en ligne, c'est 50/50…

 

Allez, on vous laisse avec l'histoire du lapin et si les plus courageux d'entre vous veulent tenter l'expérience, qu'ils nous disent si cela endort leur petits lapereaux…



Les histoires sans fin