Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le prequel de Harry Potter volé dans un cambriolage

Cécile Mazin - 12.05.2017

Ailleurs - prequel Harry Potter - cambriolage Rowling carte - vente enchères Potter


C’est une perle rare pour un collectionneur : écrit sur une carte postale, le prequel de Harry Potter a été récemment dérobé. L’histoire, qui compte 800 mots, avait été proposée pour 25 000 £ lors d’une vente aux enchères à Sotheby’s, en 2008. 


Alteraciones en el orden de The Pila
Juan Fernández, CC BY SA 2.0


 

La police de West Midlands tente par tous les moyens, appel à témoins en priorité, de mener l’enquête. La carte postale signée par JK Rowling a été dérobée avec des bijoux, dans une propriété de Howard Road, dans le quartier de Kings Heath (banlieue de Birmingham). 

Ce prologue était conclu, de la main de Rowling, par ces quelques mots : « Issu du prologue auquel je ne travaille pas ; mais c’était sympa ! »

 

Ce cambriolage a été commis entre le 13 et le 24 avril. Selon la police, les seules personnes qui puissent être intéressées par cet objet unique seraient de véritables fans de la saga Harry Potter. « Nous appelons toute personne qui verrait cet article, ou à qui il serait proposé à la vente, de contacter la police », lancent les forces de l’ordre.

Affolée, Rowling a rapidement commenté cette information : « S’il vous plaît, ne l’achetez pas si on vous le propose. À l’origine, il fut mis aux enchères pour l’english PEN, son possesseur soutenait la liberté des écrivains en ayant enchéri. » Et très rapidement, les fans ont diffusé amplement le message à travers les réseaux sociaux, pour relayer l'information, et la sainte parole de JK.

 


 

Sur la carte, Rowling racontait une brève aventure, qui se situe trois ans avant la naissance d’Harry Potter. Elle met en scène James Potter, son père, ainsi que Sirius Black, quand ils étaient encore adolescents. Ils sont tous deux poursuivis par des policiers Moldus à moto, mais parviennent à s’échapper sur des balais.

 

Le texte est évidemment écrit à la main et avait été acheté dans le cadre d’une vente caritative. Il faisait partie de différents textes, également sur cartes postales, notamment ceux de Sebastian Faulks et Doris Lessing. Les montants récoltés avaient été reversés à l’English PEN, qui promeut la littérature dans le pays, ainsi qu’à l’association Dyslexia Action. 

 

Les autorités espèrent que leur appel pourra traverser les frontières, attendu qu’un pareil document exercera un attrait chez les fans à travers le monde. 
 



Les histoires sans fin