Les affiches de Walt Disney revisitées par Christine Gritmon

Lauren Muyumba - 12.06.2013

Ailleurs - Walt Disney - Humour - Affiches


La journaliste et graphiste designer américaine Christine Gritmon est aussi humoriste...sur Photoshop ! Elle s'est amusée à transformer la féérie des affiches cultes de Walt Disney, en faisant ressortir avec une pointe d'humour noir des aspects plutôt cyniques, qui ont peut-être échappés aux yeux émerveillés des enfants.

 

{CARROUSEL}

 

Les Walt Disney ont bercé, et berce encore, l'enfance de nombreuses personnes. La plupart de ces dessins-animés ont été des adaptations de livres, qui ne datent pas d'hier : Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, publié en 1831, a donné Le Bossu de Notre-Dame. Cendrillon est à la base un conte populaire occidental écrit par Charles Perrault, qui fut publié en 1667. Cendrillon ou la Petite Pantoufle de verre faisait partie du recueil Les Contes de ma mère l'Oye.


L'affiche de La Belle et la Bête par exemple, est intitulée Stockholm syndrom. Le syndrome de Stockholm décrit une situation paradoxale où les personnes agressées vont développer des sentiments de sympathie, d'affection, voire d'amour pour leurs agresseurs. En y resongeant, il est vrai que la Belle n'est pas du tout bien reçue par la Bête. Ce qui ne l'empêchera pas de tomber malgré tout amoureuse de lui...


L'affiche de Cendrillon porte le nouveau titre Makeovers Fix Everything (Les métamorphoses règlent tout). On se rappelle que le carrosse se transforme en citrouille, et que Cendrillon elle-même prend l'apparence d'une princesse pour pouvoir rencontrer le prince. Pour ne pas que celui-ci découvre sa situation réelle (simple boniche dans une horrible famille qui n'est même pas la sienne) elle devra être rentrée chez elle avant minuit, car le sort sera rompu... Un titre ironique pour expliquer que certain(e)s choisissent leur partenaire selon sa fortune ou son statut social ?


Un autre titre qui fait bien rire ! Hamlet with animals (Hamlet avec des animaux), pour l'affiche du Roi Lion. Dans La tragique histoire d'Hamlet, prince de Danemark, une des célèbres pièces écrites par William Shakespeare, il est aussi question d'un roi, le père d'Hamlet, qui vient de mourir; son frère Claudius va alors le remplacer. C'est en fait ce dernier qui l'a tué. Dans le Roi Lion, le père de Simba est assassiné également par son propre frère, qui veut prendre sa place et devenir roi.


Pour Le Bossu de Notre-Dame, Christine Gritmon a choisi le titre Nice guy finishes last (Le gentil garçon finit dernier). On se souvient que Quasimodo, malgré sa gentillesse et toute l'aide qu'il apporte à la belle bohémienne Esméralda, ne sera pas l'élu de son coeur, et restera son ami jusqu'à la fin de l'histoire.

 

Pas si faux...



Les histoires sans fin