"Les auteurs jeunesse en danger !" : une pétition lancée par la Charte

Charte La - 18.09.2015

Ailleurs - édition - charte - contrats


Les auteurs jeunesse, par l'intermédiaire de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse lancent un appel et plus qu'un appel, une pétition pour « sensibiliser l'opinion publique aux conditions déplorables auxquelles les auteurs et illustrateurs jeunesse sont soumis, pour lever l'omerta sur la réalité de leurs rémunérations ».

 

 

En effet, le grand public ne le sait que rarement, mais les auteurs jeunesse reçoivent, quand les éditeurs ont les moyens, un à-valoir qui va de rien à pas grand-chose par rapport au travail fourni. Pour être un peu plus sérieux, selon le baromètre SCAM/SGDL/La Charte du début d'année 2015 :

« Seul un auteur sur deux (49 %) se voit aujourd'hui proposer systématiquement des contrats avec un à-valoir. Plus de la moitié des auteurs n'en perçoivent que « quelquefois » (29 %) ou « jamais » (22 %). Qui plus est le montant de ces à-valoir est à la baisse. Ainsi près des trois quarts des à-valoir proposés dans les derniers contrats sont inférieurs à 3.000 euros (contre deux tiers inférieurs à 3.200 euros en 2013).

Aujourd'hui, 38 % des auteurs concernés par un à-valoir ont perçu pour leur dernier contrat un à-valoir inférieur à 1.500 euros et 28 % d'entre eux, un à-valoir supérieur à 3.000 euros. »

Ces sommes sont souvent attribuées au bout de plusieurs mois de travail sur un manuscrit.

 

En plus de cet à-valoir, les la plupart des auteurs jeunesse touchent entre 6 et 10% sur la vente des livres, alors que les auteurs de littérature "adulte" ou de b.d gagnent un pourcentage qui commence le plus souvent à 10%, en moyenne...

 

L'un des cas les plus flagrant de cette "injustice" est pour le travail sur un album, l'auteur et l'illustrateur vont toucher 6% ou 8%... à deux !


Cette pétition, qui a déjà recueilli plus de 1800 signatures, servira selon la Charte « au cours des négociations que nous menons déjà auprès des éditeurs et des instances publiques dans le but d'améliorer la situation des auteurs. »

 

Si vous voulez la signer, c'est ici !



Les histoires sans fin