Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Les Contes d'Ise, un trésor de la littérature japonaise en version enfant

Victor De Sepausy - 16.08.2017

Ailleurs - trésor littérature japonaise - contes Ise Japon - version jeunesse littérature


Voici une petite merveille qu’exhume la British Library de ses collections. Un ouvrage pour enfants daté de 1766, Ise fūryū: Utagaruta no hajimari, a été redécouvert par une enseignante, en voyage scolaire. Un livre que le diplomate britannique du XIXe, Sir Ernst Satow, avait légué à l’établissement.



 

 

Probablement l’une des œuvres les plus importantes de la littérature japonaise, les Ise monogatari, ou Contes d’Ise, furent composés à la fin du IXe siècle. Ils s’inspirent des poèmes waka qu’avait écrits l’aristocrate de l’époque de Heian, Ariwara no Narihira – accessoirement membre écarté de la lignée impériale.

 

Adaptés, repris, interprétés, les Contes d’Ise n’ont jamais cessé de fasciner au cours des siècles, fixant même une partie des canons littéraires japonais.

Laura Moretti, l’enseignante de Cambridge, qui a mis fortuitement la main sur ce trésor, explique : « Si nous nous risquions à une comparaison, Les Contes d’Ise pourraient être considérés comme l’équivalent des œuvres de Shakespeare en termes de statut au Japon. Mais je n’avais jamais entendu parler d’une adaptation pour enfants auparavant. Personne ne connaissait ce livre. »



 

Dès les premiers mots du livre, l’éditeur de 1766 indique clairement que son ouvrage est destiné à la jeunesse : pour exemple, Narihira apparaît comme un jeune garçon, facilitant l’identification des jeunes lecteurs. Le syllabaire utilisé est celui qu’un enfant de 6 ou 7 ans pourrait comprendre. 

 

Ensuite, l’ensemble des histoires a été allégé : seules 31 des 125 histoires du recueil originel sont proposées. Le projet était avant tout d’initier à la qualité esthétique de la poésie, autant que de donner aux enfants un avant-goût de cette œuvre majeure.

 

Laura Moretti y voit également une approche culturelle spécifique, décrivant des modèles éducatifs propres au Japon, qui n’apparaîtraient dans aucune autre culture. « Utagaruta no hajimari, par exemple, tente d’attirer les enfants vers le monde des adultes, plutôt que de les protéger de la violence, en leur parlant de sexe et de comportement sentimental approprié. » 

 

Visuel Universtiy of Cambridge, CC BY 4.0


via Cambridge


 Anonyme – Contes d'Ise – Gallimard jeunesse – 9782070714759 – 9 €



Les histoires sans fin